La critique est aisée mais l'Art est difficile

Victor Vasarély

   

 
 
 

 
 
 

Victor Vasarély

 de son vrai nom

Vásárhelyi Győző

 9 avril 1908 Pecs en Hongrie, Paris le 15 mars 1997

 

 

 Vasarély est un peintre spécialiste des effets cinétiques, lithographe, cinéaste, 

plasticien reconnu comme étant le père de l’art optique ou Op art.

Il quitta une formation en médecine, études qui développèrent en lui un esprit méthodique,

de recherche, au bout de deux ans, s’intéressa à l’art abstrait

et à l’enseignement du Bauhaus de Budapest, où régnait une grande foi dans le progrès technologique.

 

Bauhaus de Budapest,

 

 L’art abstrait se répand dans toute l’Europe centrale, il ne vise pas la représentation visuelle de la réalité.

Le concept de représentation est abandonné.    

Vasarély s’opposait avec véhémence à l’idée de l’artiste comme personne égocentrique;

comme dans l’œuvre de nombre de ses contemporains plus jeunes des années 1960,

 il n’y a aucun indice de l’artiste dans ses tableaux.

   

 

"Cheessboard" 1935, gouache, 60 x 40 cm

 

 

 Au début des années trente, il s’installa à Paris avec sa femme, où il continua à travailler dans la publicité ;

 il prendra par la suite la nationalité française. L’art de Vasarély se veut accessible par la masse, anti-élitiste.

Vasarély généralise l’utilisation du compas et de la règle, afin d’adopter un ton plus objectif, plus rigoureux.

La géométrie de l’espace est également très prisée par les abstraits tels que

 

 

 

Kandinsky

   

 

Mondrian

 Vasarely s’intéresse aux sciences physiques et à la biologie, il s’intéresse aux théories la relativité d’Einstein.

 Ces savants ont orienté leur réflexion vers la physique et la lumière. Les découvertes dévoilent de nouveaux horizons.

L’optique théorique impressionne Vasarély qui accorde une grande importance à la perception visuelle,

 elles décrivent un monde invisible mais réel. 

 

C’est alors qu’il a effectué son premier travail majeur,

 

 

 

"Zebra" 1938

 qui est considéré aujourd’hui comme le premier travail dans le genre Op’ art.

 Le tableau est fait entièrement de bandes diagonales noires et blanches tordues

d’une manière à donner une impression tridimensionelle d’un zèbre assis.  

Pendant les deux décennies suivantes, Vasarely développa son propre modèle d’art abstrait géométrique,

travaillant dans divers matériaux mais employant un nombre minimal de formes et de couleurs.

Son travail lui a valu une renommée internationale et il reçu plusieurs prix prestigieux.

 

 

   

De 1930 à 1943

il poursuit ses recherches sur les arts graphiques et plastiques,

 tout en développant un métier de conceptions et de créations à caractère publicitaire.

 

La deuxième guerre mondiale éclate en Europe et l’invasion allemande entraîne

la disparition chez beaucoup d’artistes de la spontanéité, le Nazisme impose des modèles à suivre.

Cependant des artistes pendant l’occupation trouvent un nouveau souffle et participent à l’art abstrait,

l’art optique et cinétique se développe à la même époque.

 

1944 

 Vasarély à 36 ans, il est conscient que ses recherches personnelles lui confèrent une certaine originalité

 et que son oeuvre est compatible avec la seconde moitié du 20ème siècle.

Il expose pour la première fois en 1944.

I l consacre dès maintenant la plus grande partie de son activité à la peinture.

L’art abstrait, le fauvisme, le cubisme et le surréalisme suscitent une seconde génération d’art abstrait

dont l’une des tendances est l’art cinétique et optique.

 Ces tendances sont totalement méconnues entre 1930 et 1940,

au contraire d’artistes tels que Picasso, Matisse et Braque.

Comme les surréalistes, Vasarély estime que la création d’une oeuvre s’effectue essentiellement dans l’esprit ;

les imperfections des tableaux dues aux erreurs de l’artiste utilisent le hasard qui fait partie de la création.

Vasarély utilise un système de géométrisation des formes, comme Kandinsky et les cubistes.

L’artiste tente de simuler par une série de signes graphiques le déplacement des formes.

"Les oeuvres de Vasarély seraient des images retravaillées par la mémoire

et ayant ainsi acquis une quatrième dimension, le temps."

 Il travaille à partir de 2 formes essentielles :

  le carré et le rond qu’il oppose tout en les associant.

Vasarély et les cinéticiens ont tenté de standardiser les couleurs,

 de lui donner un langage symbolique et conventionnel, dont les caractères sont combinables.

Vasarély est conscient en 1944 de son oeuvre.

 Sa peinture est composée de formes élémentaires qui représentent chacune une partie de l’univers,

 chaque forme possède les caractéristiques du tout (3 dimensions, effet de lumière).

 

1947

 Début et développement de la période Belle-Isle.

 

"Sauzon"Belle Isle Brittany. Collage 1947-69.  

 

1948 

période cristal

 

 

"Zebegen"

1951

période Denfert.

 

Vasarély utilise la photographie pour agrandir ou réduire certaines de ses oeuvres exécutées à la main;

il superposait parfois le négatif à l’image originelle et avec des légers décalages obtenait des formes changeantes,

accentuées, aléatoires. Ces oeuvres sont appelées photographismes

et sont pour la première fois exposées à la galerie Denise-René dont il est le cofondateur (1952).

 

 

 

 "Tribute to Malevitch" 1954, Central University of Venezuela  

1955 : il effectue des travaux d’architecture, des tapisseries, un film d’artiste.

Certaines de ses oeuvres sont placées dans des collections particulières et d’Etat.

 Suivra ensuite une longue période où Vasarely se voit remettre de nombreux prix.

 

1964

 période permutationelle.

 

 

"Capella" I 1964

  

 

1966

 période déformations.

 

 

 

"Duo-2" 1967 Acrylic 31 X 40.6 cm

 

 

  

"Anaxo" 1970-73, huile 80 x 80 cm 

 

 

 

"A Knight"

 

 

"Untitled 2"


 

 

L’Op art

 

Art cinétique ou « optique », est un terme utilisé pour décrire certaines peintures faites à partir des années 1960

et qui exploitent la faillibilité de l’œil à travers des illusions optiques.

Les œuvres Op art sont en général abstraites. Les pièces les plus connues sont réalisées en noir et blanc

et donnent l’impression de mouvement, d’éclat de lumière et de vibration,

 ou alternativement de ballonnement et de gauchissement.

C’est à New York, en 1965, que le mouvement connut un début de reconnaissance internationale

avec l’exposition du MOMA intitulée

 "L’œil réceptif".

Les tableaux avaient des surfaces illusionnistes qui déclenchaient des réactions visuelles extraordinaires chez le spectateur.

Ambiguïtés spatiales et sensations de mouvement étaient engendrées par divers procédés,

 dont la manipulation de dessins géométriques et la juxtaposition de couleurs intenses.

Les origines du l’op art remontent aux théories visuelles développées par Kandinsky et d’autres artistes dans les années 1920.

 Au Bauhaus, l’école des beaux-arts fondée en Allemagne en 1919 pour explorer une esthétique fonctionnelle moderne,

 les étudiants en design industriel apprenaient les principes de la couleur et du ton d’une façon structurée.

La manière dont une couleur est perçue dépend de son contexte;

par exemple, certaines couleurs « vibrent » lorsqu’elles sont appliquées les unes contre les autres.

Dans les tableaux noirs et blancs réalisés au milieu des années 1960,

 

l’artiste britannique Bridget Riley

 

introduisit de légères modifications au sein de structures, dans l’ensemble, géométriques.

Variant les formes et les tons, ces œuvres déclenchaient des oscillations et des ondulations optiques.

L’illusionnisme de Riley était particulièrement désorientant

et insupportable pour les admirateurs de l’abstraction moderne « classique » et de l’expressionnisme abstrait.

 

Riley, 1961

 

Moins d’un an après l’exposition de Riley à New York, l’op art était connu en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

 Cette célébrité n’était pas due à une augmentation soudaine de la fréquentation des galerie,

mais au fait que les procédés visuels des artistes furent repris presque immédiatement

 par le monde de la mode et du design graphique.

Soudain, des dessins d’op art étaient partout, adaptés sur toutes sortes de produits.

Une menace planait sur la plupart des abstractions du XXe siècle était l’idée que celles-ci pourraient être considérées

 comme "décoratives", agréables, mais néanmoins dénuées de sens.

 Le l’op art n’était pas un art de significations profondes et symboliques.

Les artistes op eux-mêmes réduisaient l’abstraction à une sorte de design.

Tout ce jouait sur l’expérience visuelle immédiate du spectateur. Le mouvement a reçu un accueil vraiment mitigé.

D’autres artistes connus de ce type d’art inclus Alexander Calder, Agam, Daniel Buren etc..

 

Le mot d’Harmony

"Si je me suis beaucoup amusée avec les effets optiques de Vasarely,

 

 

si j’ai apprécié les mobiles de Calder,

 

 

 

 j’avoue que les colonnes de Daniel Buren

plaçées dans la cour d’honneur du Palais-Royal à Paris, m’ont horripilées."

 

La Fondation Vasarely

 

 

fut érigée en 1976 par Victor Vasarely, en la créant, il a voulu démontrer qu’il était possible d’intégrer l’art à l’architecture.

Claire et Victor Vasarely ont entièrement doté et financé cette institution à but non lucratif reconnue d’utilité publique en 1971,

 avec des donations inaliénables considérables pendant plus de vingt-cinq années.

La Fondation Vasarely est gérée de 1981 à 1993

par l’Université de droit, d’économie et des sciences d’Aix-Marseille III, aujourd’hui Université Paul Cézanne.

Michèle-Catherine Taburno-Vasarely, belle-fille des fondateurs, ancienne présidente de la Fondation de 1995 à 1997,

 prend possession en 1997,  de près de 500 œuvres originales inaliénables du Musée  de Gordes,

 de 798 études inaliénables sur l’Art et la Cité du Centre architectonique d’Aix-en-Provence

. Des œuvres anciennement inaliénables sont expatriées et vendues.

La succession Vasarely est débitrice fiscalement de plusieurs millions d’euros et a perdu presque tous ses fonds et collections.

En 2006, année du centenaire de la naissance de Victor Vasarely

 et trentième anniversaire de l’inauguration du Centre d’Aix-en-Provence,

 l’association pour la défense et la promotion de l’œuvre de Vasarely, présidée par Pierre Vasarely,

 unique petit-fils et légataire universel de Victor Vasarely, se bat pour que la Fondation Vasarely recouvre ses collections.

L’association a mis en ligne en décembre 2007 une pétition :

 www.sauvonslafondationvasarely.fr.

 

Un art pour tous

Témoignant d’une réflexion sur l’art et du regard avant gardiste que Victor Vasarely portait sur le rôle de l’artiste au XXe siècle,

 la Fondation fut créée pour vulgariser l’art sans discriminations culturelles ou sociales : un art pour tous ; accessible à tous.  

 

 

Photo de la fondation Victor Vasarely à Aix en Provence au Jas de Bouffan.

 

D’architecture avant-gardiste, la Fondation est pensée comme une gigantesque sculpture lumino-cinétique

 où les animations optiques de la façade préfigurent les jeux cinétiques

des 42 intégrations monumentales que l’on découvre à l’intérieur du bâtiment.

 

 

Les travaux les plus connus de l’artiste sont présentés à la Fondation sous forme d’œuvres monumentales

 permettant au visiteur d’apprécier l’aboutissement auquel Vasarely

 

 

 amène la peinture abstraite géométrique sous le nom d’art cinétique.  

La Fondation présente les œuvres de Vasarely, promoteur de ce mouvement, celles de son fils Yvaral,

  ainsi que celles d’artistes contemporains qui travaillent sur les interactions entre l’œuvre et le public

 dans des expositions temporaires.

 
 
Cote de l’artiste
 
 
 
 
 

 "Ibadan-Pos" 1957, 190 cm sur 170 cm et constituée de traits noirs sur un fond blanc,

 a été vendue pour 226 000 euros.

 

Le mot d’Harmony 

"Hélas, trois fois hélàs, je n’ai pas trouvé de photos, même en envoyant un mail au site de l’église concernée.

Les deux seules oeuvres religieuses de Vasarély, se trouvent dans l’église Saint-Louis, à Marseille.

 Les deux toiles monumentales sont exposées depuis septembre 2005 .

Elles étaient conçues comme un diptyque : Le Christ (5,66 x 3,24 m) et Saint-Pierre (5,73 x 3,10 m).

 

 


 

  "Gordes" 1972, Vasarély père et fils

Les toiles, réalisées en 1991 par Vasarely et son fils Yvaral, sont en partie figuratives,

 tout en conservant les jeux de structure aux effets de grille qui ont fait la renommée de Vasarély."

 

 

 

Petite "chose" amusante,  Vasarely :  "Lorraine" pour la ville de Domremy, litho, Chemin de fer de l’est.

sources diverses

 

 

 

 
 

 

 
About these ads

7 Réponses

  1. Pat

    Bonsoir Harmony,Merci pour cet article très enrichissant.Victor Vasarely comme tu l\’as indiqué, s\’est également intéressé à l\’enseignement de l\’institut Bauhaus dont la création au début du 20ème siècle, s\’inscrivait dans un mouvement artistique novateur pour l\’époque. En effet, cette école d\’art étendait ses recherches à tous les arts majeurs et appliqués, en partant du principe que l\’art et l\’architecture devaient s\’adapter aux nécessités et à l\’influence du monde industriel pour que la création fasse rimer technique et esthétique en toute harmonie.Bauhaus désigne également par extension un courant artistique qui outre l\’architecture et le design, s\’intéresse aussi à la photographie, la typographie, la sculpture, la peinture, bref une association de diverses disciplines pour permettre de créer. En suivant le parcours de Victor Vasarely, il me semble que l\’influence de Bauhaus que l\’on peut traduire littéralement par maison du bâtiment, se ressent fortement. Qu\’en penses-tu ?Bien cordialement.

    21 juin 2009 à 00:14

  2. DoMica

    Je t\’ai lu chez Minou qui est une amie ;Hier nous avons eu des buggs effectivement, mais c\’est chaque fois pareil, lorsque MSN fait des "transformations" sur les espaces, maintenance ou autres changements. Nombreux sont les blogs qui peinent à ce moment là, le plus sage est d\’attendre que tout revienne dans l\’ordre … quelquefois c\’est l\’affaire de qq minutes et à chacun son tour le blog devient difficile à ouvrir ; alors qu\’il y a qq années c\’était une quinzaine de jours qu\’il fallait patienter pour retrouver un blog convenable. D\’une manière générale s\’il y a un disfonctionnement quelconque (jusqu\’à disparition des billets parfois) il ne faut rien toucher mais patienter …Bon W.E. !*DoMica*

    19 juin 2009 à 18:17

  3. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer uen belle journee bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090618075946651464.jpg

    18 juin 2009 à 08:33

  4. Harmony

    ponpon et princesse un coup…(Hors ligne)a écrit : Kikou Nicole…Un grand plaisir de t\’avoir vue pour nous…Merci…Pauvre-toi pour ton innondation…J\’espere que tu recuperera le tout…Redonne-ns des news…Bisous de moi et petite princesse xoxIl y a 5 heures | Supprimer

    18 juin 2009 à 07:36

  5. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090617074613934352.gif

    17 juin 2009 à 08:43

  6. ✿ B ✿

    coucoucomment vas tu je passe te souhaiter une bonne journée moi elle va etre mouvementé car je fete l anni de mon garcon avec ses copains et copines donc ce matin vite a faire de la patisserie en esperant que ca sera reussic\’ demain le jour j et dimanche barbecue avec la familleje te fais de gros bisousbetty boop

    17 juin 2009 à 08:34

  7. Bienvenue en Bretagne

    Hello ma belle ! Trés intéressant ton billet ! L\’art est souvent plus qu\’une oeuvre, un élan du coeur ou de l\’esprit qui fait parler le reste de notre corps.Bisous et amitiés,Chris Breizh

    17 juin 2009 à 03:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.