La critique est aisée mais l'Art est difficile

DEGAS : « le peintre des danseuses »

 

 
 
 
Hilaire Germain Edgar de Gas : il otera la particule pour devenir Degas, né le 19 juillet 1834 au 8 rue Saint Georges à Paris, il y décédera  le 27 septembre. Degas est inhumé au cimetière de Montmartre.
 

Degas est issu d’une famille très aisée, son grand père était de noblesse bretonne, son père directeur de banque  et homme cultivé l’emméne aux spectacles, aux concerts, il est également colletionneur et fera l’éducation artistique de son fils.
Sa mère était d’origine créole de la Nouvelle Orléans.
Le père du futur artiste l’emmenait souvent au Louvre.
Degas y fera de nombreuses copies.
Il rencrontrera Ingres qu’il lui dit : "faites des lignes….beaucoup de lignes, soit d’après le souvenir, soit d’après nature", conseil qu’il n’oubliera jamais.
Degas prendra d’ailleurs en 1854 des leçons chez Lamothe, disciple d’Ingres.
 

 

En 1855 il entre aux Beaux Arts où il a pour camarades : Bonnard, Fantin Latour, Valpinçon etc…mais il se lasse vite de l’enseignement académique.
Lors d’un long séjour à Rome en 1857, il fréquente la Villa Médicis.
Il s’installe à Florence, chez son oncle et entame sa période portraits. 
Puis il reviendra en France et fera la connaissance de Manet en 1862.
 
" La fiièvre du ballet romantique" s’empare du tout Paris, Le peintre a un goût très prononçé pour la musique, il a pour ami un contrebassiste de  l’Opéra, Désiré Dihau, qui l’indroduit dans le milieu. Degas deviendra un assidu de l’Opéra de la rue Peletier et réalisera le tiers de son oeuvre  autour du théme des ballerines.
 

 

Dans l’album, photo 1 – "La classe de danse" : avec un grand réalisme l’artiste peint l’antique salle de danse, aux murs vétustes et au milieu de la pièce se déroule une leçon.
La lumière est dorée mais sourde.
Les couleurs ternes : vert, beige, ocre mais relevés par le blanc des tutus et le rose des chaussons et des ceintures.
Au centre du tableau, une ballerine passe devant le maître que le spectateur ne voit pas.
Degas est aussi attentif aux autres danseuses qui attendent dans des attitudes différentes.
L’une fait un exercice à la barre, une autre coude appuyé sur le piano, il peint des dos, des profils, le violoniste, l’étui posé au sol, le haut de forme et  pour la première fois, l’arrosoir présent dans tout cours de danse.
Son observation est réaliste, tout est là, finement observé et restitué.

 

2- "Le foyer de la danse à l’Opéra rue le Peletier" : la danseuse à l’arrêt sur la gauche est mademoiselle Hugues.
L’instant peint : un moment de relâchement qui donne l’occasion à l’artiste de nous livrer une galerie d’attitudes des danseuses.
Tout de blanc vêtu, Louis François Mérante, professeur et ultérieurement maître de ballet donne des directives que la dizaine de ballerines doit exécuter.
Dans la mesure où elles ne sont pas occupées à  leurs propres exercices, elles se concentrent toutes sur la ballerine en train de danser devant le professeur.
L’opposition entre la figure isolée et le groupe, organise le tableau où domine les tons bleus, gris et jaunes, animés par les rubans colorés.
Le  foyer a une "réputation de salle de rendez vous", en effet la clientèle masculine distinguée est autorisée a pénétrer dans le foyer et d’assister aux répétitions.
Degas s’y est souvent rendu, assis dans un coin, il a dessiné la salle aux frises dorées, bordant le plafond, aux fausses colonnes de marbre, dotée d’un grand miroir ainsi que d’une barre pour les exercices.
Le foyer est ouvert durant   les entractes et après la représentation, aux mères des danseuses et aux abonnés masculins, ce qui en dit long sur l’usage du lieu.
Anecdote : le duc de Berry, fils du prétendant au trône fut assassiné devant l’Opéra Richelieu, celui qui précéda l’opéra Peletier.
Transporté à l’intérieur, l’évêque appelé à son chevet ne voulut pénétrer dans le lieu qu’à condition qu’il fut détruit après, ce qui fut fait.
 
 

 

3 – "Répétition d’un ballet sur scène ": dans cette oeuvre, Degas s’interresse à l’atmosphère.
L’éclairage de la rampe contraste vivement avec les ombres variées de la scène, sombre, car  pour Degas : "le piquant n’est pas de montrer toujours la source de lumière, mais l’effet de la lumière". Peut-être que le clair-obscur fait consciemment allusion à la nouvelle forme d’image que donne la  photographie. Nadar et les détails de la photo en 1870, marquèrent des peintres comme Degas, Manet
Degas dessinait des croquis à partir de l’une des premières loges, mais il peignait en atelier.

 

4- "La classe de danse": il s’agit peut-être de l’Opéra Peletier, avant l’incendie et la construction du nouvel opéra Garnier.
Cette oeuvre nous montre la nouvelle tenue des ballerines du XIXème siècle, libérée de tout ce qui pesait dans leurs vêtements, leurs chaussures, pour pouvoir s’envoler sur scène.
Les chaussures ont perdu leur talon, le costume se réduit à un maillot sans manche, ici avec un corsage largement échancré et à un jupon de mousseline, fine et blanche qui se déploie en corolle jusqu’aux dessous des genoux.
Il révèle de plus en plus leur corps, tout en élargissant les possibilités artistiques.
On porte un coup sensible à la bienséance, car durant ce siècle, il est interdit aux femmes de montrer leurs jambes.
L’attraction des messieurs pour les danseuses était plus que chorégraphique… et les coups d’oeil égrillards.
Les danseuses sont issues de mde 6-8 ans, école de danse de l’Opéra à l’Académie royale. ilieu modeste, leurs parcours : à l’âge Vers 14-15 ans, premiers pas sur scène.
 A 20 ans elles se retirent.
Si elles n’ont pas la "chance" d’avoir attiré l’attention d’un monsieur fortuné ou si elles n’intègrent pas le corps de ballet, elles vivent alors dans de sombres réduits et ne gagnent guère plus qu’une couturière.
Un exemple : la danseuse Emma n’avait aucun succès, mais devenue la maîtresse d’un baron, ce dernier usa de son influence, harcela le directeur de ballet, négocia l’engagement dans le corps de ballet de sa maîtresse.
A l’âge de 16 ans elle remporta un grand succès en 1858, dans "Sylphide", elle mourut à  21 ans, son jupon pris feu dans les coulisses lorsqu’elle frôla un bec de gaz.
Degas regroupe dans cette toile plus de 20 danseuses autour du célèbre professeur Jules Perrot et de sa puissante baguette.
Malgré l’enchaînement scénique, Degas s’attarde sur toutes les ballerines, les figures demeurent individuelles.
Pendant que les unes rajustent un ruban autour du cou, une autre se gratte le dos. 
Les gestes individuels n’empêchent pas de donner une impression d’ensemble de la classe de danse. 
 

5- "Danseuse au bouquet saluant":  Degas peint plusieurs versions d’une danseuse au bouquet saluant. Dans celle-çi, l’arrière plan présente une frise humaine de ballerines, la touche de la danseuse saluant est vaporeuse.

 

6- " Danseuse au repos" : aux tournoiements et aux élans des ballerines sous les feux de la rampe, Degas préfère désormais l’étude des moments qui précédent ou qui suivent le ballet: instants d’efforts, de tension, d’ennui, de détente et de repos.
Le peintre dévoile l’envers du décor, ici la danseuse au repos est une étude pour deux danseuses assises sur une banquette.
 

 

7- "Danseuse de quatorze ans " dite également "Grande danseuse habillée":  c’est Marie Van Goethem, élève de l’école de danse en 1865, puis du quadrille dans le ballet de l’Opéra, qui posa plusieurs fois pour Degas qui inspira cette oeuvre.
Elle est en cire, couleur terre cuite avec des cheveux de crin noirâtre, noués d’un ruban de soie rose, corsage de toile cirée jaune, tutu de tulle blanc.
C’est Degas qui choisit  l’ensemble des accessoires réalistes qui l’ornent.
On en connait deux versions en plâtre, quelques épreuves en bronze ont été estampillées.
Au moment de la fonte, mademoiselle Lefèvre choisit : une gaze verdâtre et des chaussons cirés à lacets jaunes.
Degas avait dit-on projeté de peindre le visage.
L’oeuvre est tout à fait novatrice.
Elle fut exposée au salon de 1881 n’étant pas terminée pour celui de 1880.
 
Notre incursion à l’Opéra, dans le monde des danseuses, si souvent peintes par Degas s’achève.
Si comme moi vous aimez les ballets, mes deux filles ont été danseuses, j’espère que vous aurez passé un bon moment.
 
 
A bientôt pour un autre billet…
 
 
 
 
 

Publicités

7 Réponses

  1. Otangerac

    comme c\’et instructif plein les yeux le savoir c\’et beaux le savoir l(histoire tout es magnifique voila que je suis deranger a biento

    12 avril 2006 à 19:31

  2. CHRIS

    Bonjourune petite marque lors de mon passage sur ton tres beau blog d\’une amoureuse de l\’art !felicitations !merci de nous faire partager tes momentscordialement
    ¸..· ´¨¨)) -:¦:-¸.·´ .·´¨¨))((¸¸.·´ ..·´ -:¦:–:¦:- ((¸¸.·´* ~ Chris ~ -:¦:-

    20 mars 2006 à 12:22

  3. Unknown

    oui grace a vous j ai mis conficius je cherchais la celebre citation exacte et j ai enfin trouvé chez vous super recherche de degas le clair obscur nadar me parle en tant que photographe mais j ai beacoup apris mais cadrage par rapport a la peinture merci tres interressant sk

    19 mars 2006 à 20:42

  4. clandestina

    Joli blog. Bonne continuation.

    19 mars 2006 à 15:30

  5. Unknown

    merci de m\’avoir rendue visite ; j\’aie passé un agréable moment avec les peintures de Degas .
    Tu me demandes si il y a des asruces et si je peux t\’aider , dis moi ce que tu désires faire de plus sur ton blog et si je peux ce sera avec plaisir.
    amicalement , tu as un bog bien  présenté , sobre je le trouve bien .

    19 mars 2006 à 10:46

  6. Emma

    Felicitation pour ce blog tres instructif
    Je suis moi meme etudiante en architecture, et j\’avoue que si ma prof d\’histoire pouvait etre comme vous, interessante, j\’irais plus souvent a ses cours !!! 😉

    18 mars 2006 à 14:39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s