La critique est aisée mais l'Art est difficile

MARCEL DUCHAMP INVENTE LE READY- MADE

 
 

 

 
 
 
Pour la première fois, sur ce blog, j’aborde l’art contemporain.
J’avoue que je ne suis pas "fan", alors pourquoi un billet sur Duchamp?
 
Ce n’est pas l’oeuvre qui m’attire, mais la personnalité,
 
il manie la fausse contreprètrie, l’allitération, crée le personnage fictif de Rrose Sélavy.
Son humour, son côté dandy, sa provocation m’attirent.
 

 

 
Le dandy vu par Baudelaire :
 
(aussi un critique d’art), qui en était un, dans
 
"Le Peintre de la vie moderne", qu’il publie en 1863 :
 
 "Le dandysme n’est même pas, comme beaucoup de personnes peu réfléchies paraissent le croire,
un goût immodéré de la toilette et de l’élégance matérielle.
 Ces choses ne sont pour le parfait dandy qu’un symbole de la supériorié aristocratique de son esprit….
 
"Le caractère de beauté du dandy consiste surtout dans l’air froid
qui vient de l’inébranlable résolution
de ne pas être ému……"
 
"Le dandy n’est jamais vulgaire…" 
 
 "Tous ses ouvrages sont signés de son âme éclatante…".
 
 Oui l’artiste dandy renonce à la signature de son oeuvre.
 

 

Le Ready-made :
 
comme son nom l’indique est un produit déjà fini,terminé,
sans que l’artiste ait façonné la matière première de la création.
Un exemple (citation de Duchamp) :
 
" En 1913 j’eus l’heureuse idée de fixer une roue de bicyclette sur un tabouret de cuisine et de la regarder tourner…"

 

 
Le Ready-made aidé :
 
 il y a intervention, par exemple sur l’urinoir la signature R. Mutt.
 

 

 
 
 
Marcel Duchamp(1887-1968) ou le Dandy provocateur :
 
 
C’est un bourgeois de province, issu d’une famille nombreuse (3 garçons, 3 filles), son père, notaire,
le soutiendra toujours, financièrement.
Duchamp sera caricaturiste, puis il entre dans une académie de peinture,
 et lors du salon d’automne de 1905 il tombe en admiration devant "la femme à la raie verte" de Matisse.
Il fréquentera un temps des artistes d’inspiration cubiste.
 
En 1912,
 
 il provoque l’hilarité et le scandale avec le "Nu descendant un escalier".
 
Dès 1913-1915,
 
 Duchamp s’écarte de la peinture, il invente le ready-made, qu’il choisit pour sa neutralité esthétique.
il achéte un objet de la vie courante et le place de manière à ce que sa signification première disparaisse
sous le nouveau titre et le nouveau point de vue.
Il crée une nouvelle pensée pour cet objet.
"La démarche esthétique de Duchamp repose sur un pari :
 la présentation de la forme doit déclencher le jeu des représentations symboliques
associées spontanément à ces formes.
 
 

 

M. Duchamp s’installe à New-York en 1914.
 
Il va y rencontrer entre autres, Picabia qui va lui faire connaître la machine
 et le dessin industriel qu’il transpose en oeuvre d’art.
Le dessin est froid, objectif, précis, ils sont une sensibilité très proche.
 
Duchamp abandonne la peinture à l’huile et le métier de peintre.
 
A New-York, il devient une vedette très médiatisée.
 
Toujours très provocateur, il propose sa "Fontaine", qui est en fait un simple urinoir!!!
 
Il achéte une pelle à neige, qu’il suspend au plafond de son atelier et nomme
 
"En prévision d’un bras cassé".
 
 Mais le premier ready-made fut "créé à Paris, il achéte au Bazar de l’Hôtel-de-Ville un porte bouteille
qui a une forme intéressante, il deviendra tout simplement le ready-made
 
 "Porte-bouteilles".
 
Pour Katherine Dreier, mécène qui s’est attachée à l’originalité de Duchamp,
il exécute une commande qui devait être un cadeau de Katherine à sa soeur, qui le refusa.
"Marcel Duchamp assemble une composition qui laissera tous ses contemporains perplexes."
 
 Dans une cage à oiseau, remplie de morceaux de sucres d’un blanc immaculé,
 un thermomètre est fiché dans le monticule de sucres, pour en mesurer la chaleur, un os de sèche lui fait face.
 
Cela devient :
 
 "Pourquoi ne pas éternuez", en 1921.
 
"Le Cadeau"
 
 est un fer à vapeur basculé de 90 degrés, sur la semelle duquel sont fixés treize clous de tapissier,
 qui se dresse comme un monument ogival. "Emak bakia" représente une queue de cheval blonde
 qui tombe d’un manche de contrebasse.
 

 

LE READY-MADE
 
 est un langage inventé par Marcel Duchamp, pour montrer son indifférence entre bon et mauvais goût,
plus une ironie, qui désacralise l’oeuvre d’art.
 
Marcel Duchamp influencera tout le pop art, l’art conceptuel et l’art corporel.
 
Citations :
 
"Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire". Baudelaire.
 
"Les "Ready-made" jouent avec nos représentations mentales." Marcel Duchamp.
 
"L’individu, en tant que tel, en tant que cerveau, si vous voulez, m’interesse plus que ce qu’il fait,
parce que j’ai remarqué que la plupart des artistes ne font que se répéter." Baudelaire.
 
Marcel Duchamp reste inclassable dans l’histoire de l’Art,
il ouvre une dimension nouvelle à la conscience artistique, par une démonstration ludique.
 Il donne également des titres qui ajoutent à la provocation :
 
 L.H.O.O.Q (elle a chaud au cul), pour la Joconde.
  
 
La majorité des ready-made originaus ont disparu, on utilise des répliques lors des grandes rétrospectives, comme quoi….."c’était l’idée et non l’objet qui était à sauvegarder".
 
 
 
 

 
 
 
 

Advertisements

3 Réponses

  1. Unknown

    super bien ecrit et interressant comme tjrs sk

    26 avril 2006 à 01:57

  2. marie

    pas fan non plus de tout ce paradoxe  , ptêtre pas assez dans la compréhension du message  , et pourtt, message ya eu, et influence  certaine même si elle me dérange qque peu, je garde … mais qd je ferme les yeux , c\’est vers les couleurs de RENOIR que mon coeur  s\’ouvre  et que dans mon imaginaire j\’essaye de reparcourir les heures passées à peindre
    bonne semaine
    mh

    18 avril 2006 à 00:49

  3. Chrysalis'

    Et oui "le concept" aujourd\’hui tient une place de choix dans le monde de l\’art… Qu\’importe l\’objet ou sa qualité en tant qu\’oeuvre d\’art pourvu que le message passe.
    Ce fameux phénomène de désacralisation !
    Outre le fait d\’être un beau pied de nez à celui ou celle qui se procure une oeuvre d\’art parce qu\’elle serait en harmonie avec son intérieur ou parce que ses couleurs colleraient parfaitement avec le papier peint ou le nouveau canapé, l\’art conceptuel aura eu au moins le mérite, par le détournement d\’objets usuels, de donner une autre vision de l\’art. J\’ai pu admirer des installations intéressantes notamment au musée d\’art moderne de Villeneuve d\’Ascq. Là encore certaines thématiques vous invitent plus que d\’autres au voyage tout comme dans la peinture "traditionnelle". C\’est ainsi.
    Pourrait-on considérer Duchamp comme un précurseur de l\’art conceptuel ? Quoiqu\’il en soit son oeuvre ne m\’attire pas…
     
    Amitiés.

    14 avril 2006 à 19:13

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s