La critique est aisée mais l'Art est difficile

MODIGLIANI ET LES FEMMES

 
 
 
 
 
 
  
 
 
Ce peintre, dessinateur, sculpteur est né en Italie en 1884 et décédera à Paris en 1920.
 
Pour appréhender son oeuvre, il faut avoir en tête que sa découverte de la sculpture nègre, et le fait qu’il soit sculpteur,
 habitué à tailler directement dans la pierre ont influencés sa peinture.
 
A l’exception de quelques paysages, peints lors d’un séjour à Nice, la partie la plus connue et la plus importante de son oeuvre,
 reste ses portraits de femmes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le personnage était séduisant et coureur de filles, à trente ans l’absinthe et le haschich l’avaient "ravagé".
 
 
Destin tragique :Après avoir été le "Prince de Montparnasse", ou il lui arrivait de payer ses whiskies avec ses dessins,
 il s’enferma en janvier 1920, avec sa maîtresse enceinte, dans la pauvre chambre qui lui sert d’atelier,
 pour y vivre ses derniers jours.
On les retrouvrera dans le désordre et la saleté, dans une pièce glacée, Amédéo et Jeanne allongés,
parmi les bouteilles vides et les boîtes de sardines éventrées. Modi sera transporté à la Charité, l’hôpital des pauvres,
 il y mourra d’une méningite à l’âge de 35 ans. Jeanne qui n’avait que 25 ans, se donnera la mort le lendemain,
 en se jetant par la fenêtre.
Quelques heures plus tard, le peintre était enterré au Père-Lachaise, un imposant cortège mêle le génie et la pauvreté,
les fastueuses couronnes aux humbles bouquets. Jeanne sera enterré au cimetière de Bagneux.
 
Mais belle histoire d’amour :
 
 les deux corps seront réunis quelques années plus tard, au Père-Lachaise, sur la demande de la famille du peintre. 
 
 
 
Nus et portraits de femmes :
 
certains toiles seront saisies pour outrage à la pudeur…
 
 
 
 
"Nu assis sur un divan" :
 
 Dédie Hayden, la femme du peintre polonais pose, ses formes sont pleines, son visage gracieux,
et le linge blanc souligne plus qu’il ne cache, les courbes sensuelles de son corps.
 La chair en aplats mordorés se détache sur le fond pourpre.
 
  
 
 
 
 
 
 
 
"Nu couché, les bras ouverts", 1917, le modèle est certainement la belle Gaby,
rencontrée  à la Closerie des Lilas et qu’il avait initié à la drogue.
 Le haut du corps s’allonge et rend encore plus séduisantes les rondeurs des cuisses et des seins.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
"Nu couché accoudé", 1917, Washington
 
 
 
 
 
 
 
 
"Le Grand nu", 1917, New-York
 
 
 
 
 
 
 
 
"Femme en robe noire", Modigliani peint inlassablement le même visage oblong,
aux yeux souvent sans pupilles, inspiré des masques africains.
 
 
 
 
 
 
 
"Renée la blonde", il est rare de ne pas croiser le beau ténébreux aux bras, d’une jolie fille, à Montmartre,
les femmes se succèdent dans ses bras.
 
 
 
 
  
 
 
"Jeanne Hébuterne"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
"Jean Hébuterne au grand chapeau", il fit plusieurs portraits d’elle.
 
 
 
 
 
 
 
 
"Portrait de Madame Georges Van Muyden", Musée de Arte à Sao Paulo.
 
 
 
 
 
 
 
 
"Jeune fille brune assise", 1918
 
 
 
 
 
 
 
 
"La Rousse aux yeux bleus", 1917, collection particulière.
 
 
 
 
 
 
 
 
"Femme assise", 1918, Musée national d’art moderne, Paris. le portrait que je préfère.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
"Clémente"
 
 
 
 
 
 
"Masolatok"
 

 

 

 

Film britannique sur la vie de Modigliani

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 Réponses

  1. Brigitte

    Bonjour Harmony,
    J\’ai pu enfin regarder ce billet mais il faut que je fasse un cliq droit "afficher l\’image" à chaque fois. Pas grave. je ne connaissais pas "Renée la blonde".
    Amicalement
    Brig

    19 octobre 2006 à 00:17

  2. Yohan

    Jéme plus les femme que mon frére Fai
    ;p

    6 juillet 2006 à 14:07

  3. Otangerac

    ah!!!  chère amie et confidente,
    le jour vas se lever moi je vais me coucher
    Je ne pouvais pas demander mieux
    J\’étais là, ou je voulais être
    Depuis des mois, mais là!!
    J\’en ai marre,
    Je veux tout plaquer
    Mais je ne peux
    échapper a cette ronde infernale
    Et de toutes ces contraintes
    supporter ses fumées de cigarettes
    moi qui es arrêté de fuméj\’en suis imbibé, de la tête aux pieds

    3 juillet 2006 à 06:34

  4. Otangerac

    comment tu fait pour etre partout a la fois

    3 juillet 2006 à 06:14

  5. Chrysalis'

    Parmi les films que j\’ai pu voir concernant la vie de peintres, celui-ci remporte tous les suffrages. Poignant !
    Ce qui m\’a permis de me pencher davantage sur ce peintre.
    L\’une de ses toiles est exposée au musée des Beaux Arts de Lille, si mes souvenirs sont exacts….ce qui frappe au premier abord lorsque l\’on s\’en approche c\’est l\’apparition de la toile à quelques endroits. Alors qu\’en les voyant sur photo la sensation est tout autre…mais devant cette toile je suis resté tout de même très admiratif.

    2 juillet 2006 à 18:40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s