La critique est aisée mais l'Art est difficile

LE CALENDRIER REPUBLICAIN

 

Je publie, maintenant car dans quelques heures je serais dans le train pour "mon" Paris.

Quelques jours dans ma ville, près d’une amie de fac, feu d’artifice, visite du musée du quai Branly…..

 

 

Si j’ai fait un billet sur les fêtes du bicentenaire, auxquelles j’ai eu la chance immense de participer,
je ne ferais pas de rappel et encore moins l’apologie de cette sanglante révolution.
 
 

Par contre je vais vous parler du calendrier républicain et vous montrer quelques photos humoristiques

 


 

"La marmite épuratoire des Jacobins" : armé d’une écumoire, le cuisinier Robespierre, coiffé d’un bonnet phrygien,
examine à la loupe, Danton, Desmoulins et autres, qui sont dans la marmite.
 
 
"Encrier d’époque républicaine" : le bonnet phrygien écrasant le clergé.
 
 
"Le père Duschene"
 
 
est un personnage fictif, le pseudonyme du directeur et rédacteur du journal : Hébert. 
 
 
 
 
 
C’est le journal le plus populaire sous la révolution
 
 
Hébert 
 
 
 
 
 
 
 
Le personnage du père Duchesne, 
est le représentant type de l’homme du peuple, grossier, qui dénonce les abus et les injustices.
 
"Coquin filou peureux nom de dieu vous m’appeler canaille.
Dès que j’ouvre les yeux nom de dieu jusqu’au soir je travaille sans dieux.
Et je me couche sur la paille nom de dieu."
 
 
 
En réponse à la déchristianisation, on propose de mettre en place des fêtes placées sous les auspices de l’Etre suprême.
Ce culte venait des philosophes déistes et risquait de mettre en place une religion d’Etat.
Le 7 mai 1794, 18 Floréal an II, Robespierre fait décréter que
"le peuple français reconnait l’existence de l’Etre suprême et de l’immortalité de l’âme.
 
 
Il institue une série de fêtes célébrant ce nouveau culte. David (le peintre), prépare la cérémonie qui eu lieu le 8 juin 1794,
 20 Prairial an II, et que Robespierre présida.
Paris était décoré de guirlandes de fleurs et de feuillages. Les différentes sections citoyennes, en robe blanche,
citoyens portant des branches de chênes et enfants portants des corbeilles de fleurs, convergent vers les Tuileries,
ou Robespierre fait un sermon auquel succède un hymne au Père de l’Univers.
Puis tout le monde se rend en procession au Champ-de-Mars, ou avait été érigé une montagne symbolique,
 constituée de tombeaux, pyramides et temples grecs.
 
 
 
Détail d’un éventail montrant Robespierre brûlant l’athéisme et le fanatisme et dévoilant la vérité.
 
 

 
Mascarade religieuse 
 
 
 
 
 
 
 
Le calendrier républicain
 

 
Messidor – la moissonneuse assoupie
 
 
Une nouvelle ère avait commencé le 22 septembre 1792 lors de la proclamation de la République.
Les années débutaient maintenant le 22 septembre et étaient divisées en 12 mois de 30 jours
eux même subdivisés en trois décades. Le dixième jour de chaque décade consacré au repos remplaçait le dimanche.
Les mois étaient les suivants Vendémiaire, Brumaire et Frimaire pour l’automne, Nivôse, Pluviôse et Ventôse pour l’hiver, Germinal, Floréal et Prairial pour le printemps, Messidor, Thermidor et Fructidor pour l’été.
Les cinq jours restant pour finir l’année étaient réservés aux fêtes sous la dénomination de sans-culottides.
Les noms des saints étaient remplacés par des productions naturelles (châtaigne, raisin, colchique …) des animaux
 (cheval, boeuf, âne …) ou d’instruments aratoires (tonneau, pressoir …)
 
 
 

    Calendrier républicain de 1784. 

 

 
 
Différents calendriers
 

 
 

 

 
 
Quelques figures du calendrier républicain .
 
AMUSEZ VOUS….
 
 
 
 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s