La critique est aisée mais l'Art est difficile

VISITE A L’HOTEL DE SULLY

SUITE ET FIN DE MON ESCAPADE PARISIENNE
 
 
 

Le contrôleur des finances Mesme Gallet fit construire entre 1625 et 1630,

 un hôtel particulier avec jardin et orangerie donnant accès à la place Royale – aujourd’hui place des Vosges

et situé en plein Marais, à Paris, quartier alors à la mode.

 Malheureusement Mesne, ruiné au jeu, dut vendre et l’achévement des travaux se fit entre1628-1634,

 par le nouveau propriétaire, Roland de Neufbourg.

L’hôtel de Sully, n’est pas en brique et pierre comme les hôtels un peu plus anciens de la place des Vosges,

 mais totalement en pierre de taille.

 Cette pierre en grand appareil était une dépense habituellement réservée aux églises et aux constructions royales. 

 

 

 

 Maximilien de Béthune, premier duc de Sully, ancien ministre des finances et surintendant des bâtiments du roi Henri IV,

le racheta le 23 février 1634. Le vieil homme en acheva le décor et y vécut ses dernières années.

L’architecture de l’hôtel :

 

 

Le shéma symétrique de la façade sur rue est formé d’un portail encadré par deux murs bas et deux pavillons,

qui sont composés de deux étages et divisés en trois travées,

ils sont surmontés d’un important toit d’ardoise pyramidal percé de lucarnes.

Un bel appareil à refends entoure les fenêtres,

 surmontées de frontons curvilignes au rez-de-chaussée et triangulaires à l’étage.

 

 

Le portail est encadré par deux colonnes supportant un entablement et un balcon.

Au-dessus du portail, s’étend entre les deux pavillons une terrasse bordée d’une balustrade de pierre. (voir album photo)

 

Les façades de la cour :

 

La façade du corps de logis principal s’étend sur cinq travées, la travée médiane, entrée de l’hôtel, étant plus décorée.

Mais l’ensemble des bâtiments présente un riche décor.

Le niveau du rez-de-chaussée est surélevé par rapport au sol de la cour

et l’accès à la porte s’effectue par un perron surveillé par deux sphinges.

 

 

L’intérieur :

 

L’appartement de Sully, contrairement à la coutume qui laissait généralement à l’épouse l’étage supérieur,

se situait au premier étage ou étage noble du logis principal. Au-dessus de l’appartement de la duchesse,

 la chambre du duc  était décorée de six pièces de tapisserie racontant l’histoire de Roboam,

 et meublée "d’un grand lit carré de velours cramoisi chamarré de bandes et broderies d’or et d’argent",

 de fauteuils et de tapis de Turquie et de Chine jetés par terre et sur les tables.

Au plafond de l’alcôve de la chambre, Antoine Paillet a peint une figure de l’Harmonie qui "préside aux réveils heureux".

 

 

 

Allégorie de l’Eau

 

 

  Son petit-fils Maximilien, second duc de Sully,

 fit construire une aile supplémentaire à l’édifice en 1660, à l’ouest du logis côté jardin.

 

Antichambre de l’appartement de la duchesse.

 

Une coupole à l’italienne couronne la chambre de la duchesse.

 

 

L’hôtel de Sully porte encore aujourd’hui le nom de cette famille qui l’a possédé jusqu’au XVIIIe siècle.

 

 

  A la mort de son mari en 1611, Charlotte Séguier continuera à vivre dans l’hôtel, même après son remariage.

 Elle survécut à son fils Maximilien et à sa belle-fille. A partir de 1729, l’hôtel fut transmis à une branche cadette.

Il changea de nom lors de son acquisition par Benoît-Antoine Turgot de Saint-Clair.

A la mort de son père, Charlotte Turgot hérita de l’hôtel qui prit le nom de son mari, René-Gabriel de Boisgelin.

Vingt-cinq ans plus tard, quand elle fut veuve, elle vendit l’hôtel en 1796 à un négociant.

La destinée aristocratique de l’hôtel disparut et comme de nombreuses demeures du Marais,

il devint un immeuble de rapport et passa entre les mains de différents propriétaires.

Au XVIIIème siècle, les claveaux surmontant l’arcade centrale de l’orangerie

 ont été retaillés pour l’installation d’un cadran solaire.

 

 

 Devenu immeuble de rapport au XIXe siècle,

 il reçut de multiples adjonctions et transformations pour abriter commerces, artisans et autres locataires.

 Classé monument historique dès 1862,

 l’hôtel allait lentement renaître grâce à de nouveaux propriétaires plus soucieux de sa conservation.

 

                                       L’hôtel au tout début du XXème siècle

 

Il devint propriété de l’État en 1944. Une longue campagne de restauration fut alors entreprise,

et s’acheva par la restauration de l’orangerie en 1973.

Il abrite depuis 1967 le siège de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, devenue en 2000,

Centre des monuments nationaux.

Cet établissement public sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication

 gère plus de cent monuments nationaux, parmi les plus prestigieux, et édite des ouvrages consacrés au patrimoine.

La grande salle du rez-de-chaussée du corps du logis principal acceuille depuis 1993,

la librairie du patrimoine, qui conservé de magnifiques solives peintes

 

 

et ou Nabelle et moi n’avons pu nous empêcher de faire des achats.

C’est ainsi que je peux vous montrer de belles photos de l’intérieur,

 car hélas l’hôtel n’est ouvet au public et encore avec parcimonie, que pour les journées du patrimoine…

 

 

Publicités

3 Réponses

  1. Chrysalis'

    merci pour les infos j\’ai fait parvenir un message sur msn, j\’ai reçu un code pour ce problème pour toute nouvelle correspondance j\’espère que nous aurons une réponse.
    Dans cette attente, je te souhaite une bonne semaine Harmony.
    Bise.

    31 juillet 2006 à 00:01

  2. Chrysalis'

    A mon avis comme rien n\’est Hébergé sur ton pc, ça ne doit rien à voir avec la mémoire. Peut-être que comme tu utilise beaucoup d\’images cela ralenti l\’affichage..
    Je suis tout à fait près à en avertir MSN seulement je ne vois pas la rubrique contactez-nous nulle part, ou je n\’ai pas les yeux en face des trous??
    En bas, je vois juste signalez un abus mais si je clique là dessus, il risque d\’y avoir un quiproquo avec MSN…
    Si tu pouvais m\’envoyer directement le lien ou me signaler l\’emplacement de cette rubrique, c\’est avec plaisir que je suivrai tes intructions.
    Courage.
    Biz

    30 juillet 2006 à 18:05

  3. Nicole

    Coucou , tout va sur ton blog , c\’est long pour le chargement , peut être ton pc ? a voir la mémoire ou autre , Bisous
    lalunaluna

    30 juillet 2006 à 09:45

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s