La critique est aisée mais l'Art est difficile

Le YEMEN – Pays de la reine de SABBA

 

 

LE YEMEN

 

 SUR LA ROUTE DE L’ENCENS

et

DES PILLEURS DES ROYAUMES

 

 DE LA REINE DE SABA

 

  

 

Samedi 17 février 2007, sur ARTE,

 une émission sur le pillage des trèsors archéologiques du YEMEN,

une aubaine pour la passionnée d’archéologie que je suis. 

Ayant besoin de repos,  je m’accorde une pause télévision, et ce reportage me donne l’idée

 de consacrer un billet sur le sujet.

 

 

 

Socotra 

 

Une étape incontournable  pour les nombreux bateaux naviguant sur la route maritime

reliant l’océan Indien  à la mer Rouge.

 Un itinéraire commercial qui provoqua le déclin des routes caravanières terrestres au tournant

 de notre ère, alors qu’elles avaient, peu de temps auparavant,

 fait la richesse des marchands arabes transportant l’encens depuis le sud du Yémen.

Dans ces grottes , des voyageurs ont laissé les traces de leur passage.

 Des inscriptions sur les parois, notamment en brami, prééthiopien, palmyréen ou araméen

– une langue sémite du Proche-Orient utilisée par le Christ –

 comme sur cette tablette de bois, mise au jour par notre explorateur,

 qui raconte la venue d’un certain Abgar en 258 apr. J.-C.,

ou encore le dessin d’un bateau équipé d’un gouvernail.

Autant de documents qui en disent long sur la fréquentation de l’île depuis la haute Antiquité.

Sans doute parce que déjà, dans ces temps reculés, l’île de Socotra, Dwipa Sukhara en sanscrit qui signifie

 « île de la Béatitude »

possédait une flore exceptionnelle dont la myrrhe et l’encens. 

 
 Les espèces végétales spécifiques à ce lieu comme le dragonnier, dont les vertus médicinales et tinctoriales
 
 déjà utilisées par les Romains ont toujours cours. Il y a sept espèces d’encens.
 
  L’encens est de toutes les discussions :
 
 sa récolte, sa couleur… Et ses légendes, dont celle du phénix,  cet oiseau extraordinairement beau
 
qui nichait sur l’île sur un bûcher d’encens et de cannelle pour ensuite renaître de ses cendres.
 

Les bédouins qui n’ont pas de ressources pillent les sites archéologiques

 pour revendre les trésors

qu’ils découvrent à de riches collectionneurs.

Ces tribus locales dans le nord du Yémen, à la frontière avec l’Arabie Saoudite,

 dans le territoite désertique du Jawl, échappent au contrôle de l’Etat.

Cependant pour envoyer des sculptures de plusieurs tonnes en Suisse par exemple, il faut des containers,

des avions etc…forcément des appuis très importants!!!

Au coeur de ce que l’on nomme l’Arabie heureuse,

la région regorge de trésors archéologiques, vestiges des mythiques royaumes de Saba, qui pourraint

donner de précieuses informations sur cette civilisation préislamique et sur sa reine,

dont l’existence est controversée, aux archéologues et historiens.

Mais cette zone est dangereuse : prises d’otages…

Malheureusement depuis quelques années les autochtones déterrent statues, bijoux,

 piliers et trônes pour les revendre à prix d’or.

La région étant très pauvre, les trafiquants défendent armes à la main s’il le faut, leur butin.

L’archéologue français, Rémy Audouin et son collégue Mourir Arbach sont parvenus

à faire un début d’inventaire.

Ils ont répérés des piliers grévés de scènes culturelles :

le site n’est plus qu’un champ de ruines criblé de trous,

hommes, femmes, enfants, tous fouillent n’importe comment 

 

  

 et font que sont

à jamais perdu de précieuses indications.

Les deux archéologues boulversés par cet état de fait ont décidé d’alerter l’opinion publique,

de réunir des fonds et de convaincre le gouvernement yéménite de la nécessité de fouilles archéologiques.

Après avoir obtenu financements et accord de principe, au dernier moment,

 seule l’équipe de tournage censée les accompagner est autorisée à entrer sur le territoire,

sous solide escorte…

 

   

LA REINE DE SABA MYTHE OU REALITE ??? 

   

La Reine de Saba, est un personnage légendaire que l’on retrouve dans plusieurs récits et

 qui aurait régné sur le royaume de Saba,

 situé approximativement entre le Yémen et l’Éthiopie.

 Différents prénoms lui sont attribués selon les sources. ainsi, les traditions éthiopiennes l’appellerait Makéda,

 celles du Yemen Balqama, et celles de l’islam Balkis …

Son nom n’est pas mentionné dans la Bible.

Toutes les sources ne racontent pas les mêmes anecdotes ni les mêmes détails

 de la rencontre entre la reine de Saba et Salomon à Jérusalem.

 La Reine est, dans tous les cas,

 décrite comme une femme sublime,

 et considérée comme un personnage d’une profonde sagesse et d’une haute intelligence par certains,

 et comme une magicienne tentatrice par d’autres.

Par ailleurs il ne faut pas oublier que les noms très anciens sont souvent des translitérations leur orthographe

 peut donc varier fortement selon les sources.

 Dans la bible traduite par Louis Segond on lit ainsi Seba.

 

 

Récits des textes religieux 

 

Le chapitre 10 du Premier livre des Rois raconte dans la Bible hébraïque la venue de cette reine

dans le royaume d’Israël et sa rencontre avec le roi Salomon. Puis dans le Nouveau Testament,

 l’évangile selon Saint Luc l’évoque et l’appelle Reine de Midi.

Dans le Coran, elle est appelée Balkis et apparait dans la sourate 27.

 Certains la dénomment également Cassiopée, l’associant à la reine éthiopienne du même nom

dans la mythologie grecque.

D’autres récits divers se sont ensuite amalgamés.

Le récit de la Bible hébraïque ne raconte qu’en 13 versets les riches cadeaux

 (or, pierres précieuses et parfums)

de la Reine de Saba puis comment elle fut impressionnée par le faste du palais et de la Cour de Salomon

puis par sa grande sagesse après l’avoir éprouvée.

Elle eut le souffle coupé après avoir assisté aux services rendus à Dieu dans le Temple de Jérusalem.

 Elle loua la sagesse de Salomon et Dieu qui l’avait choisi pour régner sur Son peuple.

 Puis elle retourna dans son pays.

Le récit du Nouveau Testament fait apparaitre la "Reine du Midi (ou du Sud)"

pour l’accuser lors du Jugement dernier.

Pour le Coran, la Reine n’était pas fidèle à Dieu et son peuple se prosternait au soleil.

 C’est pour cela que Salomon l’aurait invitée

 

  

 

La légende

 

On trouve en fait beaucoup de légendes sur elle, en particulier dans le Kebra Nagast,

dont la version définitive se situe au XIVe siècle.

 Il se dit la traduction d’un original copte retrouvé avant 325 dans les trésors de

 Sainte-Sophie de Constantinople, reprenant les récits du Tanakh/Ancien Testament,

 enrichis d’une longue histoire établissant comment la domination d’une moitié de l’univers a été promise

 aux rois d’Éthiopie descendants de Salomon.

 Pour beaucoup d’archéologues, cela ne serait qu’une légende à valeur métaphorique,

 fondamentale pour l’Église copte éthiopienne, mais il existe une tribu de Juifs éthiopiens,

 appelée Falashas, qui est parfois considérée comme celle des descendants de Salomon et

 de la reine de Saba, bien qu’eux-mêmes réfutent cette histoire.

Des historiens pensent que la légende aurait été utilisée à des fins politiques au XIVe siècle

afin d’assurer la stabilité de l’État éthiopien, et le serait encore :

Hailé Sélassié a prétendu pendant des années descendre du roi Salomon et de la reine de Saba.

La légende veut qu’elle se soit rendue à la cour du roi Salomon après que celui-ci l’eut,

 d’après certaines sources, invitée à se convertir au judaïsme.

 Elle apporta à Jérusalem de nombreux présents ,

mais voulait surtout éprouver la sagesse de Salomon par des énigmes.

 Il trouva les réponses à toutes ses questions, et l’impressionna fortement.

Par exemple, certains récits racontent qu’il parvint à reconnaître une unique fleur naturelle

 parmi un bouquet de fleurs artificielles remarquablement réalistes, en utilisant une abeille…

Salomon la testa également, en la faisant entrer par une porte de son palais faite de verre et de marbre bleu.

Le sol imitait si bien l’eau à cet endroit que Makéda fut trompée, et pour passer l’eau factice

elle remonta sa robe, dévoilant ses jambes…

Le roi Salomon aurait ainsi voulu vérifier si elle n’avait pas, comme certains le prétendaient,

des jambes de bouc ou d’âne.

On raconte qu’elle était si belle que Salomon lui proposa de devenir sa femme, mais elle refusa,

car il en avait déjà de nombreuses, et elle voulait être l’unique femme d’un homme.

 Il lui promit alors de ne rien lui demander, si elle acceptait de ne rien prendre dans son palais.

Dans le cas contraire, il aurait le droit de lui demander quelque chose, qu’elle ne pourrait refuser.

 Elle accepta.

Mais un soir, après avoir assisté à un banquet où la nourriture avait été particulièrement épicée,

 elle se trouva incapable de dormir tellement elle avait soif.

Il n’y avait rien à boire dans ses appartements, aussi se mit elle à marcher dans le palais…

Or dans le palais courait un ruisseau qui avait été détourné exprès.

 Il lui permit de se désaltérer, mais quand Makéda eut finit de boire,

 elle découvrit Salomon qui l’observait. Celui-ci lui rappela sa promesse,

 et lui demanda de partager sa couche…

Elle accepta finalement de se convertir et resta aux côtés du roi pendant six mois,

avant de se résoudre à rentrer dans son royaume.

Elle y mit au monde un fils, né de son union avec Salomon : Ménélik (ou Ibn el Hakim),

qui se rendit plus tard à Jérusalem pour se fait reconnaître de son père,

 après quoi la dynastie éthiopienne qu’il avait fondée prit le nom de salomonide.

 

 

 

 

  La reine de Saba dans l’art

 

Peinture

 

"Rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon" par le peintre italien Piero della Francesca 

 

Sculpture

 

 
"Rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon" 
 
par le sculpteur italien GHIBERTI
 

Musique

 

 

Projet de costume

 

La Reine de Saba est également un opéra de Charles Gounod (1862) ou de Karl Goldmark (1875).

 

Cinéma

Le personnage de la reine de Saba a beaucoup inspiré les réalisateurs;

 on peut citer :

1952 : La Reine de Saba, film italien de Pietro Francisci

1959 : Salomon et la reine de Saba, film américain de King Vidor, avec Gina Lollobrigida

 

 

 

Gastronomie

Reine de Saba est également le nom d’un savoureux gateau au chocolat.

 

 

 

 

 

  

Publicités

7 Réponses

  1. francine

    coucou nicole,
    magnifique ce billet…… on se replonge dans l\’histoire c\’est super. Ou en est la pétition???????? Elle stagne, je suis décue, mais bon, moi je ne sais plus quoi faire.
    Gros bisous à toi.
    Tendresse amicale
    Frane

    23 avril 2007 à 13:03

  2. Cricri

    Kikou ma petite Nicole
    Je te remercie de ton passage sur mon blog a l\’occassion de mon annif
    Je te souhaite une bonne fin de dimanche et te fais plein de bisous d\’amitié
    A bientôt
     
    CRICRI

    22 avril 2007 à 17:47

  3. MOI

    ***une petite chanson bisous***
     
    http://serveur1.archive-host.com/membres/up/694298588/clip_what-a-wonderful-world-son.pps

    22 avril 2007 à 17:39

  4. MOI

    est ce que tu peux repondre a mon billet du 20/04/2007 17:09 je te remercie beaucoup bisous

    22 avril 2007 à 12:03

  5. MOI

    <a href="http://www.hiboox.com&quot; target="_blank"><img alt="Image hébérgée par hiboox.com" src="http://images1.hiboox.com/images/1607/9mmprz05.gif&quot; /></a>
     
    COUCOU BONJOUR ALORS TU AS PAS LE MORALE IL FAUT PAS BAISSER LES BRAS REGARDE J AI JAMAIS BAISSER LES BRAS ET JE COMMENCE A ETRE GUERRIE C EST POUR SA QUE JE FAIT UN BLOG RIGOLO COMMECA JE SAIS QUE LES GENS ON RIT AU MOIN UNE FOIS DANS LA JOURNEE.PASSE UN BON DIMANCHE GROS BISOUS
     
     

    22 avril 2007 à 10:49

  6. ghis

    bonjour harmony , je passe te souhaiter un bon dimanche !! super billet sur la reine de saba j\’ais vue le reportage à la télé!! je clique sur petit panda !! ma souris déconne j\’ais du mal , sa rame , (vivement que je puisse investir…! hi!hi! gros bisous, à plus ghis!!!!+++

    22 avril 2007 à 09:37

  7. MOI

    COUCOU  JE VIENT TE FAIRE TON GROS BISOUS DU SOIR SANS QUOI TU VA PAS SAVOIR DORMIR HI HI HI BONNE SOIREE HI HI HI
     
    <a href="http://www.hiboox.com&quot; target="_blank"><img alt="Image hébérgée par hiboox.com" src="http://images1.hiboox.com/images/1607/a8hyvvez.gif&quot; /></a>

    21 avril 2007 à 18:29

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s