La critique est aisée mais l'Art est difficile

L’esclavage du XVe siècle à nos jours


10 mai

 Journée de commémoration de

 l’abolition de l’esclavage

L’HOMME NAIT LIBRE !

 

L’esclavage exite depuis la nuit des temps,

Grèce, Rome, Egypte……….. 

 

 

A partir du XVe siècle 

1441 : Des navigateurs portugais ramènent les premiers esclaves au Portugal

1454 : Le Pape Nicolas V autorise le roi du Portugal à pratiquer la traite

1492 : Christophe Colomb fait son voyage transatlantique,

des africains sont embarqués dans les caravelles dès le second voyage

1518 : Charles Quint autorise la traite et l’esclavage

1537 : Le Pape Jules III condamne toute mise en doute

de la pleine humanité des Indiens

1550 : Charles V affranchit tous les esclaves des Indes occidentales

1570 : Le roi du Portugal interdit la réduction des Indiens à l’esclavage

1620 : Premières arrivées d’esclaves africains

dans les colonies continentales africaines

1626 : Autorisation accordée pour déporter quarante esclaves nègres

 à l’île de saint Christophe (colonie française d’outre-mer)

1642 : Louis XIII autorise la traite

1643 : Première expédition française officiellement reconnue :

l’Espérance de la Rochelle revient avec de Saint Christophe

1670 : Colbert accorde la liberté du commerce avec les îles

1672 : Première expédition négrière de Bordeaux

 (le Saint Etienne – de- Paris)

1673 : Création en France de la Compagnie du Sénégal

qui conduit des africains aux Antilles et à la Guyane

1678 : 27 000 esclaves sont présents aux Antilles françaises

1684 : Création en France de la Compagnie de Guinée

qui conduit des africains aux Antilles et à la Guyane

1685 : Promulgation par Louis XIV du Code Noir en France

1688 : Première expédition négrière de Nantes (la Paix)

1688 : Première expédition négrière de Saint Malo (le Pont d’Or)

1701 – 1713 : La France récupère l’asiento

 (exclusivité de la fourniture d’esclaves noirs pour les colonies espagnoles)

1713 : L’Angleterre obtient l’asiento

1716 : Permission royale de faire

« librement le commerce des esclaves »

accordée à Rouen, La Rochelle, Bordeaux, et Nantes

1725 : Fin du monopole effectif,

 la traite privée est libre en échange de droits payés

1726 : Saint Domingue compte 100 000 esclaves pour 130 000 habitants

1734 : Abolition en Hollande des privilèges sur la traite sauf en Guyane

1738 : Déclaration royale limitant le séjour des esclaves noirs

 en France à trois ans.

1749 : Quarante-quatre expéditions négrières quittent Nantes pour l’Afrique

1750 : Certains protestants, les Quakers ; certains philosophes : 

Montesquieu, Rousseau, Condorcet, s’indignent contre la traite et l’esclavage

1767 : En France, liberté totale de la traite sans droits à payer

1770 : Les Quakers interdisent à leurs membres la possession d’esclaves

1777 : Le Vermont (USA) décrète l’abolition graduelle de l’esclavage

1777 : L’île de France (île Maurice) compte 25150 esclaves sur 29760 habitants

1778 : Interdiction des mariages mixtes en France

1784/1785 : Deux ordonnances royales limitent les mauvais traitements

 infligés aux esclaves et prévoient des peines pour leurs auteurs

1787 : Création de la société anti-esclavagiste

(avec Wilberforce et Clarkson) à Londres

1788 : Création à Paris de la Société des Amis des Noirs

1789 : France – Déclarations Droits de l’homme et du citoyen :

art 1 – « Les hommes naissent libres et égaux en droit »

1789 : 700 000 esclaves aux Antilles françaises,

première insurrection en Martinique

1791 : Troubles à la Martinique, à la Guadeloupe 

– en août révolte des esclaves de Saint-Domingue (Haïti).

1793 : Abolition de l’esclavage à Saint-Domingue (Haïti).

1794 : décret de la Convention abolissant l’esclavage en France

1795 : Révolte des esclaves à Grenade, à St Vincent, à la Jamaïque

1796 : Aux Mascareignes, les colons n’appliquent pas l’abolition

et renvoient les commissaires de la République

1802 : Bonaparte rétablie en France l’esclavage dans les colonies

 françaises conformément à la législation antérieure à 1789.

1803 : Mort de Toussaint Louverture au Fort de Joux

1803 : Interdiction de la traite négrière par le Danemark.

1804 : Proclamation de l’indépendance d’Haïti

1806 : Révolte des esclaves à Trinidad

1806 : Loi anglaises interdisant l’introduction de nouveaux esclaves

 dans les colonies conquises

1807 : Troubles à la Martinique

1807 : Interdiction de la traite négrière par la Grande-Bretagne

 et de l’importation de captifs et esclaves par les Etats-Unis.

1814 : Interdiction de la traite négrière par les Pays-Bas.

1814 : La France récupère la Guyane, Martinique, Guadeloupe,

 Sénégal et La Réunion, et les comptoirs des Indes. Elle y maintient l’esclavage

1814 : Le Pape Pie VII condamne

« le commerce des noirs »

1815 : Les puissances européennes s’engagent à interdire la traite négrière

au Congrès de Vienne (Grande-Bretagne, France, Autriche, Russie,

Prusse, Suède, Portugal). 29 mars :

 décret de Napoléon Ier, pendant les Cent Jours, interdisant la traite négrière.

1817 : Louis XVIII signe une ordonnance interdisant

la traite en France, démarrage de la traite illégale jusque vers 1830

1817 : Abolition de l’esclavage en Argentine

1818 : première loi française interdisant la traite négrière…ETC

1956 : adoption par l’ONU de  la Convention supplémentaire

relative à l’abolition de l’esclavage, de la traite des esclaves et des institutions

et  pratiques analogues à l’esclavage.


2000

Entrée en vigueur de la Convention de l’OIT sur

« l’interdiction des pires formes de travail des enfants ».

2000 : (décembre) la Charte

des droits fondamentaux de l’Union Européenne

 interdit l’esclavage, le travail forcé et la traite des êtres humains.

2001 : promulgation de la loi française

« reconnaissant la traite et l’esclavage (des XVe – XIXe siècles)

 en tant que crime contre l’humanité ».


2006 : En France,

 le 10 mai

est institué journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage.

 

Entre textes et réalité,

 malheureusement il y a un fossé!

 

 

Esclavage moderne

 

Les différentes formes d’esclavage moderne

Ainsi, malgré les progrès incontestables en matière de textes légaux

ou de conventions internationales,

les situations d’asservissement restent nombreuses dans le monde.

 L’Organisation des Nations unies estime qu’il y aurait aujourd’hui

 200 à 250 millions d’esclaves adultes à travers le monde

auxquels s’ajouteraient  250 à 300 millions d’enfants de 5 à 14 ans.

Ces chiffres recouvrent toutefois des situations très diverses :

L’esclavage classique et ses réminiscences contemporaines

L’esclavage classique perdure toujours aujourd’hui,

bien qu’officiellement aboli dans tous les pays du monde depuis plus de 20 ans.

 Certains auteurs font état de rumeur concernant la persistance de marchés aux esclaves

 dans certains pays, notamment auSoudanet en Mauritanie

 l’on estimait qu’en 1994 11 millions d’habitants,  soit 45% de la population, sont esclaves,

 ou dans les pays du Golfe Persique.

La traite d’esclaves

Fortement liée à l’esclavage traditionnel, la traite d’esclaves existe encore aujourd’hui.

 On peut la définir comme le déplacement ou le commerce d’êtres humains, 

à des fins commerciales, par la force ou la ruse.

 Ce sont le plus souvent les femmes et les enfants qui  sont victimes de ces pratiques.

 Les migrantes sont ainsi forcées à travailler comme employées de maison

 ou comme prostituées.

Des statistiques officielles américaines d’avril 2002 estiment  qu’environ 700 000 personnes

 feraient l’objet de traite entre 2 pays chaque année,

 ces chiffres excluent donc la traite à l’intérieur d’un pays.

La traitepeut servir à alimenter des filières de prostitution dans le monde entier :

 on estime à 2 millions le nombre d’esclaves prostitués en Thaïlande,

 pour répondre notamment aux besoins du tourisme.

« J’ai publié le tourisme culturel oui, le tourisme sexuel, non ».

 La traite sert également à alimenter des ateliers de production 

 et des activités économiques, ainsi en Afrique de l’Ouest,

 des enfants sont recrutés pour du travail dans des conditions d’exploitation,

et sont ainsi transportés clandestinement dans l’ensemble de la région.

 En Chineet au Viêt Nam des femmes sont emmenées dans des îles du Pacifique

 pour y travailler dans des ateliers clandestins à la fabrication de produits destinés

 au marché nord américain.

 Au Mexique, des hommes font l’objet de traite et sont emmenés aux États-Unis

pour y travailler dans des exploitations agricoles.

Les enfants sont des victimes importantes de la traite moderne,

 aussi bien pour être exploités comme travailleurs que comme esclaves sexuels.

 Selon le BIT et Interpol on peut distinguer

 5 grands courants internationaux d’enfants destinés à la prostitution :

 de l’Amérique Latine vers l’Europe et le Moyen-Orient ;

 D’Asie du Sud et du Sud-Est vers l’Europe du Nord et le Moyen-Orient ;

 de l’Europe vers le monde arabe ; d’Afrique noire vers l’Europe,

 le Canada et le Moyen-Orient ;

 et enfin le trafic transfrontalier à l’intérieur de l’Europe.

La traite d’êtres humains est toutefois à distinguer de ce que font les passeurs.

 La traite implique l’usage de la force ou de la tromperie,

 dans le but de réduire en esclavage alors qu’un passeur aide à franchir une frontière

en échange d’une rémunération.

 Dans certains cas, les deux phénomènes peuvent toutefois être liés

et difficiles à distinguer l’un de l’autre ( servitude pour dettes).

La servitude pour dettes

La servitude pour dettes touche plus de 20 millions de personnes dans le monde.

 Les circonstances qui conduisent à de telles situations sont diverses :

 emprunt destiné à financer un traitement médical, une dot, etc.

 L’emprunteur est ensuite astreint à travailler sans congé

 pour le compte du prêteur jusqu’au remboursement de la dette.

Les rémunérations étant toujours très basse,

 il arrive régulièrement que la dette ne soit pas éteinte avant le décès de l’emprunteur 

 et passe ainsi aux générations suivantes.

 D’autres personnes peuvent s’être engagées à payer leur entrée clandestine dans un pays

 par leur travail jusqu’à ce que leur dette soit remboursée.

 Toutefois les « salaires » sont tout juste suffisants pour survivre,

si bien que le remboursement peut s’étendre sur des années.

La servitude pour dette est théoriquement abolie dans le monde entier,

toutefois cette pratique est encore généralisée dans certaines régions du monde.

Ainsi l’Inde a aboli la servitude pour dette en 1975,

sous l’impulsion d’Indira Gandhiet le Pakistan  a voté une loi en ce sens en 1992,

pourtant ces législations demeurent peu appliquées.

 Le Comité Contre l’Esclavage Moderne estime à plusieurs dizaines de milliers

 de personnes en France contraintes de travailler dans des ateliers clandestins

 pour rembourser une dette exorbitante  contractée le plus souvent pour

prix de leur entrée dans le pays.

Le travail forcé

Le travail forcé constitue sans doute la forme la plus connue de l’esclavage moderne,

 entre autres parce que c’est la plus répandue dans les pays occidentaux.

 On parle de travail forcé  lorsque des personnes sont recrutées dans l’illégalité par des États,

 des partis politiques ou des particuliers, et forcées à travailler pour eux,

le plus souvent sous la menace de sévices ou d’autres punitions.

D’après les estimations du Comité Contre l’Esclavage Moderne,

 quelques milliers de jeunes domestiques seraient « employées » illégalement en France

 dans des conditions d’asservissement.

 Ces situations d’esclavage se caractérisent notamment

 par une confiscation des papiers d’identité,

des horaires de travail pouvant aller jusqu’à 21 heures par jour,

 7 jours sur 7 pour des rémunérations faibles ou nulles,

 le tout pouvant être accompagné de brimades physiques et d’abus sexuels.

 Des études montrent que ce type de travail forcé en France

concerne principalement des victimes originaires d’Afrique et d’autres pays pauvres.

 Les tortionnaires appartiennent aussi bien aux catégories socioprofessionnelles supérieures

  qu’à des classes plus modestes et sont le plus souvent originaires du même pays

que la victime.

Les victimes sont parfois même exploitées par des membres de leur famille.

Le travail des enfants

Le travail des enfants est considéré comme de l’esclavage

 lorsqu’il se fait dans des situations dangereuses ou impliquant exploitation.

 Selon le Bureau international du travail,

 250 millions d’enfants de 5 à 14 ans travailleraient actuellement dans le monde,

 dont 50 à 60 millions dans des conditions dangereuses.

 On trouve par exemple en Inde,

des enfants travaillant dans des fabriques de verre non aérées auprès de fourneaux

 dont la température approche les 1 600 °C.

 En Tanzanie certains travaillent 11 heures par jour dans les plantations.

 Des usines de tapis en Inde ou au Pakistan,

sont accusées de faire travailler des enfants jusqu’à 20 heures par jour,

 7 jours sur 7.

 

 

 Dans le meilleur des cas, ces enfants sont sous-payés,

 mais la plupart d’entre eux ne reçoivent pas de salaire pour leur peine,

 et certains sont parfois victimes de mauvais traitements.

Sur les 250 millions d’enfants qui travaillent –  pour la moitié d’entre eux à temps plein –,

 

  

 61 % vivent en Asie (dont un million dans le commerce du sexe),

 32 % enAfrique et près de 7 % en Amérique latine.

Deux millions de jeunes sont aussi concernés en Europe,

notamment enItalie, en Allemagne, auPortugal et auRoyaume-Uni.

D’après le Sunday Telegraph,

des centaines d’enfants arrivent chaque année en Grande-Bretagne pour travailler

 dans les restaurants, les ateliers textiles ou pour se prostituer.

 Ils viennent d’Asie, d’Afrique et d’Europe de l’Est.

Selon un rapport de l’organisation Human Rights Watch,

 des dizaines de milliers de très jeunes adolescents,

souvent originaires duMexiqueou des pays « latinos », travaillent aux États-Unis,

 principalement dans les fermes des États du Sud.

Les autres formes d’esclavage moderne

D’autres formes d’esclavage et d’exploitation peuvent exister,

 qui surviennent au sein même des familles, hors de tout circuit « commercial » ou mafieux.

 

Comité contre l’esclavage moderne

 

 

http://www.ccem-antislavery.org/ 

 

 

6 Réponses

  1. deb

    il y a du travail pour faire cette page , oui c’est sur !!!!
    mais ce travail est gaché par ce fond de page qui rend la totalité illisible !!
    ce n’est pas intelligent !!!!

    14 octobre 2011 à 22:48

    • Désolée mais ce blog a plus de 5 ans et depuis notre serveur a changé et nos anciens billets se trouvent de ce fait très souvent illisibles. Nous avions la possibilité de mettre le cadre de notre choix et maintenant plus, sauf un fond d’écran que j’adapte à chaque publication et là vous êtes sur le fond de la grotte chauvet, qui changera au prochain billet………….

      18 octobre 2011 à 10:21

  2. MOI

    coucou bonjour je te souhaite une bonne journee gros bisous
    http://www.ricaner.com/saint-valentin/pps-ppt/baiser-saint-valentin.pps

    24 mai 2007 à 04:20

  3. lol

    bonsoir Nicole…
    merci d\’etre passée, moi non plus je ne suis plus tres presente sur ce blog….
    en tt cas tjr aussi riche, et tjr de nobles causes.
    oui je sais ts les billets que tu as fait….
    chez Tony il m\’arrive aussi que je ne vois que du noir, j\’actualise la page ca marche une fois sur 2
    pourquoi? je ne sais pas…
    je t\’embrasse, bien  amicalement je repasse un peu plus tard…

    14 mai 2007 à 17:16

  4. tony

    coucou nicole
    quel mine dor ton blog
     en ce qui consene les peinture prb
    jai apris sa ya quelque annee
    oui ses  millais rossetti
    et hun
    qui en 1860 si je me trompe pas
    on decdais de cree une nouvelle  hair
    de peindre il se son inspiree de l art medievale bisou
    tony
     

    11 mai 2007 à 19:34

  5. Philippe

    bonjour, un p\’tit coucou du papy qui te dit, je suis moins présent, mais je penses à vous, il m\’arrive plein de petites choses agréables !!! bizarre !!!

    10 mai 2007 à 17:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s