La critique est aisée mais l'Art est difficile

Gauguin de Pont Aven à Tahiti et le TATAU

 

 

 

 

Après un billet sur le Gauguin de Pont-Aven
 
 
 
 
 
 
"Le Christ jaune"
1889, huile sur toile, Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, NY, USA


 
 
 
Je vous propose :
 
 
"Il quitte tout et part vivre à Tahiti" 
 
 
 
 

 
 
 
 

 Paul Gauguin en Polynésie

 

Découverte de Tahiti

   

 

Son premier séjour de deux ans (de 1891 à 1893)

sera consacré à la recherche qui lui permettra plus tard de développer une nouvelle peinture,

 basée sur la vie quotidienne à Tahiti et sur la mythologie polynésienne.

 Il vit à Mataiea avec la tahitienne Teha’amana, accumule des notes accompagnées de dessins,

de bois gravés et de photographies. Les habitants du village servent de modèles à l’artiste.

 

"La femme au mango" , 1892, Museum of Art,

 

Après un billet sur le Gauguin de Pont-Aven 

Gauguin joue ici en virtuose du contraste coloré, entre le fond jaune de chrome et le bleu profond de la robe.

 L’ampleur des tissus accentue l’effet monumental qu’il recherche souvent dans ses figures.

 Ce réalisme stylisé donne à l’oeuvre un aspect "primitif" que revendique l’artiste.

 Il trouve dans la "barbarie" une source de "rajeunissement", Il écrit d’ailleurs qu’il crée en "sauvage",

soucieux avant tout de transposer sur la toile, la violence des ses sensations.

En 1895, lorsque Gauguin expose à Paris,

 le public refuse de lire les titres tahitiens, dont il orne ses tableaux.Seuls quelques rares amis comprennent son génie :

Degas achète "La femme au mango".

Mais Renoir et Monet trouvent les peintures de leur ancien ami, mauvaises.

Quant à Pissaro il trouve qu’il n’est pas digne d’un homme cultivé de piller les mythes de l’Océanie,

qu’il considère comme sauvages.

Gaugin s’évertue à rendre l’expression mélancolique et rêveuse, tout en essayant de restituer la vie simple maori.

Lors de son retour à Paris, ses oeuvres suscitent parmi les jeunes peintres, beaucoup d’intérêt, pour leur originalité,

 le caractère décoratif de la composition, les couleurs vives choisies, afin de rendre des états d’âme, plutôt que la réalité.

Le peintre ne tient pas compte des critiques et indique que son oeuvre est le fruit du calcul et de la méditation :

"J’obtiens par des arrangements de lignes et de couleurs, des symphonies,

des harmonies ne représentant rien d’absolument réel au sens vulgaire du mot, n’exprimant directement aucune idée,

 mais qui doivent faire penser comme la musique fait penser, sans le secours des idées ou des images,

 simplement par les affinités mystérieuses qui sont entre nos cerveaux et tels arrangements de couleurs ou de lignes."

A propos des impressionnistes, il déclare :

"Ils étudient la couleur, exclusivement en temps qu’effet décoratif, mais sans liberté,

 conservant les entraves de la vraisemblance…. Ils cherchent autour de l’oeil, et non au centre mystérieux de la pensée…

 Ce sont les officiels de demain."

En 1895, Paul Gauguin revient à Tahiti, il s’installe à Punaauia avec Pau’ura, une jeune fille de 14 ans,

 mais ne retrouve pas les jours heureux de Mataiea. Malade, hospitalisé à Vaiami, 

 il pense au suicide, alors qu’à cette époque ses peintures sont empreintes de sérénité.

 A propos de son tableau "Nave nave mahana, jours délicieux" de 1896, il écrit :

"C’est bien la vie de plein air, mais cependant intime, dans les fourrés, les ruisseaux oubliés,

 les femmes chuchotant dans un immense palais décoré par la nature elle-même,

 avec toutes les richesses que Tahiti renferme.

 De là toutes ces couleurs fabuleuses, cet air embrasé mais tamisé, silencieux."

 

Il peint "Nevermore", en 1897

qui selon Françoise Cachin est une composition aboutie, elle écrit :

 "Gauguin fait avec Nevermore un grand nu classique qui inscrit son modèle tahitien

dans la lignée des oeuvres qu’il admirait tant :

Les Grandes Odalisques d’Ingres ou l’Olympia de Manet."                        

                           

"Les seins aux fleurs rouges", 1899, Moma de New York

Cette toile appartient à la dernière période de l’artiste,

qui miné par les soucis perçoit sous les couleurs éclatantes de "l’Eden" tahitien, une incurable tristesse.

 Ses vahinés se font plus graves, les jeunes filles qu’il représente ici ressemblent

 aux porteuses d’offrandes d’une procession religieuse.

 

 

 

Les Marquises 

                         

De 1901, jusqu’à sa mort le 8 mai 1903, il va aux Marquises, à Atuona sur la côte sud d’Hiva-Oa.

 Il y vit avec une jeune compagne, Marie-Rose, construit sa maison sur pilotis

Une reconstitution de la maison de Gauguin a l’emplacement précis où elle se trouvait.

 Il avait baptisé la "maison du jouir", c’est dans cette maison qu’il créera ses dernières oeuvres.

 Le puit est quant à lui d’origine, pour la petite histoire,  il y jetait des affaires par la fenêtre de l’étage,

 du coup on a pu retrouver certaines de ses oeuvres dans ce puit.

Accessoirement à partir de la fenêtre de l’étage grâce à une canne à pêche,

il faisait tremper de l’alcool dans le puit pour le rafraichir.

 "la maison du jouir"

.

 
reconstitution du linteau
 


 

qui comportait un atelier de sculpture, une salle à manger, une cuisine et, à l’étage, une chambre et un grand atelier. 

Cette maison était remarquable par cinq panneaux sculptés et deux statues qui encadraient la porte.

Il peint là une vingtaine de tableaux où les couleurs sont prépondérantes.

Aux Marquises, son côté marginal s’accentue encore, il incite les indigènes à ne pas payer d’impôts

et à ne pas envoyer leurs enfants à l’école qui ne leur enseigne que le mal.

 Procès, condamnation, rien n’y fait, il inscrit sur sa maison

"Te faruru" : ici on aime. Il meurt dans la pauvreté.

 

 

Gauguin, un précurseur de l’art moderne

 

 

 

"D’ou venons-nous? Que sommes-nous? Ou allons nous?

Détail d’un ensemble de 138 x 374,5 cm, Museum of Fine Arts, Boston

Cette oeuvre est un véritable testament spirituel, elle fut peinte en un mois par Gauguin qui avait décidé de mourir.

La maladie, les soucis matériels, mais surtout la mort de sa fille Aline, 

ont eu raison de son enthousiasme et de son rêve exotique.

"Tout cela, écrit-il à propos de cette oeuvre, est fait de chic, du bout de la brosse,

sur une toile à sacs pleine de noeuds et de rugosités; aussi l’aspect en est terriblement frustre."

Le public qui vit le tableau à Paris, en 1898, ne sut pas déchiffrer le sens de cette vaste composition qui représente

"le déroulement de la condition humaine".  Autour de l’idole bleue gravitent les corps nus " en hardi orange" des Maoris,

symboles d’une humanité enfin délivrée des méfaits de la civilisation.

Gauguin a toujours cherché à rendre le secret des contrées exotiques,

essayant, en contact avec les forces de la nature, d’atteindre les sources de la vie intérieure :

"La barbarie est pour moi un rajeunissement"

 disait-il.

 Gauguin ouvre la voie à l’art moderne, notamment au fauvisme et au cubisme,

par le dépaysement, par la forme et la violence de la couleur.

Tout en reconnaissant qu’il devait à Pissarro son initiation à l’art, il s’éloigne des apports impressionnistes,

abandonnant l’exactitude de la représentation, il ne reproduit pas, il suggère.

Stéphane Mallarmé s’émerveillait qu’il soit possible de

"mettre tant de mystère dans tant d’éclat".

L’ère du post-impressionnisme commence avec Gauguin qui définit ainsi le cheminement de l’artiste entraîné

à se libérer des traditions, et même de l’impressionnisme :

"Il fallait se livrer corps et âme à la lutte, lutter contre toutes les écoles, toutes sans distinction,

 non point en les dénigrant, mais par autre chose, affronter non seulement l’Officiel, mais encore les impressionnistes,

les néo-impressionnistes, l’ancien et le nouveau public…

s’attaquer aux plus fortes abstractions, faire tout ce qui était défendu,

et reconstruire plus ou moins heureusement, sans crainte d’exagération, avec exagération même.

Apprendre à nouveau, puis une fois su, apprendre encore, vaincre toutes les timidités,

quelque soit le ridicule qui en rejaillit.

Devant son chevalet le peintre n’est esclave ni du passé, ni du présent, ni de la nature,

 ni de son voisin. Lui, encore lui, toujours lui."

 

 

Tahiti fût son révélateur

 

Gauguin qui apparaît ici comme un visionnaire, resta cependant longtemps incompris.

 En choisissant Tahiti et les Marquises, il rencontra son idéal,

il fut l’un de ceux qui permirent à l’Occident de découvrir qu’il existait des champs inexplorés pour l’art.

Par son audace et sa détermination, il n’a pas imité mais il a créé, ce fut un pionnier de l’esprit moderne,

 c’est pourquoi ses œuvres restent vivantes et que son message est enfin reconnu.

En plus de ses célèbres tableaux :

"Femmes de Tahiti sur la plage",

"Femme à la fleur", 

 "Amusement du mauvais esprit",

"Le Cheval blanc" 

 

 

 

"Pape moe"

 

 

"Paysage aux trois personnages",

Gauguin laisse des textes sur la culture maori, en 1892.

«  l’Ancien Culte maori »

 

 et en1896 "Noa Noa" en collaboration avec Charles Morice.

 

 

Ses oeuvres sont dispersées dans le monde entier et les expositions qui lui sont consacrées

 attirent des foules considérables qui, à travers ses tableaux, ont une vision attachante de l’exotisme tahitien.

 

 

La tombe de Koke

nom donné par les Marquisiens, au peintre

 

 

 

avec une sculpture d’ Oviri "sauvage" ou "tueuse" placée à côté de la tombe du peintre.

 


 

 

  l’original qui se trouve dans un musée
 
 
 

Hiva oa

 
 

Hiva Oa est la deuxième plus grande île des Marquises après Nuku Hiva.

 

"baie des traîtres"

 Le bourg principal situé au sud est Atuona est encadré par la montagne et la baie "des traitres".

Découverte au 16eme siècle par l’espagnol Mendana, qui donna le nom actuel à l’archipel,

 il fut peu fréquenté jsuqu’au 19eme siècle,  fait d’une population belliqueuse et agressive.

 L’ile fut finalement pacifié par Dupetit-Thouars dans les années 1880.

 

 

L’île est indissociable du souvenir de Paul Gauguin et de Jacques Brel qui l’ont choisi comme dernière destination

 et qui y sont enterrés.

 La tombe de Jacques Brel est située à quelques mètres de celle de Gauguin.

 Sur la stèle, on peut voir Brel avec sa dernière compagne.

 La tombe n’est pas entretenue. Il faut savoir que Brel a voulu dans ses dernières pensées

 que la nature reprenne ses droits sur sa dernière demeure.

Sa compagne a interprété cela comme quoi il ne fallait pas entretenir sa tombe.

La mairie a essayé une fois de passer outre cette obligation et pratiquer un entretien sommaire,

 mais elle a été sévèrement remis à l’ordre.

 

 

 

Le mot d’Harmony

"Je ne suis absolument pas une adepte du tatouage, cependant, en faisant des recherches d’images sur la tombe de Gauguin,

je suis tombée sur un Art unique et original :

 le TATAU ou tatouage polynésein, avec des planches "historiques".

 

 

hommes de Hiva oa se faisant tatouer en 1897

 

jeune guerrier Hiva, tatoué, 1813

 

 

planche de motifs marquisiens, 1813

 

 

 

Billet sur un fond d’Harmony, "tiarérement vôtre", terminé en août 2007, sources diverses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Advertisements

12 Réponses

  1. ✿ B ✿

    coucou
    je passe te souhaiter un bon week end
    avec ce froid et ce vent ici caille
    je suis meme malde grrr
    biz betty boop

    9 novembre 2007 à 15:10

  2. audrey

    bonjour nicky
    je passe te faire de gros gros bisous
    comme je comprend  ton malaise !
    la maladie + ne plus faire sa passion  cela fais  beaucoup !
    nous en tous cas ont ne t\’oublie  pas  sache le !!!!!
    je te fais de gros gros bisous  pense bien a toi  audrey

    9 novembre 2007 à 10:31

  3. IlLyRiA L'AnGeLuS

    bonjour ma belle oui je sais je suis passee chez christelle et je ne savais que dire que dire a une petite jeune fille de 12 ans qui est sur la fin de sa si courte vie grrr cette vie me degoute tu peux pas savoir  et donc toi tu as rendez vous ce 12 j\’espere que tu uarais vite une reponse d e sa part pour te soulager ma puce te fais de gros bisous et te souhaite une bonne journee .illyria http://www.casimages.com/img.php?i=0711081021511562210.jpg

    8 novembre 2007 à 10:28

  4. fAb'Créa

    Merci beaucoup douce Harmony
    Bonne journée
    Bisous fAb

    8 novembre 2007 à 09:32

  5. Coco

    Allo Harmony,
    Jetais super contante de te revoir.
    Je pense beaucoup a toi..et attendons au 14.
    Je vient d\’ajouter la chandelle pour toi et ete faire
    ma prierre..tu est dans mes pensee 🙂
    Passe une belle semaine Nicole.
    Caroline..ooopsss ouaiiiiis Coco pour les intimes hehe lol.
    J\’ai ajouter tes Gifts dans mon album ossi woot hoot 🙂
    A plus tard hugs xoxo

    8 novembre 2007 à 00:58

  6. fAb'Créa

    Douce Harmony
    Si tu peux passe lire mon dernier billet
    Merci beaucoup
    Bisous fAb

    7 novembre 2007 à 22:51

  7. Cricri

    Coucou tite Nicole
    Merci de ton passage sur mon blog
    Moi je suis désolée d\’être moins présente, mais avec un cancèreux à la maison et toutes les visites à l\’hopital pour la chimio c\’est dur et pas facile mais bon!!!!!!
    Tu sais je te comprend très bien et surtout ne répond pas mais prends soin de toi ma belle amie
    je te souhaite une très belle soirée et te fais de gros bisous
    A bientôt
     
    CRICRI

    7 novembre 2007 à 15:55

  8. Martin...

    Kikou ma tendre amie!!!
     
    Moi t\’oublier???Jamais…
    J\’ai vue ton diagnoctic…
    Houlala ma chère…
    Attends de voir se qu\’il va decider le chirur…
    En attendant arrete donc un peu le pc…
    Profites-en pour te reposer…
    Comme je t\’ai dit tantôt je ne t\’oublierai pas…
    Lorsque tu ma envoyer ton pied,tu ma bien fait rire…
    Tu sais sûrement que pour de vrai il y a beaucoup de gens qui font tout avec les pieds…
    Je les trouves courageux de se debrouiller avec leurs membres…
     
    bravo pour se billet et toute ses belles peintures…
    Du vraie art…
    Bisous et je ne veux plus que tu viennes me voir avant que tu reprennes du mieux…O.K.
    Profites-en pour te reposer…
    Bisous…Ton ami Martin xox
     

    7 novembre 2007 à 15:06

  9. fAb'Créa

    Merci douce Harmony de m\’avoir donné
    de tes nouvelles. Repose toi bien et attendons
    le 14 pour l\’avis du chirurgien.
    Bonne journée
    Gros bisous fAb

    7 novembre 2007 à 10:53

  10. ghis

    coucou harmony magnifique billet sue guaugin , j\’aime les couleurs , en plus les femmes de thaitie sont trés belles !!!! exscuse moi pour mon retard de com ,mais je suis un peu fatiguée moi aussi ,ma puce kaina (grande puce puisque 14 ans!! lol!)et mon fils sont toujours en vacances donc ……!!! gros bisous à toi harmony des coeurs à+++ ghis!!

    7 novembre 2007 à 10:10

  11. IlLyRiA L'AnGeLuS

    bonjour ma puce tres beau billet j\’espere que tu vas bine je te souhaite de passer uen belle journee gros bisous et a demain illyria

    7 novembre 2007 à 08:00

  12. fAb'Créa

    Kikou ma douce Harmony
    Comme pour la musique, la littérature, je n\’ai pas de favoris dans
    la peinture, j\’y vais au coup de coeur. Il faut juste que
    je sois touchée.
    Quel beau voyage je viens de faire.
    Merci Harmony !
    Belle journée, je pense bien à toi
    Bisous fAb

    6 novembre 2007 à 10:49

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s