La critique est aisée mais l'Art est difficile

Les mandalas : oeuvres d’art en Occident, réalisation de soi chez les bouddhistes

 

 

Palais blanc, une partie de la résidence historique des Dalaï Lama, à Potala, Tibet 

 L’art des mandalas

 

  

Bien que les mandalas soient considérés comme des oeuvres d’art en Occident

cela n’est pas à proprement parler le cas en Orient.

Il existe un art bouddhique, sans aucun doute,

mais les productions rituelles bouddhiques ne sont pas des oeuvres d’art.

 A travers ce paradoxe on peut attirer l’attention sur le fait que

 ce que nous considérons comme des oeuvres d’art bouddhiques

n’ont pas été conçues pour être (principalement) appréciées sur un plan esthétique.

De même, pour un tibétain dont la foi dans les Trois Joyaux est profonde,

 une statue n’est pas un objet représentant un Bouddha,

 c’est un Bouddha.

A fortiori une tangkha représentant un mandala n’a jamais été conçue pour être exposée dans un salon.

 La plupart des tangkhas étaient roulées et précieusement stockées, mais rarement exposées au regard.

Sa Sainteté le Dalai Lama écrit dans la préface de « The Mandala, Sacred circle in Tibetan buddhism »  :

« Les mandalas sont un aspect du bouddhisme tantrique qui, de par leur attrayante complexité colorée,

 ont suscité énormément d’intérêt… Nous, tibétains, les considérons comme sacrés."

Pourtant ce sont bien des artistes qui peignent ou réalisent les mandalas.

 Mais ces artistes pratiquent selon des critères et un état d’esprit très particuliers.

 De fait, la manière dont l’artiste aborde son oeuvre est codifiée dans des textes de nature rituelle et spirituelle.

Aborder la construction ou la peinture d’un mandala est une pratique qui exige une mise en condition où la motivation est,

 au même titre que toute pratique associée au mandala,

 centrée sur le bien de tous les êtres et le souhait d’atteindre l’Éveil pour être à même d’accomplir ce bien.

 

 

Les défauts à éviter :

L’attitude hautaine et la prétention à connaître ce que l’on ne maîtrise pas.

Être taciturne, outrancier dans ses propos, avide de reconnaissance et de richesse, 

être tatillon sur les conditions de travail, être impulsif ou excentrique.

 Ne pas avoir de respect pour les divinités que représente la production,

être négligent sur les détails iconographiques, ne pas chercher à se corriger.

 

 

Les qualités à développer :

L’habileté et la compétence dans la réalisation, conserver les techniques transmises.

Comprendre les différents niveaux de Tantra, être fidèle dans l’exécution des ornements, etc.

Avoir une attitude intérieure tempérée, compatissante, modeste, désintéressée.

 

 

Se préparer rituellement :

 être propre, garder les préceptes, avoir reçu les transmissions appropriées des divinités qu’il ou elle représente,

 méditer et réciter les mantras. Se générer sous la forme de la déité et consacrer la toile, les pigments, les pinceaux, etc..

 Il est nécessaire de situer les mandalas dans leur perspective sacrée et de relativiser leur nature artistique.

 Certes la beauté d’un mandala reflète la pureté, l’harmonie et le parachèvement de l’éveil spirituel,

 mais la beauté n’est pas un moyen salvifique dans le bouddhisme.

 

Mandala de la compassion

 

Mandala et réalisation de soi 

 Un mandala possède à la base une structure circulaire et quaternaire élaborée autour d’un point central.

 Sa fonction est celle d’un cercle de protection dont l’élaboration spontanée, à travers des rêves ou des productions libres,

 ainsi que la contemplation, permettent un recentrage psychique.

 

   

 

 Mandalas, définitions et types 

 

Les mandalas sont enveloppés par un halo de mystères, 

l’accès à leur signification n’est réservée traditionnellement qu’aux initiés.

Le mandala est d’ailleurs le lieu par excellence de l’initiation, c’est là sa fonction essentielle

Le mandala tibétain représente visuellement un absolu, la réalisation suprême de l’Éveil,

ainsi que la voie qui y mène et même la condition terrestre du pratiquant, qui est tenu au secret. 

Il est donc malaisé d’en expliciter tous les aspects. Mais depuis quelques années,

à l’initiative de Sa Sainteté le Dalai Lama, des livres largement accessibles décrivent la pratique du mandala

 telle que la tradition ésotérique autorisée  l’a véhiculé durant des siècles.

    

 

Il existe traditionnellement quatre sortes de mandalas liés à la tradition tantrique :

le mandala peint et le mandala fait de substances (poudres, poussières de pierres précieuses, graines, sables) sont dit externes ;

le mandala du corps (visualisé dans notre propre corps)

et  le mandala contemplé (visualisé devant ou autour de soi) sont dit internes.

Le mandala visible et représenté sur un support matériel est en fait un plan de nature architecturale

 qui sert d’aide mémoire lors de l’initiation et de la pratique.

Son élaboration nécessite de complexes rituels de purification des lieux

et d’invocations demandant la permission à plusieurs classes d’êtres invisibles de pouvoir entreprendre sa réalisation.

Mais en essence le mandala est la résidence de la déité.

 Un bouddha possède quatre puretés qui lui sont uniques  :

une demeure ou un environnement pur, des formes d’apparitions pures, des objets de jouissance purs et des activités pures.

Puisque l’esprit même de la voie tantrique est de pratiquer une voie qui est similaire au fruit (la bouddhéité),

une initiation et une pratique tantrique exige que l’on se visualise soit même sous la forme d’un Bouddha

 dans un environnement pur,

 à savoir le mandala en tant que palais et le mandala en tant que cercle d’êtres purs (comme on parle d’un cercle d’amis).

 Le mandala n’est pas une demeure comme les autres, qui serait extérieure à celui ou celle qui y réside,

mais une manifestation spirituelle qui est pure conscience exaltée.

C’est ainsi que l’on contemple le mandala.

 

 

 

 La structure du mandala 

Si on aborde le mandala sur la base de ce qui apparaît dans une reproduction peinte sur une toile

(ou un mandala de sables colorés)

ses caractères les plus visibles sont : sa forme globale et les détails qui sont des sous-structures, en simplifiant.

 La taille réelle du mandala : 

 la mesure de référence est la longueur d’un bras (la coudée) de la déité centrale.

 Toute la construction est basée en proportion sur cette unité.

 La déité les bras écarté a une « envergure » d’environ deux mètres.

 Si on observe un mandala où la déité centrale est représentée on s’aperçoit que les dimensions du palais sont vastes.

 Il est lui-même inscrit dans des structures aux dimensions bien plus vastes encore.

 

 
 

Les structures principales 

Ce qui frappe d’emblée en observant un mandala, ce sont les couleurs et la structure circulaire et carrée.

 On remarque aussi quatre formes en T sur chaque côté,

 souvent prolongées par une forme élaborée qui représente un toit de style

 « pagode ».

Les couleurs sont réparties en cinq zones principales à l’intérieur du mandala.

Ces secteurs sont le centre et les quatre directions auxquelles on affecte les directions cardinales, l’est devant, 

 le sud à gauche, l’ouest derrière et le nord à droite. L’ensemble est en fait basé sur une ordonnance en cinq principes.

Ces principes sont personnifiés sous la forme des cinq  familles des Dhyani-Bouddhas ou Tathagatas. 

En essence les Tathagatas représentent les cinq sagesse exaltées de l’éveil,

qui ne sont autres que les aspects purifiés des cinq agrégats de base qui constituent un être ordinaire à savoir :

le corps, les sensations (affects), les perceptions, les formations conditionnées et la conscience.

Généralement on trouve les positions suivantes :

Au centre :

Vairochana, blanc, sagesse de la sphère de réalité qui pénètre tout (Dharmadatu, omniprésence) ;

A l’est :

Akshobhya, bleu, sagesse du miroir (reflète la totalité dans sa diversité) ;

Au sud :

Ratnasambhava, jaune, sagesse de l’égalité (tous les phénomène ont le même goût : la vacuité unie à la béatitude) ;

A l’ouest :

 Amitabha, rouge, sagesse de la discrimination (les phénomènes dans leur particularité ou spécificité) ;

Au nord :

Amoghasiddhi, vert, sagesse qui accomplit tout.

Ces sagesses sont aussi les aspects purifiés des cinq perturbations mentales :

 respectivement l’ignorance, la haine, l’orgueil, l’avidité et la jalousie.

Les couleurs peuvent être différentes selon les Tantras ainsi que l’ordre de placement.

 Elles sont basées sur la couleur des éléments fondamentaux de la forme (roupa),

qui sont aussi associés aux Dhyani-Bouddhas :

 blanc/espace, bleu/eau, jaune/terre, rouge/feu et vert/air.

Les cinq éléments désignent à proprement parler des propriétés de la forme matérielle, respectivement,

 l’espace, la force d’adhésion, la force de cohésion, la chaleur et le mouvement.

 La structure carrée représente le palais carré à la manière d’un plan vu de haut.

 Ainsi les cotés sont les murs. Ils sont constitués de cinq couches renvoyant aux cinq éléments. 

La forme en pagode aux quatre entrées est en fait une représentation de la structure élaborée (torana)

 devant chaque porte représentée cette fois vue de face.  

Dans le même esprit, on trouve, autour des murs,

 des zones qui représentent les plates-formes (vues de haut) qui entourent ceux-ci,

 avec des symboles situant des déités et des objets placés sur les plate-formes.

 Mais on trouve ensuite une autre zone contenant des formes complexes qui représente le mur (vu du côté)

avec ses couches successives de bas en haut.

 

 

 

Les structures périphériques 

Entourant le palais on trouve plusieurs cercles qui peuvent à nouveau varier selon les cycles de Tantras.

 Chacun a sa signification.

 

 
 
 
 

Le cercle le plus extérieur représente des flammes de cinq couleurs.

Il doit être imaginé comme s’étendant à l’infini et comme une sphère et symbolise la sagesse omnisciente

 qui pénètre tout l’univers par delà les déterminations du temps et de l’espace.

Ensuite un cercle de vajras, symbole par excellence de l’indestructibilité dans le Tantra,

qui est une protection assurant l’impénétrabilité du sanctuaire.

Ce cercle représente une sorte de structure en forme de chapiteau dans lequel est inscrit le palais.

Un autre cercle composé de deux lignes rouge et blanches représente le Dharmadayo,

 qui est une sorte de pyramide inversée qui est à l’intérieur du chapiteau et contient le palais.

Il symbolise la nature absolue des phénomènes, c’est à dire la vacuité, assimilé ici à une matrice origine de tout

et la béatitude qui réalise cette sagesse dans une expérience directe et non-duelle.

Le fait que le palais est contenu dans le Dharmadayo signifie que l’ensemble du mandala est le jeu

de la sagesse qui goûte la vacuité et la béatitude.

Dans les mandalas correspondant à un aspect courroucé de la divinité on trouve une cercle contenant huit terrains de crémation,

 qui sont des endroits terrifiants où vivent les yogis et yoginis accomplis.

Suit un cercle de pétales de lotus de couleurs variées.

Le lotus, qui représente le fait que le Tantra utilise les passions sans être souillées par elles. 

Sur le lotus se trouve un double vajra dont le centre carré supporte le palais

 et les quatre branches marquent les directions cardinales.

 Nous retrouvons là un symbole des cinq sagesses exaltées.

Chaque branche est représentée dans l’alignement des portails que nous avons déjà mentionné.

 Puisque chaque vajra a lui-même cinq branches ce la représente en tout vingt branches qui symbolisent les vingt sagesses

directement opposées aux vingt vues erronées concernant l’appréhension d’un soi.

Dans certains mandalas élaborés on peut voir entre le palais et le cercle le plus intérieur des objets (des vases, des parasoles, etc.)

 qui se situent généralement sur le toit du palais.   

 

Le mandala des déités

 

 

Le palais est bien sûr « habité » puisqu’il est le lieu de résidence des déité.

 Bien que celles-ci sont nombreuses elles ne doivent pas être considérées comme des individualités séparées de la déité centrale.

Elles n’en sont que des manifestations, symbolisant chacune des qualités et des activités de cette dernière,

tout comme les différentes parties du mandala.

 Donc le mandala en tant que support et les déités supportées sont aussi d’une même nature.

Ces déités sont représentées en divers endroits du palais. De plus ses déités sont très souvent en couple et en union.

Elles sont représentées en personnes ou symbolisées par des lettres.

Partant du centre où réside la déité centrale et dans le cercle intérieur nous trouvons

les quatre Tathagatas aux quatre directions cardinales et dans les directions intermédiaires les consorts des Tathagatas.

Dans le cercle (ou carré) suivant se trouvent les déesse d’offrandes.

Dans le troisième cercle résident les Bodhisattavas.

Dans les entrées sont les gardiens protecteurs sous formes de déités très courroucées.

Toutes ces déités sont rattachées par familles et chaque déité possède de nombreux ornements et portent des ustensiles.

Elles ont souvent plusieurs têtes et plusieurs bras et jambes. Le symbolisme en est fort complexe, ainsi que la visualisation.

 Le mandala de Kalachakra comporte 722 déités !

 

 
 

 Le symbolisme du mandala

 Le mot tibétain que l’on traduit par « symbolisme » est dakpa qui signifie pureté.

 Cela indique la pureté des qualités de l’éveil et la purification des éléments du monde de l’existence cyclique en qualités d’éveil.  

 C’est la sagesse (prajna) qui réalise cette nature ultime et le mandala dans sa totalité (demeure et déités) est sagesse par nature. 

Les quatre entrées représente les quatre absorptions méditatives (dhyana), les murs représentent les quatre nobles vérités,

les quatre coins du palais sont les quatre incommensurables, les quatre portes sont les façon d’aider autrui,

les cinq épaisseurs de mur sont les facteurs d’éveil et ainsi de suite.

Le mandala synthétise un corpus de connaissances très vaste touchant la voie bouddhique

mais aussi la cosmologie et la physiologie yogique.

La familiarité aidant la visualisation de l’ensemble (dans sa totalité et ses parties) permet un contact direct avec ce corpus.

Pour illustrer ce qui précède, on peut mentionner le Tantra de Kalachakra, qui a opéré une synthèse majeure des enseignements.

Son cycle extérieur concerne le cosmos tandis que son cycle intérieur traite de l’être humain.

 Le cycle dit alternatif traite de la voie (stade de génération et stade d’accomplissement du Tantra) et de l’éveil 

L’insatisfaction, son origine, sa cessation et voie menant à la cessation.

Amour, compassion, joie et équanimité infinis.

Etre généreux, parler avec des mots plaisants, agir pour leur bien-être, instruire dans la voie.

Foi, vigueur, attention, concentration et sagesse.

Le corps subtil avec ses chakras, nadis, pranas et bindus.

 

Vajra Yogini mandala

 

 La pratique du mandala

Le mandala ne prend son sens que dans le contexte d’un pratique intériorisé.

 La première rencontre avec le mandala est l’initiation.

 Elle est le passage obligé qui donne la permission de sa pratique.

La procédure en est fort complexe mais un des aspects en est l’entrée dans le palais.

L’initié est introduit dans le mandala en plusieurs phases par le Maître Vajra visualisé sous l’aspect de la déité principale (centrale).

 Il se visualise lui même en tant que déité mais les visualisations varient selon les phases.

Chaque phase est elle-même composée de plusieurs moments

et de nombreuses déités sont invoquées pour accorder les initiations appropriées.

 A chacune des ces initiations des substances consacrées sont utilisées et mise en contact avec l’initié.

 Le but profond de chaque phase d’initiation est de générer une expérience directe dans le continuum de l’initié

 et naturellement celle-ci dépend du niveau de réalisation où il se situe.

L’expérience minimale souhaitée est la foi associée à la compréhension dérivée des visualisations

 et des explications indiquées par le Maître.

 L’expérience au plus haut niveau est l’éveil lui-même, décrit comme la libération de tous les voiles

 et vécu comme union de la grande béatitude et de la vacuité qui est le mode ultime d’existence.

Il va sans dire que peu de personnes on fait cette expérience dès la première initiation.

C’est pourquoi une fois le disciple initié à la pratique du mandala il devra s’efforcer tous les jours,

et ce plusieurs fois au cours d’une même journée, d’approfondir sa pratique.

 

 Les mandalas au Tibet

 

 

Le bouddhisme fut introduit au Tibet en 649 sous le règne de Songtsen Gampo.

Certains des plus anciens manuscrits tibétains (VIII-Xème siècle), retrouvés en Asie centrale, contiennent des mandalas dessinés.

Les plus anciennes peintures de mandala datent du XIème siècle.

Mais on trouvait aussi des vastes mandalas muraux dans certains monastère.

 Ces monastères ont été systématiquement détruits par les communistes chinois.

Les oeuvres sacrées ont été totalement pillées.

Elles furent détruites ou revendues ou encore « refondues », dans le cas des métaux, souvent pour en faire des armes.

Les mandalas ont été représentés sous des formes très variées indépendamment des peintures.

Ainsi furent conçus des oeuvres en métaux précieux de tailles respectables ou transportables.

Durant les initiations des mandalas de sable ou de pierres semi-précieuses étaient utilisés.

 

  

 

Simplification

 Les mandalas  sont des dessins inscrits dans une figure géométrique (souvent le rond).

 Ils sont des représentations de l’être ou de l’univers, sont rattachés à la religion bouddiste et servent de support à la méditation.

 Les mandalas sont des représentations symboliques de l’être ou de l’univers.

 Ils sont rattachées à la "religion" bouddhiste et servent de support à la méditation.  

 Un mandala n’est pas un simple coloriage. C’est une structure qui peut vous aider à vous concentrer

 

   

 

Vous souhaitez vous lancer ?  

Lorsque vous n’arrivez plus à vous concentrer, que vous êtes agité, dispersé, coloriez un mandala de votre choix :

il va vous calmer.  Vous pouvez colorier vos mandalas avec : des crayons de couleurs, de la gouache, des feutres….

Quelques mandalas que vous pourrez colorier à votre guise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

10 Réponses

  1. bonjour ses mandalas sont merveilleux et se site une pure merveille!Avec tous mes respects sincères Guy

    8 mai 2011 à 04:56

  2. £éa ♣

    KikOo Harmony,
     
    Juste quelques lignes qu\’un moine tibétain m\’a donné
    quand je suis allée chez ma cousine bouddhiste et qui crée des bouddhas
    et temple pour les moines et le dalailama..
     
    \’Prières en sept vers à PADMASAMBHAVA\’
     
    Houng! Ogyén yulkyi nouptchang t\’sam
    (Houng! Au nord-ouest du pays d\’Oddiyana),
              Péma késar dongpo la
    (Au coeur d\’un lotus dressé sur sa tige),
       Yamts\’èn tch\’okyi ngueutroup nyé
    (vous avez merveilleusement atteint l\’accomplissement),
              Péma djoung né shéssou tra
          (cèlèbre sous le nom de Né-du-lotus),
              K\’ortou k\’andro mangpeu kor
       (vous êtes entouré de nombreuses dakinis),
              K\’yékyi djéssou da droupkyi
              (résolu à suivre votre exemple),
              Tchinkyi loptch\’ir shéssou seul
             (je vous invoque: venez me bénir! )
               Gourou péma sidd\’i houng
     
    Mantra de Padmasambhava (Gourou Rimpoché)
    OM AH HOUNG BENZAR GOUROU PEMA SIDD\’I HOUNG
     
     
    @mitié et grOs BisOuxx de £éa*

    14 janvier 2008 à 01:31

  3. ghis

    merci hamony pour ton p\’tit com et oui tu connais pas Mozilla ben moi non plus et je galère !!! c\’est mon fournisseur d\’accès qui m\’as fait installer ce programme , car internet explorer ne s\’affiche plus .. pourquoi j\’en sais rien , mon ordi démarre mal 2008 et non j\’ai pas changée d\’ordi pas les moyen lol!! (bonne année 2008 sa ce dit jusqu\’à la fin du mois … )pour les photos de paris je n\’en est pas prise beaucoup car mon ados à eu sont appareil numérique pour Noël et moi le mien et cassée !! sniffffffffffffbref .. ma fille m\’en enverras peut être puisqu\’elle en as pris … mon séjour c\’est super bien passée mais à, depuis mon retour avec ses galéres de santé, ordi, couple suis un peu fatiguée alors gros bisous harmony des coeurs et à ++++ ghis!!

    10 janvier 2008 à 19:41

  4. fAb'Créa

    Des tits bisous pour une douce nuit
    A bientot tendre Harmony
    fAb

    9 janvier 2008 à 23:13

  5. Harmony

    solidaires8 janvier 20:27(http://relais-actionssolidaires.spaces.live.com/)

    Bonsoir mon amie Nicole, de fermeture, en fermeture de mes blogs, sans bien trop comprendre pourquoi, j\’ai définitivement arrêté les blogs perso, pour me vouer à la solidarité, je passerais donc de temps en temps sur ton blog main dans l

    9 janvier 2008 à 18:21

  6. IlLyRiA L'AnGeLuS

    bonjour harmony et merci de ta visite oui les blogs sa deconne encore grrr et oui tu peux le prendre je l\’ai trouver ur le net mais l\’auteur je ne le connais pas ma puce ai meme oublié d\’ecrire auteur inconnu en dessous .bisous et belle journee .illyria

    8 janvier 2008 à 15:18

  7. Unknown

    Ceci est un copié collé pour te remercier de ton passage sur mon espace
    Mais ayant une bronchite je suis pas fort présente en ce moment
    Si ce n\’est pas encore fait je te souhaite une très bonne année et te fais plein de bisous d\’amitié
    A bientôt
     
    CRICRI

    8 janvier 2008 à 10:24

  8. fAb'Créa

    Kikou ma douce Harmony
    Ce billet est vraiment de toute beauté, un régal.
    Merci !!!!!!!!
    J\’espère que tout va bien pour toi.
    Bonne journée
    Gros Bisousssssssssss fAb

    8 janvier 2008 à 10:03

  9. fAb'Créa

    Kikou ma tendre Harmony
    Me voilà de retour sur la blogosphère !
    Je m\’empresse de te souhaiter une
    Merveilleuse année 2008
    et surtout une Bonne santé.
    J\’espère que tu vas bien.
    A bientot
    Plein de bisous fAb

    6 janvier 2008 à 18:17

  10. IlLyRiA L'AnGeLuS

    bonjour harmony je te souhaite de passer un bon dimanche et je te souhaite une belle fete de l\’epiphanie ,superbes billets ,mes filles elles en font souvent des mandalas en coloriage gros bisous ma puce a demain illyria

    6 janvier 2008 à 10:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s