La critique est aisée mais l'Art est difficile

Jeff Koons : son oeuvre et le « choc » de son exposition au château de Versailles

 

 

 

 

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

Noces du néo-pop de Jeff Koons et du classicisme à Versailles

 

Coup de jeune ou scandale

 

Le Château de Versailles accueille l’exposition Jeff Koons

 dans les Grands Appartements, la Galerie des Glaces, la Cour Royale et le Parterre de l’Orangerie

du 10 septembre 2008 au 14 décembre 2008.

 

Qui est le très kitsch Jeff Koons

 

Un artiste américain né le 21 janvier 1955 à York en Pennsylvanie.

 

  

ici Jeff Koons pose au MCA de Chicago avec son "Inflatable Rabbit".

 

Après avoir été longtemps trader à Wall Street, ce qui lui a donné un grand sens des affairs, Jeff Koons se lance dans l’art. Il travaille souvent sur commande, fabriquant des maquettes qu’il présente sur catalogue. Koons n’exécute aucune œuvre lui-même et pour cause il faut travailler des tonnes d’acier, mais il impulse ses idées. Ses œuvres sont réalisées dans un atelier avec de nombreux assistants.

Son lapin gonflable réalisé en inox en 1986, et ses Balloon Dogs sont aujourd’hui reconnus par les plus grands collectionneurs, dont François Pinault, comme des œuvres emblématiques de la fin du XXe siècle. L’art de Jeff Koons peut être considéré comme le point de rencontre entre plusieurs concepts : les ready-mades de Marcel Duchamp, les objets du quotidien démesurés de Claes Oldenburg et l’aura médiatique d’Andy Warhol ; l’artisanat d’art et l’imagerie populaire. L’iconographie qu’il utilise est un catalogue de la culture populaire, non seulement américaine mais aussi mondiale. Koons admire aussi bien Warhol que Poussin.

Il s’approprie des objets et essaie de comprendre

« pourquoi et comment des produits de consommation peuvent être glorifiés ».

 Tout au long de sa carrière, il a utilisé toutes sortes d’articles populaires, d’abord des aspirateurs et des ustensiles électroménagers enfermés dans des caisses de plexiglas et éclairés de néons, puis des ballons de basket en suspension dans des aquariums (grâce à l’aide du Dr. Richard Feynman, Prix Nobel de Physique, puis des bibelots rococo, des souvenirs de bazar (lapins gonflables, bergères ou petits cochons en sucre,

 

 Michael Jackson and Bubbles représente le chanteur, en doré et blanc, avec son singe dans les bras, le tout en porcelaine,
 

 enfin et surtout des jouets et des objets intimement liés à l’enfance.

 

J’ai choisi une photo "correcte".

 "La sexualité, c’est l’objet principal de l’art. Il s’agit de la préservation de l’espèce. La procréation est une priorité. Mais cela revêt un aspect spirituel pour moi. Cela parle de la manière dont nous pouvons avoir des enfants."  dit-il.

En 1991 Koons se marie avec l’actrice porno Ilona Anna Staller, dite Cicciolina, avec qui il fait des œuvres provocatrices qui le rendent célèbre auprès du grand public (notamment un film sulfureux sur les débats amoureus du couple). Ils divorcent en 1994, deux ans après la naissance de leur fils Ludwig. La séparation a été empoisonnée par de longues batailles juridiques, concernant notamment la garde de l’enfant, initialement donnée à Koons et plus tard à la mère.

 

 

Ne vous y fiez pas, ce "Balloon Flower" (Magenta), n’est pas fait de ballons gonflés mais de tonnes d’acier

exposée à Saint-James square à Londres

Jeff Koons est actuellement l’artiste vivant vendu le plus cher aux enchères avec Balloon Flower (Magenta) vendu 12.921.250 £ (soient 16.343.000 € avec les frais de vente) par Christie’s à Londres le 30 juin 2008. Il est actuellement classé 54 ème artiste en produit de vente aux enchères pour l’année 2008.

Son oeuvre
 
Si elle n’est pas aussi bien perçue par la critique que par les milliardaires son oeuvre est celle d’un artiste complet dont la création englobe toutes les techniques artistiques : l’installation, la photographie, la peinture, la sculpture sur tous matériaux (bois, marbre, verre, inox) jusqu’à la création assistée par ordinateur. Jeff Koons essaie de faire de l’art pour le plus grand nombre. Il travaille toujours avec le souci de
 
 « traiter de choses avec lesquelles tout le monde peut créer un lien »

Sa dernière création Split-Rocker en est à ce titre l’illustration :

 

tête géante mi-dinosaure mi-poney mesurant douze mètres de haut et pesant onze tonnes,
    
dans le cloître Benoît XII à Avignon en 2000
 
 

 La série "Celebration" de Jeff Koons comprend les diamants géants,

(un des cinq diamants géants faits de métal chromé (bleu, rouge, rose, vert et jaune) a atteint une somme colossale pour un artiste vivant. Le diamant bleu s’est vendu 12 millions de dollars chez Christie’s en novembre 2007.

les chiens ballons, les coeurs suspendus (hanging heart)

 (Hanging heart", un coeur lourd de 1600 kilo et haut de 2,7 mètres, s’est vendu  23.6 million de dollars chez Sotheby’s en novembre 2007) et les fleurs ballon. 

L’artiste dit en avoir trouvé l’inspiration dans les contes de fées et les livres pour enfant, ce qui ne m’étonne absolument pas. Ces fleurs géantes sont faites pour être exposées en plein air.

 

 

L’exposition
 
 
 

"Sélectionnées par Jeff Koons lui-même et afin de mettre en relief les caractéristiques de l’œuvre et le décor intérieur, l’exposition met ainsi en tension le rapport entre les oeuvres et le cadre des Grands Appartements officiels du Roi Soleil dans lesquels elles s’inscrivent.

Le travail de Jeff Koons crée une mise en abîme avec l’époque baroque que l’artiste admire tout particulièrement.. Ces œuvres sont symptomatiques de sa recherche esthétique.

Ainsi, « Rabbit », l’un des chefs d’oeuvre de Koons, sera exposé dans le Salon de l’Abondance, antichambre de l’ancien cabinet des curiosités. Cette oeuvre est l’une des plus célèbres et des plus emblématiques créations de l’artiste.

Dans les Appartements de la Reine, l’œuvre intitulée " Large Vase of Flowers" est un hommage au thème de la maternité car présentée dans la pièce où les princes héritiers de la couronne sont nés. L’œuvre s’inspire également du Rococo, et tout particulièrement de Fragonard et de Boucher .

 

  

" Lobster " (le Homard) trouve sa place dans le Salon de Mars :

la forme colorée et le style de l’œuvre sont inspirés des jouets gonflables pour piscine, mais réalisée en aluminium polychrome, transforme cet objet que l’on pourrait croire quotidien en une œuvre d’art inattendue.

L’exposition se poursuit dans les jardins du Château où une création majeure de l’artiste, "Split Rocker", sculpture réalisée avec plus de 100 000 fleurs, sera installée dans le Parterre de l’Orangerie. Les fleurs sont un motif récurrent de l’œuvre de Koons car elles symbolisent la vie et la grâce. L’œuvre associe deux profils différents de jouet d’enfant – un cheval à bascule bleu et un dinosaure animé – et ces deux moitiés d’animaux sont articulées par une structure architecturale intérieure.

Comme le soulignent Elena Geuna et Laurent Le Bon, commissaires de l’exposition,

" C’est la question de l’in situ qui est sous-jacente à cette proposition. De nombreuses institutions culturelles ont tenté ces dernières années des confrontations entre le patrimoine historique et l’œuvre contemporaine. La radicalité de cette exposition nous semble différente tant par le lieu choisi que par la systématisation du parcours. Echo, dialectique, opposition, contrepoint… Il ne nous appartient pas de trancher. Ce moment unique veut avant tout susciter la réflexion sur la contemporanéité de nos monuments et l’indispensable nécessité de la création de notre temps. Notre-Dame de Paris, les Invalides, le Panthéon, le Louvre, Versailles, pour ne citer que quelques-uns des plus connus, sont de véritables mille-feuilles d’interventions, en leur temps contemporaines, à côté desquelles Jeff Koons-Versailles est d’une échelle plus modeste. Pourtant à chaque fois les mêmes objectifs : ne jamais réduire à néant le caractère singulier de tout geste artistique et ne jamais patrimonialiser l’irréductible imaginaire du créateur. "

 

 "Je suis très honoré de cette invitation",
 
 ne cesse de répéter l’artiste, réputé iconoclaste, qui venait  à Versailles faire un nouveau repérage pour
 
 
"Jeff Koons Versailles"
 
 
 
simulation 
 
Une exposition de seize de ses sculptures les plus emblématiques des trente dernières années,
pour la plupart jamais vues en France.
    
    L’art contemporain
 
"est tellement prisonnier du présent que juxtaposer des oeuvres nouvelles à des anciennes,
permet de retrouver un lien avec l’histoire et l’histoire de l’art",
 
 dit l’artiste âgé de 53 ans.
 

"Quinze oeuvres pour la plupart prêtées par les plus grands collectionneurs du monde (notamment  François Pinault, le Grec Dakis Joannou ou le Norvégien Astrup Fearnley) seront exposées dans le cadre le plus prestigieux qui soit à Versailles, celui des Grands Appartements et de la galerie des Glaces. Une seizième, le Split Rocker, sera montée dans les jardins, au centre du parterre de l’Orangerie.

L’exposition, en forme de promenade le long des pièces en enfilade,

 partira du salon d’Hercule pour se terminer dans l’Escalier de la Reine, avec une seule oeuvre par pièce. Près du Veronèse du salon d’Hercule,

 

 

le chien gonflable de "Balloon Dog" accueillera le visiteur.

 

  

"Bear and Policeman" de1988 est une sculpture en bois peinte de plus de deux mètres de haut, l’ours en peluche à l’air bonasse pose paternellement son bras sur l’épaule d’un policeman et s’apprête à souffler dans son sifflet. C’est une parodie des souvenirs très kitschs que les touristes achètent."

 

un "Rabbit" argenté aux allures de jouet gonflable,

 seront suivis de "New Hoover convertible", de "Lobster" ou de "Large vase of Flowers".

 

Une "Moon"

 

 

 de trois mètres de diamètre en acier inoxydable bleue sera placée au bout de la galerie des Glaces,

(cette moon n’est pas celle de Versailles, elle figurait à l’exposition Translation au Palais de Tokyo,en 2005.)

 

 
     "Hanging Heart", un coeur rouge brillant enrubanné, apportera
 "générosité, chaleur et romance en bout de parcours,"  dit Jeff Koons.

 

 A l’Orangerie, les techniciens et jardiniers s’activent déjà pour installer l’immense structure de

 

"Split Rocker",

 jamais monté depuis 2000 à Avignon. L’installation, haute de 12 mètres et pesant 11 tonnes, sera entièrement recouverte de 90.000 fleurs de pétunias et de géraniums multicolores.

Le château de Versailles offrira le plus beau des écrins à cette rétrospective de l’oeuvre de Jeff Koons, la première consacrée à cet artiste en France

 

 

Un ironique autoportrait de l’artiste, dans le salon d’Apollon,

 

 

alors que le buste de Louis XIV est en acier inoxydable, celui de Koons est en marbre!

 

Comment explorer la résonance entre les

oeuvres contemporaines et Versailles ? Comment inviter le visiteur à voir le château différemment par le biais de l’art contemporain ?

 "La relation à l’art change chaque jour. C’est un processus perpétuel d’éloignement de l’angoisse. Plus j’arrive à éloigner l’angoisse, et plus le geste est fort.’" Jeff Koons

 

Quelques explications

Balloon Flower  (magenta)

 

 

Cette fleur au brillant parfait appartenait à la collection Howard et Cindy Rachofsky de Dallas. Il n’existe que 5 exemplaires, chacun dans une couleur différente : magenta, jaune, orange, bleue et rouge qui appartient à Jeff Koons.

L’oeuvre imite, à une échelle monumentale, une fleur faite d’un ballon noué comme en fabriquent les petits vendeurs sous les yeux des badauds. Elle est  haute d’environ 2,75 mètres, faite en acier chromé dans lequel tout se reflète, le ciel, l’eau les arbres ou les gratte-ciels et bien sûr les visiteurs.


 La sculpture pèse huit tonnes. Elle a traversé l’atlantique à bord d’un Antonov 124, un avion militaire soviètique utilisé pour transporter des tanks en Afghanistan dans les années 1980. L’Antonov s’ouvre par le nez et c’était le seul avion capable d’accueillir la caisse contenant le fleur. L’avion s’est posé à Genève. De là un camion spécial a transporté la sculpture à une usine allemande pour refaire le polissage parfait qui est la marque des oeuvres de Jeff Koons. Puis elle est repartie pour Londres où une grue l’a installée sur la pelouse de Saint-James square.

D’une légèreté illusoire, Balloon Flower semble délicatement posée sur le gazon alors qu’un socle enterré assure sa stabilité.

  

  Le mariage inoui que représente cette exposition à Versailles

 soulève des controverses comme :

L’Union Nationale des Écrivains de France proteste et le Comte Edouard de Royère, Président de la Fondation du patrimoine, a même dit son émotion :

«Je ne suis pas contre l’art contemporain, mais je suis choqué de son intrusion dans un lieu magique comme Versailles.»

 
 Il est vrai que son oeuvre provocatrice, où le banal devient extraordinaire, interroge la notion de bon goût et d’art. Joyeuses, colorées et futiles ses immenses installations divisent les critiques. La frontière entre l’art et le pur divertissement est de plus en plus floue.
 
 
 
 Les new-yorkais ont pû y applaudir le lapin géant de Jeff Koons flottant au-dessus de Broadway.
Cette réplique n’était plus en métal imitant un ballon mais un vrai ballon gonflé à l’hélium, dérivant comme un cosmonaute argenté, tenu en laisse par ses maîtres. 
 
"Ayant gardé une âme d’enfant j’adhère totalement aux eouvres et aux expérience de cet artiste. Messieurs les critiqueurs souvenez vous que André Malraux avait introduit Chagall à l’Opéra et que le jardin de Versailles est orné de nombreuses statues mythologiques qui toutes racontent une histoire terrible."
 
 
 
 
 Petit rappel : le squelette géant de Gino de Dominicis, Calamita Cosmica,
n’y a t il pas été exposé  lors de la Nuit Blanche, tel un Gulliver abandonné, en était une illustration contemporaine.? Franchement je préfère y voir les fleurs, ballons etc…de Koons."

 

   

 

 
 
Permettez moi de vous conseiller le billet suivant sur le magnifique site de Petra 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
Publicités

7 Réponses

  1. Il y a toujours de très belles expositions au château de Versailles !

    25 février 2014 à 17:37

  2. -stOrm. ★░░ஐ─╬╬╬─░░ †

    hello harmony , hé oui le retour…durdur les décalages horaires …
    genial ce site archeologique de petra " patrimoine historique "
    berçer de mythe et de misteres …
    les pierres parlent à elles toutes seules .
     bon week end bises a+
    $torm .

    26 septembre 2008 à 12:03

  3. Philippe

    Bonjour, un p\’tit coucou du papy qui te dit, merci de ton com ! ! !  je te souhaite un bon week-end, surtout repose toi bien d\’accord  ! ! !

    19 septembre 2008 à 19:46

  4. illyria

    bonjour ma douce harmony je te souhaite de passer une belle apres midi et un exellent week end gros bisous ma belle .illyria

    19 septembre 2008 à 12:37

  5. illyria

    bonjour ma douce harmony je te souhaite de passer une belle journee gros kisss illyria

    18 septembre 2008 à 11:36

  6. Capt'ain Jack

    Effectivement ça surprend quelque part…
    Mais c\’est genial de ta part de nous faire decouvrir ces choses là..
    passe une bonne fin de semaine ma Nicole, et aujour\’dui c\’etait du direct pour ma venue, aucun souci, le pied..pourvu que ca dure..
     bisous de nous deux
    jack et isa

    17 septembre 2008 à 11:00

  7. illyria

    bonjour ma douce harmony et je comprend que cela ai fait choque  dans le chateau de versailles mais ce n\’est pas si mal a voir et le squelete dans les jardins d eversailles lol hihi trop genial il fait de belle choses quand meme ce sculpteur merci de nous les faires decouvriri je te souhaite de passer une belle journee tres gros bisous ma belle .illyria

    17 septembre 2008 à 10:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s