La critique est aisée mais l'Art est difficile

Ur : civilisation, cimetière royal et le fameux Etendard d’Ur

 

  

  

 

 

 

   

  

Je n’attends pas que des compliments, bien qu’ils soient notre récompense.

Les critiques justifiées sont toujours constructives.

 

 

 
Le mot d’Harmony
 
"Lorsque nous avons étudié la civilisation Sumérienne beaucoup de sujets ont retenu mon attention,
mais je me suis "éprise" d’un petit objet et du cimetière d’Ur, qui recèle un véritable trésor.
 Il y a des termes, surtout des noms de dynasties, périodes etc….
qui ne vous diraient rien du tout, je vais donc essayer "d’écrémer".
Mais surtout n’oubliez pas en lisant, ou survolant ce billet, que ces oeuvres remontent à 8000 ans…."
 
billet en brouillon depuis avant mon opération….février 2008
 
 
 
 
 
 
tentative de restitution en image de synthèse
 
 
 
 
 
Ur – actuellement Tell el-Mukayyar  :
 
 la cité, les tombes royales, les rites funéraires et l’étendard
 

La ville d’Ur fut fondée  vers la fin du Ve millénaire av. J.-C.

Elle fut très riche durant la période dynastique archaïque comme en témoigne le Cimetière royal d’Ur.

De 2112 à 2004 av. J.C elle s’administre en nommant des gouverneurs interchangables

qui ne dépendent que du roi.

 Des envoyés rendent compte au souverains de tout ce qui se passe en province.

Ce dernier est le chef suprême de l’armée, à son service,

il dispose de toute la démocratie la plus élaborée de l’antiquité.

Toutes les transactions sont controlées quotidiennement,

tandis que la gestion des richesses stockées et redistribuées

procure à l’état  une grande part de ses revenus,

 celui-ci reçoit les contributions volontaires des gouvernements et les taxes.

Tributs et butins enrichissent le trésor, des milliers de journaliers cultivent la terre,

 récoltent et creusent des canaux pour assurer une bonne irrigation.

Un commerce prospère se développe, permettant aux villes et aux temples de s’enrichir.

La ville fut mise à sac vers 2007 avant J.-C., perdant à jamais sa suprématie.

 Elle ne rayonna plus que sur le plan religieux, et  fut abandonnée au IVe siècle av. J.-C.

suite à un changement du cours de l’Euphrate.

 

Tablette portant le texte de la lamentation sur la destruction d’Ur

 

Vie quotidienne à Ur

 

Les habitants les plus pauvres occupaient de modestes maisons,

alors que les plus riches possédaient des maisons avec de nombreuses pièces, 

et parfois même une chapelle privée. L’ameublement semblait assez sommaire :

tabouret, table, coffre en bois. Bien que l’on ait retrouvé des lits,

la plupart des gens dormaient sur des nattes.  L’éclairage se faisait uniquement par les portes.

Les tablettes d’argile gravées nous permettent de bien connaître la vie quotidienne à Ur.

L’organisation sociale est très hiérarchisée et non égalitaire, ni entre les sexes, ni entre les couches sociales.

Le système social étant patriarcal, tous les avantages sont accordés à l’homme :  

Une femme adultérine est mise à mort , un mari peut prendre une seconde femme et lui faire des enfants

Si un homme marié ne veut plus de sa femme, il lui suffit de verser de l’argent,

si une femme mariée veut changer de mari, elle est mise à mort  

Seuls les enfants des familles aisées vont à l’école appelée « maison des tablettes ».

Il leur fallait apprendre les 600 signes qui composent l’écriture cunéiforme sumérienne.

Ils apprenaient également les mathématiques et la grammaire.

Un « chargé du fouet » faisait régner la discipline.

 De ces écoles austères sortaient les futurs scribes,

sur lesquels reposait tout le système administratif et religieux. 

Les enfants des familles plus pauvres travaillent aux champs

 ou des dans les ateliers dès leur plus jeune âge.

 Parfois, les pères les vendaient comme esclaves. Les filles ne bénéficiaient d’aucune scolarité.

Les femmes travaillaient essentiellement dans la filature.

La laine était l’une des plus importantes industries.

Les artisans étaient regroupés par corporation et par quartier.

Ils étaient, pour la plupart, payés mensuellement en ration de nourriture, l’orge par exemple.

Au plus bas de l’échelle sociale se trouvaient les esclaves,

 prisonniers de guerre, enfants vendus ou hommes endettés.


Mais, assez paradoxalement, l’esclave dispose d’un statut :

il a le droit de monter une affaire, de posséder des biens, de racheter sa liberté.

   

Ur, patrie d’Abraham ?

 

«  Térakh engendra Abram ……Aran mourut en présence de Térakh, son père,

dans le pays de sa naissance, à Our des Chaldéens ……et Sarah, sa belle-fille …

et ils quittèrent ensemble Our des Chaldéens, pour se rendre dans la terre de Canaan...

Des chercheurs découvrirent que certains passages des Ecritures se rapportaient à des évènements

et des lieux ayant existé.

 

Ur, victime du Déluge ?

Dans la mythologie sumérienne, le Déluge est décrit exactement comme dans la Bible.

Seul le nom de l’élu change et Noé devient Outa-napishtim.

Lors de l’excavation du cimetière royal, l’archéologue Wooley mis au jour une couche d’argile épaisse de 3 m.

Elle contenait des débris d’embarcation datant de 4000 ans avant notre ère.

Il y a bien effectivement la preuve d’inondations. Mais s’agit-il du Déluge?

  

 

Ur,ruines avec au premier plan les tombes royales

 

 

Le cimetière royal d’Ur

 

 

ornement félin retrouvé dans une tombe royale 

C’est en 1927, dans les ruines de l’ancienne capitale d’Ur (Our) que des archéologues anglais

font la plus extraordinaire découverte : des tombes royales qui sont remplies d’un véritable trésor.

Ces sépultures nous donnent également de nombreuses précisions

sur les rites funéraires de la Mésopotamie ancienne.

Daté du XXVIe siècle av. J.-C., le cimetière contient plus de 1800 tombes,

dont 16 tombes royales, construites en pierre ou en brique et voûtées en encorbellement,

 recelant de grandes quantités d’objets : vases et coupes d’or et d’argent,

 poignards d’or à pommeau d’argent ou lapis-lazuli, lyres décorées de têtes de taureau,

 

statuette du « bélier pris dans le buisson » en bois plaqué d’or et de lapis-lazuli,

l’étendard d’Ur en nacre sur fond de lapis-lazuli, diadème de feuilles d’or etc…

 

 La tombe de la reine Puabi

 

 

La reine ou prêtresse a été enterrée couchée sur un brancard en bois.  

Elle a été identifié grâce à un cylindre portant son nom placé auprès du corps.

Son corps était recouvert d’une véritable cape,

 ensemble de colliers constituées de perles en lapis-lazuli et en cornaline,

 s’étirant entre ses épaules et sa ceinture. Les doigts des mains étaient couverts d’anneaux.

 Elle portait un peigne en or dans les cheveux et des boucles d’oreille en or en forme de croissant.

Un diadème, composé de perles en lapis-lazuli

et de pendants aux formes animales et végétales était posé sur une table auprès de sa tête.  

Deux « servantes » ont été enterrées avec elle, l’une accroupie auprès de sa tête, l’autre à ses pieds.

Elles-mêmes portaient une coiffure composée de feuilles d’or, des boucles d’oreille d’or,

 des colliers d’or, de lapis-lazulli et de cornaline.

Dans un puits attenant à cette tombe, Woolley a retrouvé un char en bois

tiré par une paire de bœufs accompagné de quatre palefreniers

 et un coffre en bois qui devait servir de garde-robe

comme l’atteste la présence de 12 servantes à ses côtés.

 

 

On y a également retrouvé une harpe ouvragée avec une tête de taureau.

 La tête est faite de feuilles d’or  et la toison est ciselée dans du lapis-lazuli.

Le taureau symbolisait la force et la fécondité.

   

Harpe ouvragée. (British Museum).

On a exhumé des coiffes en lapis-lazuli, ornées de feuilles en or, des poignards en or,

 

 

des tables de jeu faites de carré de coquillages,

 

 

coquillages, os et lapis-lazuli 

 des couronnes de feuilles d’or qui étaient le symbole de la puissance.

 

    

Casque-perruque en alliage naturel d’or et d’argent porté par le roi Meskalamdug,lors des batailles.

 Vers 2450 avant notre ère. Musée de Bagdad.

A Ur, le personnel du roi l’accompagne dans l’au-delà :

59 hommes, 19 femmes et deux chariots à 6 bœufs dans la tombe appelée « chambre du roi »,

 2 personnes dans le caveau de la reine Pû-abi et 10 femmes,

5 soldats et un char attelé de 2 bœufs dans le corridor d’accès,  

68 femmes et 6 hommes dans le « grand puits de la mort ».

 Il ne s’agit pas d’exécutions, mais plutôt de suicides collectifs,

 les individus tenant généralement une petite coupe qui a sans doute contenu le poison

qu’ils s’étaient administré eux-mêmes.

C’est sur le corps des êtres humains que les animaux ont été ensuite sacrifiés.

 Ce rite d’accompagnement est pour le moment unique en Mésopotamie.

 
 

L’étendard d’Ur

 

   

La plus grande des sépultures était vide car elle avait été pillée

mais il y restait ce que l’on a appelé « l’étendard d’Ur ».

 

"Etendard d’Ur"  British Museum

Chaque grande face est disposée, sur trois registres, 

une frise de personnages et d’animaux sculptés

dans des plaquettes de coquilles entourées de lapis-lazuli,

le tout incrusté dans une épaisseur de bitume noir 
 

Il s’agit d’une mosaïque composée de coquille marine, de lapis-lazuli et de cornaline,

 incrustée sur un petit coffre de bois de 27 cm de haut et 48 de long.

Ce diptyque composé de deux panneaux représente sur une face la guerre et sur l’autre la paix.

 

 

 L’étendard d’Ur date probablement de 2600 av. J.-C.

   

 

L’ensemble reconstitué par l’archéologue anglais Wooley est soutenu par une structure en bois.

 La frise se lit de bas en haut, le lutrin est fermé à chaque extrémité

par une pièce triangulaire de même facture.

Wooley suggère qu’il était transporté sur une hampe, porté comme étendard.

 On a également supposé que c’était la caisse de résonance d’un instrument musical.

(cet avis était partagé par mon prof et je le crois volontiers) 

Cet objet est peut-être la première bande dessinée de l’humanité….

 

La Paix 

 

 

 Panneau dit de la Paix

 

La représentation du banquet est un symbole fort, en Mésopotamie,

compte tenu de ses fonctions sociales et politiques. 

Sur le registre bas

 

 les serviteurs portent à dos les sacs contenant des grains 

 (le port à dos d’homme était courant sur de courtes distances) séparés par des onagres,

animaux de bat par excellence avant l’élevage du cheval.

Le registre du milieu

 

montre le bélier symbolique sacrifié en l’honneur des Dieux, utile procurant la laine, le cuir, la viande;

le bœuf animal commun à cette époque utilisé pour sa viande, sa puissance de travail,

tirant les chariots et la charrue.

 De nombreux serviteurs encadrent les animaux.

Enfin un homme tenant dans sa main un poisson, aliment principal des sumériens

du fait de son abondance dans les fleuves, les canaux.

 Ces deux registres sont relatifs à la préparation du banquet.

 

Le registre haut

présente un personnage important, peut être le roi-prêtre,

 

 revêtu d’une robe d’apparat –le kaunakés– gobelet à la main, entouré de serviteurs,

faisant  face à des convives qui participent à une libation;

à l’extrême droite un harpiste et une chanteuse animent la réunion

à noter la forme de la harpe et la tête de taureau ornant l’avant de l’instrument.

Les trois registres sont encadrés par une frise de pièces géométriques  en coquille et cornaline.

 

 

"Paix," détail d’un musicien.  

   

La Guerre

 

 

 

"Guerre" est une des premières représentations d’une armée sumérienne,

engagée dans ce que l’on pense être une escarmouche frontalière et ses conséquences.

 La scène de bataille comprend des chariots à quatre roues, tirés par une espèce d’équidé,

 dont il a été supposé qu’il s’agissait d’Onagres, des soldats portant des vêtements de protection,

et d’autres soldats d’infanterie avec des épées ou des haches.

Le panneau montre également des prisonniers blessés, nus et humiliés, présentés au roi.

 

 

le registre du bas

 

présente de lourds chars à quatre roues pleines utilisés en Mésopotamie au début du III ème millénaire ,

 

conduit par un cochet devant un lancier, à noter l’harnachement des quatre onagres: sur le dos un passe-guide,

les rennes aboutissant aux naseaux de l’animal, à l’avant du chariot un stock de lances de réserve.

Le registre du milieu

 

présente un groupe de fantassins revêtus d’une courte tunique en cuir,

dans la main droite une lance, la tête protégée par un casque de cuivre,

le corps recouvert d’une cape de cuir parsemée de ronds en métal. 

 A droite les soldats poussent devant eux  les prisonniers nus.

Le registre supérieur

 

comprend un char vide d’occupants, le chef de la troupe,

 peut être le roi-prêtre, auquel on présente les vaincus nus,  les coudes liés dans le dos,

d’autres soldats en tenue plus légère tenant dans la main gauche une lance, dans la droite une hache.

 

 

 

 

 Détail représentant des  combattants sur un char tiré par des onagres

qui  piétinent les cadavres nus des vaincus.

 Les sujets sont gravés sur de la coquilles qui se détache particulièrement bien sur un fond de lapis-lazuli.

 

 

 

Quelles significations attribuer à l’Étendard ?

 

 Il n’y a que des hypothèses:

           – la représentation d’un évènement réel,

 la guerre et la victoire de la cité d’Ur conduite par le personnage central.

           – l’évocation d’une scène imaginaire et idéalisée, simple œuvre artistique,

       – dans quel ordre doit-on lire les faces,

 face de la Paix comprenant le banquet rituel en vue d’une prise de décision

quant à la guerre ou bien, le banquet après la victoire,

 la présence de l’objet découvert à coté d’un défunt indique t’elle

qu’il a été sa propriété et dans ce cas où le situer sur la fresque ?

    

  Les marqueteries réalisées sont d’une perfection et d’une valeur artistique inégalées en Mésopotamie. 

 La taille de l’ivoire et des coquillages de nacre est un exemple  de l’habileté des artisans de l’époque.

 

Les matériaux

 
– l’ivoire

 

 

défenses d’éléphants et dents d’hippopotames, travaillé dès le IV ème millénaire en Anatolie et au Levant,

– la coquille de nacre

 obtenue à partir des coquillages marins, extrêmement fragile,

 suppose une sûreté d’exécution sans bavure ni reprise,

– le lapis-lazuli

origine d’Afghanistan, importé dès le début du III ème millénaire, 

poli sert à garnir le fond des panneaux de bitume,

 

 

– la cornaline

 origine de l’Indus, couleur rouge,

– l’albâtre

connu dès la plus haute antiquité,

– le bitume

 mélange de carbure d’hydrogène, sous forme liquide ou solide,

abondant dans le sous-sol mésopotamien , couleur blanche ou noire,

– la turquoise et l’hématite

 

Les artisans

 

 

une tête de taureau dont la marqueterie est sublime

Les tombes du cimetière royal ont livré des objets traduisant le niveau de perfection technique

et artistique atteint par les Sumériens.

 

Les artisans se sont spécialisés, vers la fin du IV ème millénaire  et le début du III ème millénaire

avec la création d’outils propres à chaque activité.

 

Parmi les objets découverts ,

 une lyre en bois constitue l’un des plus anciens instruments de musique connus à ce jour.

Elle est décorée d’une tête de taureau en or et lapis-lazuli,

incrustée d’une plaque représentant des animaux mythiques, exposée au musée de Bagdad,

elle fait partie des objets dont le sort est incertain depuis son pillage en avril 2003.

 

Les outils

 

forêt à archet avec une pointe de pierre dure  ou de métal montée sur un axe en bois ou en os, poinçon,

allène, ciseau, pierre à polir utilisant du sable de différentes granulométrie.

     Les objets décorés à l’aide de cette technique sont très variés:

 

   ici une table de jeux 

 

caisses de résonance de lyres  incrustées de pièces géométriques  

 disposées de  manière telle que la palette de couleurs rend  la pièce chatoyante,  


     les figurines trouvées représentent des personnages ou des animaux qui,

disposés sur un panneau, illustrent les scènes de la vie quotidienne.

 

 

     Le travail le plus abouti retrouvé à ce jour est l’Étendard d’Ur".

   

   

 

Advertisements

21 Réponses

  1. Zélie

    est ce que ce serait possible d’avoir l’art ( arts de l’espace, arts du son, arts quotidien…) donc pourrait tu nous dire quelle est l’art de cette oeuvre????

    28 octobre 2015 à 15:25

  2. babou elisabeth

    beau billet encore …j apprecie encore et encore …bizzzz elisabeth

    9 mai 2011 à 14:54

  3. DONALD DAIGLE

    J’ai bien aimé la lecture. Les armures en arrière plan ne devraient pas être là selon moi.

    9 mai 2011 à 01:03

    • C’est dommage, je ne pense pas que vous me lirez. Ce billet date d’avant le changement de serveur, à l’origine il n’avait pas le même arrière plan, mais désormais je change à chaque nouveau billet alors évidemment il ne correspond plus aux autres sujet.

      9 mai 2011 à 17:18

  4. cassandra

    ti cite pas mal non plus http://www.ezida.com/cites.htm bonne nuité

    2 juin 2009 à 00:37

  5. cassandra

    pendant que j\’y suis un peu d\’OsirisRompre le pain/gateau correspondait au fait de libérer la puissance d’Osiris qui permettait à l’initié d’effectuer le passage de la vie, vers la vie éternelle. D’où le fait que ce rituel était particulièrement accompli pour les défunts ou futurs défunts. Qui est Osiris ? De son vrai nom "Wosiré", "Celui qui veille sur le trône divin", Osiris était pour les Africains anciens, un envoyé de Dieu dont la mission fut de révéler aux hommes les us et coutumes de la vie sédentaire (agriculture) et l’existence du divin. Dans les textes sacrés des pyramides, il est à juste titre appelé "Wn Nefer" à savoir "l’être divin perpétuellement bon". Il est celui qui détient les "secrets de la germination éternelle du corps de Geb" (Geb symbolisant la terre) et qui a introduit parmi les hommes la loi divine de Râ (Dieu) qui régit l’univers entier : Maat (la vérité-justice). Il est donc aussi appelé "Neb Maat", à savoir, le "Seigneur de la vérité et de la justice". Osiris symbolise donc la justice et l’amour du divin. Répondant à l’appel divin de parcourir la terre habitée avec divers spécialistes (agriculteurs, architectes, musiciens, prêtres, etc…) pour enseigner à l’humanité les us et attitudes humaines ainsi que les rituels religieux, il eut une renommée internationale selon les dires même des Grecs anciens (ex. Diodore de Sicile). Dans les textes sacrés de Kemet, il est appelé "Km Wr" (lire Kem Wour) à savoir le "Grand Nègre", (Kem, Kam = noir, nègre). Ce qui a été souligné par le Grec Plutarque, l’égyptologue français Emile Amélineau et le professeur Cheikh Anta Diop. De même, le professeur Assiouty ajoute (Cf. Origines égyptiennes du christianisme et de l’islam, Sawat Anis el Assiouty – éd. Letouzet & Anet, 1989) : "Le teint des hommes, en Haute Egypte, brûlé par le soleil, varie du brun jusqu’au noirâtre, au fur et à mesure que l’on s’enfonce de plus en plus dans le sud. C’est ce teint noirâtre qui distingue Osiris dans les Textes des Pyramides et dans les anciens monuments et papyrus d’Egypte et qui restera sa couleur jusqu’aux premiers siècles chrétiens". le corps d’Osiris était associé à ce gâteau/pain pour les raisons suivantes. Tué par le mal (Seth), il ressuscita d’entre les morts grâce à l’action de Dieu invoquée pieusement par sa femme Isis (Oui, cette expérience divine, Osiris l’avait déjà vécu 3000 ans avant Jésus). Il descendit par la suite dans la "Douat" (monde souterrain) pour y juger les âmes des défunts désireux de rejoindre Dieu dans son paradis divin (Sekhet Arou). Mais son image resta fortement associé aux fruits de la terre (blé, céréales, orges…) et à leur transformation en nourriture (pain, gateau). L’esprit d’Osiris résidait ainsi pour les anciens dans le blé. Le "pain/gâteau" dit "Mesi" symbolise donc Osiris et le rompre en plusieurs morceaux représente symboliquement sa passion, son dépècement par Seth (après avoir tué Osiris, Seth l’avait aussi dépecé en plusieurs morceaux). On libère ainsi l’esprit d’Osiris qui par cet acte qui devient une lumière céleste, solaire, spirituelle et divine. Vous l’avez compris, les morceaux sont donc donnés aux fidèles. Cette action est un symbole pour eux car en mangeant la divinité ils se fortifient et s’assurent la vie éternelle tout comme Osiris. Ainsi, dans un hymne des Textes sacrés des pyramides (formule 273-274, n° 397), il est dit à propos d’Osiris : "Tu es le père et la mère des hommes, ils vivent de ton souffle, ils mangent la chair de ton corps". A l’origine, dans le rite sacré associé à la rupture du corps d’Osiris symbolisé par le "gain/pain", il n’est pas fait directement mention du vin mais plutôt de l’eau (noun) comme symbole de la renaissance spirituelle des fidèles (baptême). Cependant, le vin (autre savoir légué aux hommes par Osiris) existait bel et bien en Egypte et on va le retrouver Le vin utilisé lors de la communion chrétienne est rouge et doux. Il symbolise le sang du Christ. Mais dans un rite lié à la protection divine de l’Egypte contre les assauts de Seth, pharaon boit du vin coupé d’eau. Cet acte symbolisait celui accompli par le fils d’Osiris, à savoir Horus qui avait prit la succession royale de son père sur terre. Vainqueur des ennemis de l’Egypte, Horus avait bu un peu de leur sang et par là même, maîtrisé leur force et leur puissance mystique (Cf. Mythe d’Horus, Naville). Souhaitant parfaire leur rite sacré, les prêtres égyptiens vont donc compléter le rite du pain, symbole du corps d’Osiris, par celui du vin/eau, symbole du sang d’Osiris. Les fidèles s’approprient ainsi la divinité et s’assure la vie éternelle : "Le pain et la boisson de communion symbolisent ainsi, dès le IIIème millénaire avant J. C. l’essence divine nécessaire pour les Dieux et les hommes. Celui qui reçoit les deux espèces vivra les deux vies ; il s’identifiera à Dieu dans la vie éternelle", dit Assiouty. Osiris ayant révélé aux hommes les bienfaits de l’agriculture et de la fabrication du pain, symbolise aussi ce grain (céréale, blé) qui jeté en terre meurt et renaît sous la forme d’une autre tige de céréale. Cette vision représente la mort et la résurrection d’Osiris (il existe d’ailleurs des fresques où l’on voit le blé pousser directement sur le corps d’Osiris). Le pain renferme son esprit et en le rompant on libère son énergie. Son sang ne vient que compléter ce rituel religieux. Uune chose est sûre, les premiers à l’avoir fait sont les Ethiopiens anciens !Bon j\’y vais faire mon goulgour je n\’ai pas encore dîné pfiou à cette heure qô même; voili ti bise pour finir aujourd\’hui

    1 juin 2009 à 23:59

  6. cassandra

    coucou, nicole , j\’ai bien apprécié ce billet et en me permettant de rappeler que nous savons à présent que les Hébreux ont fait largement un copié collé de textes Sumériens, Egyptiens, afin de faire un livre à leur unique convenance la fameuse bible. un véritable plagiats des textes Sumériens. Concernant le fameux déluge (une cata. naturelle comme nous en voyons de nos jours ¨tempêtes cyclones tornades" certainement). Genèse [6:14] L\’arche de Noé: cette fable est reprise à l\’identique d\’une légende sumérienne (Utnapishtim qui débarque sur le mont Nishir et lâche une colombe puis un corbeau). Selon un article du journal Le Monde (14 août 2007), le 3 décembre 1872, un jeune assistant du British Museum, George Smith, annonce devant les membres de la Société d\’archéologie biblique qu\’il a lu sur les fragments d\’une tablette d\’argile exhumée quinze ans plus tôt des ruines d\’un palais du Nord rakien, un récit identique, trait pour trait, à celui du Déluge biblique. Il s\’agirait d\’un récit en forme d\’épopée dont le héros, un roi du nom de Gilgamesh aurait régné il y a quarante sept siècles au pays de Sumer (région de Bassora aujourd\’hui). Dans ce récit, celui qui échappe au fléau divin, ne s\’appelle pas Noé mais Utanapishtim (plus difficile à retenir…) A la place du Dieu unique d\’Israël, c\’est une assemblée de divinités mésopotamiennes qui décide d\’en finir avec l\’humanité. Utanapishtim est informé du complot par Ea, le dieu de la sagesse, acquis à la cause des hommes : "Démolis ta maison pour te faire un bateau! Renonce à tes richesses pour te sauver la vie! Détourne-toi de tes biens pour te garder sain et sauf! Mais embarque avec toi des spécimens de tous les animaux."Le texte poursuit : " Six jours et sept nuits durant, bourrasques, pluies battantes, ouragans et déluge continuèrent de saccager la terre" avant de cesser. (j\’avais remarqué que dans l\’Ancien Testament on disait "il pleuvra quarante jours et quarante nuits" puis plus loin, "après qu\’il eut plu cent quarante jours…" donc la durée du déluge n\’était pas vraiment fixée… forcément si on avait mal lu le "scénario" mésopotamien…)Un des épisodes les plus célèbres de la mythologie sumérienne, celui de "Gilgamesh" en quête de l\’immortalité. Cette légende nous est parvenue à travers des copies datant de 2000av JC. Elle relate les exploits des héros et des dieux sumériens. Le plus célèbre de ces personnages est Gilgamesh, roi d\’ Uruk peu après 3000av JC. Il est l\’un des tout premiers rois après le déluge. Le Noé biblique est largement inspirée de cette histoire, on devine une source de la mythologie grecque (les exploits d\’Héraclès).L\’exode [2:10] Moïse retrouvé dans un panier flottant: encore une fable tirée du récit du roi mésopotamien Sargon 1er qui fonda le royaume d\’Akkadé qui est retrouvé à sa naissance abandonné dans un panier flottant et sera élevé par le jardinier. On sait aujourd\’hui que Moise, le parasite et Abraham n\’ont pas existé. "Sargon d’Akkad : Abandonné par sa mère dans une corbeille de roseaux qui est confiée au fleuve, le nouveau-né est recueilli et adopté par un jardinier. La faveur de la déesses Ishtar fait plus de lui un échanson à la cour de Kish puis un prince." L\’exode [7:17] Le thème du "fléau du sang" et de l\’ombrage protecteur est tiré directement du mythe sumérien "Inanna et Shukallituda ou le péché mortel du jardinier". L\’exode [20] Les dix commandements ont été recopiés du code babylonien du roi Hammourabi. (vers -1800) Genèse [2.21] Le mystère de la côte d\’Adam est aussi "emprunté" au poème sumérien "Enki et Ninhursag": c\’est là ou est le mal d\’Enki, la côte vient du jeu de mot sumérien "ti" ("côte" ou "faire vivre") jeu de mot qui n\’a plus de sens Cantique des cantiques: Une suite empruntée au chant sumérien du mariage sacré: même style, même thèmes, détails, vocabulaire, mêmes personnages, monologues, dialogues, même langage fleuri et redondant. Voir par exemple le chant d\’amour de Shu-Sin au chapitre XXI. Shu-Sin qui ressemble fort au roi Salomon dont l\’existence n\’est pas certaine et, s\’il a existé, son règne n\’a rien à voir avec celui décrit dans la Bible. Lamentations de Jérémie: Ces lamentations sont reprises de "La lamentation sur la destruction de Nippur", récit sumérien. Ézéchiel: Inspiré de la déesse babylonienne Ishtar. Les sumériens l\’adoraient sous le nom d\’Innana, épouse de Dumuzi, le Tammouz de la Bible. Isaïe [ 9:11] Inspiré du texte sumérien qui décrit la descente aux enfers du monarque Ur-Nammu qui arrive dans le Kur. Etc. etc.gloire à l\’Archéologie et aux sciences qui nous conduisent enfin à des vérités.

    1 juin 2009 à 23:45

  7. Allison

    Bonjour Nicole, bon anniversaire pour avoir fait de beaux billets durant trois ans sur ton blog, c\’est beaucoup de travail et de recherches.Je fais la tournée des médecins en ce moment, je suis crevée.Excuse-moi d\’être aussi brève. J\’ai bien apprécié ton commentaire dans mon livre d\’or,ça devait être agréable de voir autant de belles choses petite.Je te souhaite un très beau week endBisous et à bientôt,Lina-Lise

    27 février 2009 à 06:59

  8. Mamylouise

    Bonjour Harmony, magnifique billet comme d\’habitude.Bonne anniversaire pour les 3 ans des ARTS.Alors pour moi c\’est aussi +5.domâge on ne sais pas mettre plus.Passe une trés bonne soirée.Bizzzzz, amitiés, Mamylouise.

    26 février 2009 à 20:16

  9. Cricri

    Bonjour ma tite NicoleSuperbe encore une fois ton billet et très belles documentationsJe te souhaite en même temps un très bon anniversaire à ton blog et qu\’il puisse encore durer longtempsSuis heureuse que tu vas enfin un peu mieux, même avec médicaments…. reposes toi bien ma belleJe te fais d\’énormes bisous et te dis à bientôtAmicalementTon amie Cricri

    26 février 2009 à 11:51

  10. krikri

    j\’ai bien obéi j\’ai mis +5 il n\’y a pas plus ! dommage !passe une douce journéegros bisous de tite tortue

    26 février 2009 à 10:55

  11. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090226092950730644.gif

    26 février 2009 à 09:31

  12. Martin...

    Bonjour toi…Merci de ta belle visite aujourd\’hui aussi…3 ans deja…Wow…Comme tu le dis si-haut tu a bien avancer depuis se temps…Alors felicitation a toiet continue ton beau boulot…http://i143.photobucket.com/albums/r134/croissantdesoleil/felicitation.gifComme krikri je dis moi…Un beau10/5 pour toi et ton fameux space…Bisous et b-journée…Ton ami Martin xox

    25 février 2009 à 14:42

  13. illyria

    bonjour harmony je te souhaite de passer une belle journee gros bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090225084949629084.gif

    25 février 2009 à 09:37

  14. krikri

    merci de ton com, oh que non je ne te mets pas un 5/5 pour ton billet, ça va pas ? je te mets un 10/5, oui je sais tout augmente (mdr) mais c\’est vrai qu\’il est superbe ton billet, tu es une féepasse une douce journéegros bisous de tite tortue

    25 février 2009 à 09:09

  15. Martin...

    Kikou Nicole et merci d\’être passer me voir avec ta jolie rose…C\’est gentil,merci…D\’apres le comm…que tu ma laisser tu a d\’lair en forme…Est-ce que je me trompes???Pour moi et bien le moral est pas super bon et mon p\’tit coeur est dechirer…..Je te souhaite une belle journée et prend bien soin de toi…Martin

    24 février 2009 à 10:51

  16. illyria

    bonjour harmony je te souhaite de passer une belle journee gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090224093156605656.gif

    24 février 2009 à 09:32

  17. £éa ♣

    Bonsoir et félicitations Nicole!!Je savais bien que cela arriverai un beau jour "coup de coeur"je l\’ai eu dés que j\’ai découvert les Arts..bravo tu le mérites tant par le travail que tu fournieset avec tes problèmes j\’en reste toujours admirative.A propos de ton billet UR me rappelle un peu notre époque 🙂 bon heureusement le statut de la femmea beaucoup évolué ,quelle horreur elle pouvait être mise à mort et Môssieu lui,je vends,je répudie et il a droit a ses petites femmes (enfin esclaves) bref l\’homme a tout les droits mais la femme est juste un objet et toujours l\’écart social énorme ,richesse d\’un côté et pauvre de l\’autre,oui seul bien fait l\’esclavepeut s\’offrir un statut (oui très paradoxal!) et les enfants surtout les petites filles privées du droit de s\’instruire,..pff..que l\’on m\’explique pourquoi depuis la nuit des temps la femme n\’avait droit à aucune considération.?..et dire que certaines privilégiées se plaignent aujourd\’hui,hé bien ,elles devraient lire ce billet 🙂 je sais aussi que pour d\’autres c\’est encore d\’époque d\’être maltraités.par contre que de belles sculptures et les ornements aussi dans les tombeaux ,petit choc de voir le mouvement de suicides qui accompagnent les pierres précieuses au milieu de richesse et de personnages royales..hum..la nature humaine est un contraste en elle même!L\’homme crée pour détruire..la beauté,à la recherche de pouvoir et de gloire n\’a aucun égard pour autrui pas même envers lui.Encore un merveilleux billet,je passais te faire un coucou,voir comment tu allais? et j\’ai était happé par l\’histoire d\’UR et je viendrais voir POMPEI car j\’aime aussi son histoire fin tragique aussi..Bon,ça veut pas dire que j\’aime que celles qui le sont,j\’aime bien évidemment les beaux évènements mais ils sont plus rares que ce soit av. ou ap. JC.Prends bien soin de toi et et fatigue pas trop car je vois que tu refais ta page d\’acceuil..Pour refaire mon blog s\’est pas encore ça,j\’ai pas d\’idée et surtout de motivation pour l\’instant.GrOs BisOus @+

    24 février 2009 à 00:06

  18. illyria

    bonjour ma douce harmony merci pour tes visites je te souhaite de passer uen belle semaine bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090223114541835933.gif

    23 février 2009 à 11:42

  19. krikri

    comme d\’hab, ton billet est superbe et on apprend plein de choses, merci je te souhaite une bonne fin de week endgros bisous de tite tortue

    22 février 2009 à 16:30

  20. illyria

    bonjour ma douce superbe billet de tres belle recherches encore ma douce je te souhaite de passer un bon dimanche gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090222102412365447.gif

    22 février 2009 à 10:23

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s