La critique est aisée mais l'Art est difficile

Victor Hugo : 1ère partie, sa vie, son oeuvre

 

 

 

Victor Hugo 

 

né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris
 
 
 
 
 
 
 
Le mot d’Harmony
 
"Est-ce la peine de vous présenter ce 
 
 "monument" de la littérature française ?
 
 écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien,
 
intellectuel engagé, dessinateur…
 
Son oeuvre est très diverse, sa correspondance abondante, 
 
 il est considéré comme le plus important
 
des écrivains romantiques de langue française." 
 
 
 

 
 
Victor naît en Franche-Comté), où son père est en garnison, 
 
puis passe son enfance à Paris.
 
 Il est le fils du général d’Empire Joseph Léopold Sigisbert Hugo,
 
fait comte, selon la tradition familiale, par Joseph Bonaparte, roi d’Espagne;
 
et de Sophie Trébuchet. Victor est  le dernier de trois enfants du couple.
 
Ses premières années seront marquées
 
par les affectations militaires de son père à Naples et en Espagne.
 
 
 
 
 
 
Vers 1813, sa mère qui s’est séparée de son mari,
 
 car elle entretient une liaison avec le général d’Empire, s’installe à Paris. 
 
 A peine âgé  de quatorze ans, Victor, note sur un journal :
 
« Je veux être Chateaubriand ou rien »
 
 Sa vocation est précoce et ses ambitions immenses.
 
On ne sait pas grand-chose de ses débuts puisque l’auteur
 
a brûlé ses 10 premiers cahiers d’école.
 
Qui l’a initié à la poésie?
 

En 1817, il participe à un concours, mais le jury, 

à deux doigts de lui adresser le 1er prix 

 est effrayé par son trop jeune Age, le poème présenté avait pour titre :

"Trois lustres à peine."

Le prix est donc attribué à quelqu’un d’autre.

Il sera lauréat de cette même académie deux années de suite.

En 1819, il obtient un Lys d’or pour

l’Ode sur le rétablissement de la Statue d’Henri IV,

et en 1820, il reçoit un Œillet comme prix d’encouragement pour un autre ode : 

Moïse sur le Nil.

Egalement primé par l’académie, Victor Hugo délaisse les mathématiques,

 pour lesquelles il a un goût marqué, et embrasse la carrière littéraire.

 Avec ses frères Abel et Eugène, il fonde en 1819 une revue,

 qui attire déjà l’attention sur son talent.  

 « Le Conservateur littéraire »,

 Son premier recueil de poèmes, Odes, paraît en 1821 : il a alors dix-neuf ans

 et ses études au lycée Louis-le-Grand lui permettent de faire connaître rapidement cet ouvrage.

 Il participe aux réunions à la Bibliothèque de l’Arsenal,

berceau du Romantisme, qui auront une grande influence sur son développement.

 Dès cette époque, Hugo est tout à la fois, il entreprend tout et réussit beaucoup.

 

 
 
 
  

Avec Cromwell, publié en 1827, il fera éclat.

Dans la préface de ce drame, Victor Hugo s’oppose aux conventions classiques,

en particulier à l’unité de temps et à l’unité de lieu.

 Il met véritablement en pratique ses théories dans la pièce Hernani (1830),

 pièce qui inaugure le genre du drame romantique.

Cette œuvre est la cause d’un affrontement littéraire fondateur entre anciens et modernes,

 ces derniers, au premier rang desquels Théophile Gautier,

 s’enthousiasmant pour cette œuvre romantique.

 Ce combat restera dans l’histoire de la littérature sous le nom de

« bataille d’Hernani. »

Dès lors, la production d’Hugo ne connaît plus de limites :

 roman (Notre-Dame de Paris) poésie (Les Chants du crépuscule

théâtre (Ruy Blas).

 

 
 
 

Vie de famille

 

 

Victor Hugo jeune, dessin de la future madame Hugo  

Le 12 octobre 1822, il épouse Adèle Foucher qui lui donne cinq enfants :   

Léopolde, Léopoldine, Charles, François–Victor,
 
Adèle, la seule qui survivra à son père mais dont l’état mental, très tôt défaillant,
 
 lui vaudra de longues années en maison de santé.
 
 
 
 
Victor Hugo (à droite) et ses deux fils, François (debout) et Charles,
posant à Jersey devant l’appareil photographique, probablement en 1853.
 
  

En 1843, Léopoldine meurt tragiquement à Villequier,

 noyée avec son mari dans le naufrage de leur barque.

Hugo sera terriblement affecté par cette mort qui lui inspirera plusieurs poèmes

des Contemplations ; notamment, son célèbre

 « Demain, dès l’aube… »

   

 

   Léopoldine
 

De 1826 à 1837, il séjourne fréquemment au Château des Roches à Bièvres,

 propriété de Bertin l’Aîné, directeur du Journal des débats.

Au cours de ces séjours, il y rencontre Berlioz, Chateaubriand, Liszt, 

et rédige des recueils de poésie dont le célèbre ouvrage des Feuilles d’automne.

Il aura, jusqu’à un âge avancé, de nombreuses maîtresses.

 

  

La plus célèbre sera Juliette Drouet,actrice rencontrée en 1833,

 qui lui consacrera sa vie et le sauvera de l’emprisonnement

 lors du coup d’état de Napoléon III.

Il écrira pour elle de nombreux poèmes.

Tous deux passent ensemble l’anniversaire de leur rencontre et remplissent,

 à cette occasion, année après année, un cahier commun qu’ils nomment tendrement le  

 « Livre de l’anniversaire ».

 

 
 
 
 
 Sa pensée politique le mènera à l’exil
 
 
A partir de 1849, Victor Hugo consacre un tiers de son œuvre à la politique,
 
un tiers à la religion et le dernier à la philosophie humaine et sociale.
 
 La pensée de Victor Hugo est complexe et parfois déroutante.
 
 Il refuse toute condamnation des personnes et tout manichéisme,
 
 mais n’en est pas moins sévère pour la société de son temps.
 
 Au fur et à mesure, sa pensée politique va évoluer,
 
quitter le conservatisme et se rapprocher du réformisme.
 

Dans sa jeunesse, Victor Hugo est proche du parti conservateur.

 

 

Caricature d’Hugo par Daumier, en 1849,

après l’élection de l’écrivain à l’Assemblée constituante

Politique intérieure

 

 Pendant la restauration, il soutient Charles X de France.
 

Lors de la Révolution française de 1848,

 Pair de France il prend d’abord la défense de la monarchie.

 Aux élections d’avril 1848, bien que non candidat

il obtient près de 55 500 voix à Paris mais n’est pas élu.

Par contre aux élections complémentaires du 24 mai,

il est élu à Paris avec près de 87 000 voix.

 Il siège avec la droite conservatrice. Pendant les Journées de Juin 1848,

 il mène des groupes de force gouvernementales à l’assaut des barricades.

Il vote la loi du 9 août 1848,

 qui suspend certains journaux républicains en vertu de l’état de siège.

 Ses fils fondent le journal L’Évenement qui mène une campagne

 contre le président républicain du conseil,

et soutiendra la candidature de Louis Napoléon Bonaparte

 à l’élection présidentielle de 1848.

Etant contre le principe de l’assemblée législative unique,

il ne vote pas la Constitution de 1848.

Au début de la présidence de Louis Napoléon Bonaparte

 il fréquente le nouveau président.

  C’est à l’été 1849,

que progressivement il se détourne de la majorité conservatrice de l’Assemblée législative

 dont il désapprouve la politique réactionnaire.

En janvier 1850,

Victor Hugo combat la loi Falloux réorganisant l’enseignement

en faveur de l’Église catholique,

 en mai il combat la loi qui restreint le suffrage universel

 et en juillet il intervient contre la loi Rouher qui limite la liberté de la presse.

En juillet 1851

il prend position contre la loi qui propose la révision de la constitution

 afin de permettre la réélection de Louis Napoléon Bonaparte.

 En juin 1851,

au palais de Justice de Paris il défend son fils qui est poursuivi

pour avoir publié un article contre la peine de mort dans son journal l’Évènement.

 Au soir du coup d’État du 2 décembre 1851 avec une soixantaine de représentants

 il rédige un appel à la résistance armée.

Poursuivi, il parvient à passer en Belgique le 14 décembre.

 

 

 

 C’est le début d’un long exil.

A partir des années d’exil, et plus encore à son retour,

 Hugo devient une sorte de statue du commandeur :

 populaire, admiré par ses pairs et craint par les politiques,

Victor Hugo est incontournable.

 

1883

 Que l’on soit romancier, poète ou dramaturge,

 on se définit par rapport à lui, pour ou contre cette figure décidément trop imposante…

Hugo  a trop de pouvoir pour n’être pas haï par certains.

Quant à la politique, les républicains les plus à gauche doutent de sa conversion,

tandis que les monarchistes ne pardonnent pas facilement à celui qui a trahi son milieu.

 Le public, lui, voue déjà un culte au vieil homme

 et les jeunes poètes continuent de lui envoyer leurs vers,

tandis que d’autres se montrent volontiers irrévérencieux…

Baudelaire admire éperdument Hugo, mais éprouve parfois de l’irritation

 devant ce poète qui fait des vers « politiques ».

 De plus, Baudelaire ne pense pas vraiment que Victor Hugo soit un bon poète.

Il trouve que ses poèmes sont niais.

 A l’inverse, en lisant Les Fleurs du Mal,

 Victor Hugo a senti que c’était un bon recueil.

Flaubert, s’il admire le romantique de 1830,

se méfie du « vieux crocodile » dont il juge les digressions philosophiques,

 dans les Misérables notamment, indigestes.

 

une illustration de Cosette  

 Baudelaire et Verlaine partagent ce point de vue comme tous ceux qui pensent

que l’art et l’engagement politique ne doivent pas être mêlés.

 Hugo est un homme capable d’exaspérer ses admirateurs et d’être admiré de ses ennemis.

Quoi de plus naturel pour un maître de l’antithèse…

Même longtemps après sa mort, Hugo continuera, par son œuvre

ou son action, de susciter les réactions les plus diverses :

 admiration de Mauriac qui déclare, en 1952 :

 « Il commence à peine à être connu. Le voilà au seuil de sa vraie gloire.

 Son purgatoire est fini. »

 

 
 
 

L’ œuvre monumentale d’un romancier inclassable

et d’un homme de combat  

L’ensemble de ce qui a survécu des écrits de Victor Hugo a été volontairement détruit

 par ses exécuteurs testamentaires mais a été publié,

cela représente presque quarante millions de caractères !

«  L’ensemble de mon œuvre fera un jour un tout indivisible.

 Un livre multiple résumant un siècle, voilà ce que je laisserai derrière moi  »

V. Hugo dans une lettre du 9 décembre 1859
    

A travers ces mots, on devine une volonté farouche de pratiquer tous les genres,

 autant qu’une passion du Verbe, à condition toutefois que ce dernier soit ancré dans l’Histoire.

 Par conséquent, distinguer la fiction proprement dite de l’engagement politique est,

 chez Hugo plus que chez tout autre écrivain, une gageure.

Hugo a laissé neuf romans, le premier écrit à seize ans ; le dernier à soixante-douze.

L’œuvre romanesque a traversé tous les âges de l’écrivain,

 toutes les modes et tous les courants littéraires de son temps 

 sans jamais se confondre totalement avec aucun.

   

 

 

 

 

Le retour en France et la mort du "Commandeur"

   

 

Hugo par Rodin

Après la chute du Second Empire en 1870, c’est l’avènement de la Troisième République :

 Hugo peut enfin rentrer après vingt années d’exil.

 Jusqu’à sa mort, en 1885, il restera une des figures tutélaires de la république retrouvée,

en même temps qu’une référence littéraire incontestée.

 

 

 
Il décède en

prononçant, selon la légende, ces derniers mots :

« Ceci est le combat du jour et de la nuit. »

   

 

Chambre mortuaire de Victor Hugo :

 Peinture de Désiré François Laugée, mai 1895. Huile sur toile, 45 X 55 cm,

 conservée à la Maison de Victor Hugo à Paris.

 Après les obsèques de Victor Hugo,

 Désiré François Laugée fut autorisé par la belle fille de l’écrivain,

 à venir peindre la chambre mortuaire débarrassée d’une grande partie de ses meubles

pour laisser place à la veillée funèbre.

 Cette œuvre devait lui servire d’esquisse

 pour une œuvre magistrale représentant Victor Hugo sur son lit de mort.

 

 

   

 

 

Victor Hugo mort sur son lit :

 Peinture de Désiré François Laugée ( il s’agit ici d’une photo – reproduction)

Huile sur toile, 2,094 x 2,63 m. Conservée au Musée départemental de Dignes-les-Bains.

 Offerte en 1906 à ce musée par la veuve de l’auteur.

 Cette œuvre fut réalisée à partir des esquisses faites dans la chambre mortuaire.

Ce tableau fut présenté au Salon des Artistes Français de 1896.

 

 

 

 Conformément à ses dernies volontés c’est dans le

 « corbillard des pauvres »

 qu’eut lieu la cérémonie.

 Il est d’abord question du Père Lachaise mais le premier juin

il sera finalement conduit au Panthéon,

 la jeune Troisième République profitant de cet évènement

 pour retransformer l’église Sainte-Geneviève en Panthéon.

 

 

 On considère que trois millions de personnes se sont déplacées 

pour lui rendre un dernier hommage.

Il est alors l’écrivain le plus populaire

et est considéré comme l’un des monuments de la littérature française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

10 Réponses

  1. LAIRD

    Good evening. J\’admets à lire seulement le livre après avoir vu le jeu de Les Miserables. L\’année dernière j\’étais au Jersey et ai été rappelé de nouveau la légende qui était Victor Hugo !

    23 mars 2009 à 21:05

  2. Minou

    vraiment très bien fait et documenté.. bravo et en plus très harmonieux.. mais ce n\’est pas pour rien que tu t\’appelles …………. Harmonygros bisous

    14 mars 2009 à 20:48

  3. Harmony

    tony the phenix a écrit :bonsoir nicole comme prevue je repasse donc te voir plus asser present sur les blog mais toujours autand de plaisir a passer cher toi et oui sur les art je sait et jai beaucoup de respet pour tout ce que tu fais que tu entrepend tu fais avec ton coeur ta culture et ta passion a donner et partager fond de toi une femme qui merite un respect que jai et aussi divers quil soit ton blog moi jaime bien les botticelli et audrey hepburn bonne soiree et un gros bisous tony

    12 mars 2009 à 05:52

  4. £éa ♣

    kiKOo mon amie,hé bien,je vais aller me coucher en pensant à la vie si remplit de cegrand homme de littérature,écrivain,poète,intellectuel engagé …une vie amoureuse,mais j\’apprends que cela a du être un drame de survivre à presque tous ses enfants.Sans le savoir j\’ai mis sur mon billet une citation des feuilles d\’automne de V.Hugo ;-)en écrivant que la semaine vs soit propice,j\’ai trouvé cette citation et me voilà entrain de lire la 1er partie de sa vie sur ton beau billet ,j\’aime entre autre la sculpture de Rodin , tu vas trouvéça idiot 🙂 mais c\’est en regardant camille Claudel (avec Adjani que j\’ai adoré) que j\’ai connu un peu plusces oeuvres. BOn jeudi et merci de ton passage encore.GrOs B\’Bi§

    12 mars 2009 à 02:01

  5. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros bisous .illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090311080200424498.gif

    11 mars 2009 à 08:40

  6. illyria

    kikou ma douce bien compris mais ce que je comprend pas c\’est que moi j\’ai installer le module html et que cela va j\’ai ete dans personnaliser ensuite ajouter module et j\’ai mis le html et que cela va mais je n\’en ai mis qu\’un moi de html peut etre pour cela enfin sinon je vois pas comment t\’aider je comprend pas pourquoi avec toi cela va pas ma puce j\’espere que tes amies y arriveront je te souhaite de passer uen belle journee gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090310080618844822.gif

    10 mars 2009 à 08:49

  7. Harmony

    Fabienne H a écrit : Bonjour ma chere NicoleEt merci de ton passage qui m\’a fait grand plaisirJe te fais de gros bisous et te souhaites une douce et agreable journeeFabienneIl y a 3 heures

    9 mars 2009 à 18:28

  8. illyria

    bonjour ma douce harmony je te souhaite de passer uen belle semaine et je viens de penser a une chose pour le module pour ta page d\’acceuile je me demande si c\’est pas limite en poids sa tombe tu dois mettre juste une creation dedans ?? je sais pas sinon comment faire pfff dure dure je te souhaite de passer uen belle semaine gros bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090309083032319713.gif

    9 mars 2009 à 08:43

  9. illyria

    bonjour ma douce harmony tres beau billet je te souhaite de passer une belle journee de la femme gros bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090308110117485942.gif

    8 mars 2009 à 11:18

  10. Oiseau des iles

    Bonjour de TahitiQuel beau billet que voilà. Moi qui aime bien Victor Hugo, je suis ravi. Je te souhaite un bon dimanche.AmitiésJean-Marc

    8 mars 2009 à 04:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s