La critique est aisée mais l'Art est difficile

Victor Hugo, 3ème et dernière partie : son oeuvre picturale

 

 

 

Un aspect moins connu  de Victor Hugo :

peintre, dessinateur 

 

  

   Léopoldine, dessinée par Victor Hugo
 

  

  

Autodidacte

 Hugo n’hésite pas à utiliser les méthodes les plus rustiques ou expérimentales :

il mélange à l’encre le café noir, le charbon, la suie de cheminée,

peignant du bout de l’allumette ou au moyen des barbes d’une plume.

Ses œuvres sont, en général, de petite taille et il s’en sert tantôt pour illustrer ses écrits,

tantôt pour les envoyer à ses amis pour le jour de l’an ou à d’autres occasions.

Cet art, qu’il pratiquera toute sa vie, le divertit.

Au début, ses travaux sont de facture plutôt réaliste; 

mais avec l’exil et la confrontation mystique du poète avec la mer,

ils acquerront une dimension presque fantastique.

Cette facette du talent d’Hugo n’échappera pas à ses contemporains

et lui vaudra les louanges, notamment, de Charles Baudelaire :

« Je n’ai pas trouvé chez les exposants du Salon la magnifique imagination

qui coule dans les dessins de Victor Hugo comme le mystère dans le ciel.

Je parle de ses dessins à l’encre de Chine,

car il est trop évident qu’en poésie, notre poète est le roi des paysagistes».  

 

 

"Souvenirs d’Anvers" 

 

 

s"


Plume, encres brune et noire et lavis, fusain, rehauts de gouache blanche, pochoir, sur papier beige

Ce dessin est sans doute lié au départ de Victor Hugo et son fils Charles :

ils quittèrent Bruxelles le 31 juillet 1852 d’où ils gagnèrent Anvers pour y embarquer pour Londres.

Comme l’écrivit alors Hugo à sa femme Adèle, "une foule immense encombrait le quai",

parmi lesquels se trouvait Alexandre Dumas.

Dans un poème des Contemplations qu’il lui a dédié,

on retrouve l’atmosphère de ce dessin :

 "Et le vaisseau fuyait, et la terre décrut ; L’horizon entre nous monta, tout disparut ;

Une brume couvrit l’onde incommensurable."

 

 

 Le voyage devint bientôt un de ses thèmes de prédilection.

 En effet, au-delà du goût exacerbé du pittoresque propre aux Romantiques,

 le poète percevait dans les paysages une harmonie entre “l’intelligence de l’âme”

et celle de la nature, et tentait de les fixer sur le papier.

 Dessiner est alors une manière d’exprimer cet

“autre paysage intérieur que nous nommons la rêverie”.

Pour ce faire, l’écrivain n’abandonne pas sa plume.

En effet, si certains traits sont soulignés au fusain, 

certaines ombres relevées à l’aquarelle,

 l’essentiel du travail se fait à l’encre, les autres matériaux étant surajoutés.

 Cette technique lui valut d’ailleurs d’être traité de “gribouilleur”.

 

"La tour de l’Hermitage, dans un paysage imaginaire"

 

Dans ses paysages escarpés et torturés, les apports de couleurs

 se limitent à des nuances de brumes, au soulignement d’une pierre ou d’une vague.

 Mais toujours cette palette étroite accentue la spontanéité du trait.

 Car, selon les dires de Victor Hugo, cet exercice demeure un délassement

“entre deux strophes”  qui n’a pas grande importance.

 

1847 "Château dans les arbres", écran insoluble incolore

avec superposition de pigment sec gris, encres brunes, crayon graphite.

540 cm x 407 cm

 

 

 

 

En voyage, le poète prend des notes dans des carnets et des albums de dessins,

  de la rapide esquisse faite sur place à l’épure achevée plus tard,

du croquis à la mine de plomb au lavis aquarellé, tel "Beaufort" ci-dessous

  

 

"Beaufort

 

 

 

 Cependant, en 1850, lors de la crise politique doublée de la tristesse causée

 par la mort de sa fille, Léopoldine, le dessin devint un refuge pour l’artiste.

 Incapable d’écrire, il reporta sa créativité dans le domaine pictural,

 et produisit de nombreuses œuvres, reflets d’une âme angoissée par la finitude humaine.

 

 

 Contrairement à son œuvre écrite,

 les dessins de Victor Hugo ne louent pas la grandeur de l’Homme.

 

 

Si celui-ci est représenté, ce n’est plus dans sa force d’âme et de caractère,

 mais sous une forme chétive, léger bateau ballotté par les flots,

terrassé par une nature qui le submerge et l’écrase.

 Dans sa retraite sur les îles anglo-normandes,

 et davantage du haut de son belvédère de l’île de Guernesey,  

Hugo dispose en matière de nature déchaînée d’un modèle inégalable : l’Océan.

 Et c’est pourquoi, sous sa plume, on peut ressentir un certain vertige,

celui qui sans doute le prit face à cette force incommensurable.

 

 

Si la grandeur humaine s’estompe, la force d’imagination de l’artiste elle, demeure.

 

"Le phare" 

 

 Habile à représenter des ruines, esquisser un château sous une nappe de brume,

 ou suggérer le gouffre noir du ventre de la mer,

Hugo n’en est pas pour autant un peintre réaliste.

De ses œuvres se dégage un effet un souffle de surnaturel.

 Le sujet, qu’il soit sauvage ou architectural, semble doué de vie,

 animé d’une force profonde et insondable.

On retrouve ainsi le même mysticisme présent dans son œuvre littéraire,

 qui su changer l’Océan en force supérieure et les vieux bourgs en monarques.

 

"Pieuvre" avec initiales

 

 

L’ensemble de cette œuvre picturale, qui comprend 3500 dessins créés entre 1830 et 1876,

 couvre donc une faible part de la vie et du travail de l’artiste.

Pourtant, ses dessins suscitèrent l’engouement,

 prenant une ampleur dont Hugo ne voulait pas.

C’est pourquoi il minimisa leur importance,

craignant de voir son œuvre écrite concurrencée.

Cependant, il ne put échapper à la postérité.

Ces “simples délassements” lui échappèrent en effet bien vite, jugés visionnaires,

 puis détournés en revendications de “l’art pour l’art” par les Parnassiens.

 Les Surréalistes eux-mêmes, pourtant hostiles au “classicisme” du poète,

admirèrent ses œuvres picturales, et notamment ce qu’il nommait ses

“silhouettes fantastiques”, proches selon eux des dessins automatiques.

 

 

 Celles-ci consistaient en expériences autour de taches d’encre,

 dans lesquelles Hugo distinguait une architecture complexe et ordonnée.

Homme de Lettres, il voyait déjà les couleurs, savait capter les tempêtes.

 Par ses dessins, c’est donc aussi sa vision du monde qu’esquisse Victor Hugo,

 laissant par la magie du trait se développer son imagination.

 Etats d’âmes, questionnements et fascinations s’y expriment,

peut-être plus lisiblement que dans ses écrits, 

et ouvrent au lecteur une fenêtre sur l’âme  de cet emblématique et singulier auteur.

 

 

 

"Le Burg à la croix" 1850. Crayon graphite, plume et pinceau, encre brune,

écran soluble incolore avec superposition d’encre noire indélébile (crucifix),

écran lépreux avec superposition de pigments secs noirs (burg),

écran soluble noir avec superposition de pigment sec gris

(pont et première tour à gauche),

 crayon lithographique noir, gouache blanc, encre dorée,

 grattoir et espèce de poinçon (72,3 x 125,8 cm)

 

 

"Crépuscule" à Jersey 1853-55

 

 

"Charrette à raccomoder", Vianden 

 

 

  

"Steamer avec machine à l’avant aperçu en 1863, durant le trajet Douvres-Ostende"

tel est ce qu’à écrit l’auteur mais il a finalisé le dessin

sur du papier du Théâtre de la Gaité, en 1871 : 

plume, pinceau, encres violette et brune.

 

 

"Le gai château" 1897 plume, encre noire, encre brune, pinceau,

écran soluble incolore avec superposition de pigment sec, grattoir

et espèce d’aiguille, 158 cm x 22,2 cm

 

       

 En effet, au-delà du goût exacerbé du pittoresque propre aux Romantiques,

 le poète percevait dans les paysages une harmonie entre

l’intelligence de l’âme et celle de la nature, et tentait de les fixer sur le papier.

 Dessiner est alors une manière d’exprimer cet

“autre paysage intérieur que nous nommons la rêverie”.

Pour ce faire, l’écrivain n’abandonne pas sa plume.

En effet, si certains traits sont soulignés au fusain,

 certaines ombres relevées à l’aquarelle,

 l’essentiel du travail se fait à l’encre, les autres matériaux étant surajoutés.

 Cette technique lui valut d’ailleurs d’être traité de “gribouilleur”.

Dans ses paysages escarpés et torturés,

les apports de couleurs se limitent à des nuances de brumes,

au soulignement d’une pierre ou d’une vague.

 Mais toujours cette palette étroite accentue la spontanéité du trait.

 Car, selon les dires de Victor Hugo, cet exercice demeure un délassement

“entre deux strophes” qui n’a pas grande importance.

"Portique", plume, encres brune et noire et lavis, crayon de graphite,

 grattages, zones frottées, sur papier à grain, Maison de V.Hugo à Paris

 Cependant, en 1850, lors de la crise politique

 doublée de la tristesse causée par la mort de sa fille,

le dessin devint un refuge pour l’artiste.

 Incapable d’écrire, il reporta sa créativité dans le domaine pictural,

 et produisit de nombreuses œuvres,

reflets d’une âme angoissée par la finitude humaine.

   

  

 

Ma Destinée, 1867, 17,4 x 25,9 cm, Paris, Maison de Victor Hugo,

 plume et lavis d’encre brune, gouache, sur papier vélin.

Contrairement à la plupart des marines,

celle-ci ne présente pas un navire luttant contre le courant, mais porté par la vague ;

 elle est comme l’équivalent graphique des propos de Victor Hugo dans son discours

 Aux marins de la Manche :

"en proie aux événements comme vous aux vents,

je constate leur démence apparente et leur logique profonde ;

je sens que la tempête est une volonté, et que ma conscience en est une autre,

et qu’au fond elles sont d’accord ; et je persiste, et je résiste,

 et je fais mon devoir, pas plus ému de la haine que vous de l’écume."

         

 

 

, la foule loue et blâme ;

"La souris" 1840, crayon graphite, encre brune, plume et pinceau, 27,5 cm 22 cm

Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour.
La contemplation m’emplit le coeur d’amour.
"L’Exil"

 

 

 

 

   

 

   

"Malines" 1837, crayon graphite

                

 

      

"La tour des rats" 1847 

 

Sources textes variées, dont la principale provient de :  P. Vallée

recherche des oeuvres : Harmony  
 

 http://www.poesiehalique.com/categorie-10297986.html 

Je ne puis que vous inviter à feuilleter

 les deux premiers volets de ce mini cycle :

V. Hugo, sa vie son oeuvre

V. Hugo dans l’intimité de ses maisons

ainsi que l’album de photos sur les femmes de sa vie.

 

 

 

   

Peinture réalisée à l’occasion du bicentenaire de sa naissance 

 

 

 

 

 

 

 
Publicités

12 Réponses

  1. brigitte

    vraiment superbe et intéressant !!!!!!!!quel beau voyage !!!!!!!!!!merci Nicole !!!!vraiment bravo!!!!!!!gros bisous !!!!!!

    5 février 2012 à 16:16

  2. Patrick

    un etre d\’exception magnifique amicalement patrick

    21 mars 2009 à 09:41

  3. catherine

    Vraiment agnifique, je connaissais un peu les dessins de Victor Hugo, mais pas assi bien que toi. Je te présente le blog que je crée pour mon chéri, sculpteur sur bois. Tu peux y jeter un oeil critique et booster comme je le ferai pour toi. Voici l\’adresse : http://lartduboissculpte.over-blog.com; je suis en évolution, je débute en la matière, mais j\’aurais bien aimé faire une bannière en haut avec le logo de l\’entreprise. Si tu as des conseils de technicienne et d\’artiste, j\’apprécierai…Cela me change de l\’hosto où c\’est la révolution et où tout part à vau l\’eau, alors je préfère la poésie et la beauté ( je fais quelques HaÎkus)

    19 mars 2009 à 21:39

  4. -stOrm. ★░░ஐ─╬╬╬─░░ †

    bonjour harmony , effectivement un grand homme , un visionnaire je dirais … je suis en plein travaux actuelement , cuisine , salle de bain , uffffffffffffffff bonne semaine a+ bises

    19 mars 2009 à 10:19

  5. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros bisous illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090319071822802220.gif

    19 mars 2009 à 07:33

  6. Harmony

    christophe a écrit :voici mon +5 d\’aujourd\’huije te souhaite une bonne soireehttp://chris2009.boosterblog.com

    18 mars 2009 à 23:25

  7. Allison

    Bonjour Harmony, merci pour ce beau billet sur Victor Hugo, tu mets beaucoup de temps à faire ces belles choses, c\’est super.Le cancer emporte trop de gens que nous aimons, c\’est triste.Bonne fin de journée,Lina-Lise

    18 mars 2009 à 17:13

  8. fAb'Créa

    Kikou ma douce HarmonyTu as fait un magnifique travail sur ce grand Homme qu\’était Victor Hugo.Vraiment un grand merci de partager tout ça.Je voulais aussi souligner le bel hommage à Bashung, on a tous dans nosmémoires ces chansons, j\’ai été aussi très peinée de le voir si affaibli auxvictoires de la musique.Bonne fin de journée, portes toi bienGros bisousssssssssssssssssssssss fAb

    18 mars 2009 à 17:08

  9. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090318080739679075.gif

    18 mars 2009 à 08:12

  10. Chrysalis'

    Que de force et de tourments dans ces dessins…. J\’aime beaucoup. Les couleurs aussi, ces tonalités rompues associées à l\’encre…. MERCI. 😉

    17 mars 2009 à 20:24

  11. illyria

    bonjour harmony tres bel hommage a alian bashung oui il est partit bien trop tot encore un grand talent qui a rejoins ses mais paertis avant lui je te souhaite d epasser une belle journee gros kisss illyria http://www.casimages.com/img.php?i=090317080122269362.gif

    17 mars 2009 à 08:14

  12. Minou

    je l\’ai vue, Léopoldine, il me semble que c\’était à Orsay mais je creuserai……… je connaissais certains dessins de V. Hugo mais n\’imaginait pas l\’étendue de son oeuvre… magistral trait de plume… Décidemment un homme de grand talent……… devant tout cela on ne peut qu\’être en admiration…….je suis bien d\’accord avec toi et l\’écriture est un art et comment oublier "les misérables" ou "l\’art d\’être grand-père".. et combien d\’autres… inoubliables et inoubliés j\’espère !!très grand bravo à toi… j\’ai lu passionnément ce condensé de sa vie……….. on en redemande !bisous à toi …. Minou

    16 mars 2009 à 14:24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s