La critique est aisée mais l'Art est difficile

Oum Kalsoum : la Callas orientale

   أم كلثوم – Om Kalsoum    

 

 
  
           
        
 
 
     

  

Son année de naissance reste incertaine : 1898, 1902 ou 1908

cependant les registres de la province d’Ad Daqahliyah

indiquent la date du 4 mai1904, pour sa naissance,

 décédée le 3 février 1975 au Caire.  

Plus de 30 après sa mort elle est toujours surnommée :

  l’« Astre d’Orient »

    Sa voix puissante et claire aurait fait dire à  Maria Callas,

qu’Oum Kalsoum avait une voix incomparable

 Le général de Gaulle l’appelait « La Dame ».

En Egypte et au Moyen-Orient, elle est considérée comme

 la plus grande chanteuse et musicienne, comme « la quatrième pyramide »

Aujourd’hui encore, elle jouit d’un statut presque mythique  parmi les jeunes.

Elle est également très populaire en Israël parmi les juifs et les arabes

et ses disques se vendent encore à environ un million d’exemplaires par an. »  

Jeunesse

Si l’on ne connait pas avec précision sa date de naissance,

cela vient du fait qu’ il n’était pas rare, à cette époque ,

et surtout dans les régions rurales,

d’enregistrer les enfants plusieurs mois ou années après leur naissance.

Oum Kalsoun est issue d’une famille pauvre de trois enfants.

Sa soeur est de dix ans plus agée et son frère de un an.

 Sa mère est femme au foyer et son père, est imam.

 Afin d’augmenter les revenus de la famille,

il chante régulièrement des chants religieux lors de mariages

 ou de divers cérémonies dans son village et aux alentours.

La famille vit dans une petite ville  dans le delta du Nil.

C’est en écoutant son père enseigner le chant à son frère aîné

qu’Oum Kalson appris à chanter.

 Elle apprenait certaines chansons par cœur

et lorsque son père se rendit compte

 de ce qu’elle savait ainsi que de la puissance de sa voix,

 il lui demanda de se joindre aux leçons.

Très jeune, la petite fille montre des talents de chanteuse exceptionnels,

au point qu’à 10 ans son père la fait entrer

 (déguisée en garçon) dans la petite troupe qu’il dirige.

 A 16 ans, elle est remarquée par un chanteur alors très célèbre,

et par un joueur de luth, tous deux l’invitant à les accompagner au Caire.

Elle attendra d’avoir atteint l’âge de 16 ans pour répondre à l’invitation,

et pour se produire (toujours habillée en garçon) dans de petits théâtres,

fuyant soigneusement toute mondanit.  

Succès, films et patriotisme

Très vite, deux rencontres déterminent sa vie.

Celle de Ahmed Rami tout d’abord, un poète qui lui écrira 137 chansons

 et l’initiera à la littérature française,

 Mohamed El Qasabji, ensuite ( virtuose du luth), 

 lui ouvre le Palais du théâtre arabe,

l’occasion pour Oum Kalthoum de premiers grands succès.

En 1932, sa notoriété est telle qu’elle entame sa première tournée orientale :

Damas, Bagdad, Beyrouth, Tripoli, etc.

 Cette célébrité lui permet également, en 1948,

de rencontrer Gamal Abdel Nasser,

qui ne cache rien de son admiration et qui officialise

en quelque sorte l’amour de l’Egypte pour la chanteuse,

amour réciproque puisque Oum Kalsoum donnera

 de nombreuses preuves de son patriotisme.

Parallèlement à sa carrière de chanteuse, elle s’essaie au cinéma,

 mais délaisse assez vite le septième art,

 le face-à-face avec le public lui faisant cruellement dé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie privée

En 1953, elle épouse un homme qu’elle respecte et admire,

son médecin depuis de nombreuses années. 

Ses concerts et sa voix

 

L’artiste n’a chanté qu’une seule fois en dehors du monde arabe :

 c’était à Paris, à l’Olympia, en 1967.  

en 1967 dans les jardins du Luxembourg à Paris 

et le président Charles de Gaulle lui envoie un télégramme de félicitations.

Oum Kalsoum chante la religion, l’amour et la nation égyptienne.

Amie du président Nasser, elle constitue avec lui,

 l’un des symboles les plus forts de l’unité nationale égyptienne.

Peu après la guerre de 1967 avec Israël,

 elle donne une série de concerts nationaux et internationaux,

dont elle reverse les bénéfices au gouvernement égyptien.

 

 

La diva reste également dans les cœurs comme la  « Cantatrice du peuple »,

 s’investissant dans des œuvres de charité et distribuant son argent aux pauvres.

L’une de ses biographies note qu’elle aurait aidé

plus de deux cents familles de paysans au cours de sa vie.

Revendiquant ses origines paysannes, 

 la chanteuse a toujours vécu sans ostentation,

souhaitant rester proche de la vie de ses compatriotes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est difficile de mesurer correctement l’étendue de sa voix

car nombre de ses chansons ont été enregistrées en direct

 et elle prenait soin de ne pas forcer sa voix

à cause de la durée de ses performances.

Oum Kalsoum a acquis sa technique de chants durant son enfance  

lorsqu’elle récitait des versets du Coran,

 ce qui lui a permis de développer sa voix car ces récitations

 requièrent une sensibilité musicale de l’oreille

 et des techniques proches des méthodes utilisées

 pour entraîner les chanteurs d’opéra ou de chœurs.  

Difficile pour un occidental d’imaginer la ferveur

 que provoquait chaque apparition publique d’Oum Kalsoum

et decomprendre de quelle manière elle pouvait provoquer

 chez son auditoire le tarab, ce plaisir se rapprochant de l’extase. 

Chanteuse avant tout, rien ne la comblait plus

que d’être au contact de son public. 

 

douée d’un timbre très riche et d’une diction parfaite,

elle chantait aussi bien en arabe classique qu’en dialectal. 

En 1967, le Figaro avait écrit d’elle :

«La Callas, plus Edith Piaf, plus Mahalia Jackson

et l’on aurait à peine une petite idée de ce que représente Oum Kalsoum.»   

Décès 

 

Depuis 1967, Oum Kalsoum souffre de néphrite aiguë.

En Janvier 1973, elle donne son dernier concert

et les examens qu’elle pratiqua montrèrent qu’elle est inopérable.

 Aux États-Unis, où son mari la conduit,

 elle bénéficie un temps des avancées pharmaceutiques mais en 1975,

 rentrée au pays, une crise très importante la contraint à l’hospitalisation.

La population de son petit village natal  psalmodie toute la journée le Coran.

Oum Kalsoum meurt d’une crise cardiaque à l’hôpital.

Ses funérailles  

Le corps devait initialement être porté jusqu’à un véhicule

 qui l’aurait amené à sa dernière demeure

 mais face à l’afflux de personnes venues pleurer la chanteuse,

et contrairement à la tradition musulmane,

 les autorités ont repoussé les obsèques de deux jours.

 Ses funérailles ont déclenché des scènes de détresses collectives

 et la foule venue saluer le corps a dépassé le nombre attendu.

 Des stars du cinéma, des poètes, des hommes d’affaires, des ambassadeurs,

des ministres ainsi que de nombreux anonymes

 ont formé un cortège de plus d’1,5 km

 (pour environ trois millions de personnes).

 Les Caïrotes se sont emparés du cercueil et l’ont promené pendant trois heures

dans les rues avant de l’amener à la mosquée al-Sayyid Husayn,

une des favorites d’Oum Kalsoum.

  Elle a été enterrée auprès de ses parents et de son frère.

En 2001, le gouvernement égyptien a inauguré

le musée Kawkab al-Sharq en mémoire de la chanteuse.

Le musée abrite une série d’effets personnels ayant appartenu à Oum Kalsoum,

 

 

dont ses célèbres lunettes de soleil et écharpes mais également des photos.

 


 Un collier adjugé prés d’un million d’euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 lors d’une vente aux enchères à Dubaï..

Le précieux bijou lui avait été offert par feu

 le président des Emirats arabes unis.  

Une vraie force de la nature, ce petit bout de femme !

Oum Kalsoum, quasi immobile sur scène des heures durant,

 bras ouvert et mouchoir blanc dans la main droite,

 tout entière d’énergie contenue,

 le visage transfiguré et la voix puissante qui déclame le chant ,

c’est l’image qui reste en mémoire. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Advertisements

11 Réponses

  1. ALINE

    JE SUIS HEUREUSE C ETRE TOMBEE SUR CE MAGNIFIQUE BILLEToui elle fut et restera la première chanteuse egyptienne , une voie sans égale et que dire des paroles de ses chansons une grande damme qui eu droit à des funérailles nationnale merci pour ce partage bravo bonne soirée amicalement aline

    14 septembre 2009 à 17:45

  2. Cathy

    Ma gentille et formidable amie Nicole, cette histoire de cette Callas orientale, ça devait être une chanteuse qui chantait et qui avait sûrement une jolie voix, j\’aime beaucoup ce billet qui me plaît beaucoup, je mexcuse et je te demande de ne pas m\’en vouloir, j\’ai pris une photo de toi sans te le demander, je suis impardonnable, bisous et bonne soirée à mon amie sympa , Nicole, ton amie fidèle , Catherine.

    14 septembre 2009 à 16:57

  3. fAb'Créa

    Très peu de temps pour la blogosphère en ce momentmais je tenais à passer te souhaiter de merveilleusesvacances.Plein de gros bisousssssssssssssssA bientot fAb

    11 septembre 2009 à 11:35

  4. Cricri

    Bonjour ma tite NicoleEncore un superbe billet comme d\’habitude donc un +5oui, c\’était une superbe chanteuse et je pense encore d\’actualité quand mêmeJ\’espère que tu vas bien? Moi ca peut allerJe te souhaite un très bon week-end et te fais de très gros bisous mon amieAmicalement

    11 septembre 2009 à 10:31

  5. illyria

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee et un bon week end gros kisss illyria http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=783202illyweek_end.jpg

    11 septembre 2009 à 08:01

  6. Claude

    Belle découverte pour moi de tout ce beau monde .

    9 septembre 2009 à 22:13

  7. sylvie

    bonjour harmony merci de votre soutien c \’est sur la joie nais pas la du tout c dure mes amitié ange mimi

    8 septembre 2009 à 10:54

  8. Fripouille

    coucou je ne connaisser pas du tout j espere que tu va bien passe une bonne journee bisouss

    7 septembre 2009 à 08:46

  9. Minou

    j\’aurai grand plaisir à lire ce billet dès que je le pourrai car pour l\’instant plus prosaïquement direction la douche…. désolée tes billets méritent plus que qq secondes……… donc je reviendrai et prendrai le temps.gros bisous à toi

    7 septembre 2009 à 06:54

  10. Ghislaine

    tu me la faite découvrir, je ne la connaissais pas du tout………..joli billet sur cette diva !!bonne nuit Nicole

    6 septembre 2009 à 23:31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s