La critique est aisée mais l'Art est difficile

La dentelle du Puy en Velay : tout un Art (avec visite virtuelle)

   

 

             

 

 

 

 

 

  

et chez Harmony   

 

 
 
 
 
Louise Marguerite de Conti (1588-1631) 
 
époustouflant travail de dentelle

  

 

 

La dentelle du Puy en Velay 

 

 

Le carreau

 

Il s’agit du métier sur lequel se pratique l’ouvrage, sorte de coussin carré
 
 à l’intérieur duquel se trouve un cylindre garni de tissus
 
 qui est fixé sur un axe et des montants latéraux.
 
Une autre pièce de plan incliné, où s’étalent les fuseaux,
 
 relie les supports du cylindre.

 

 
 
 

Dans le passé, les dentellières "faisaient couvige"

 dans les villages de Haute-Loire.

Elles s’installaient à la belle saison près d’une grange, et l’hiver,

dans la maison de l’une d’elles.

 

 

Souvent, le carreau était fabriqué à la ferme et chaque dentellière

 le personnalisait avec des images comme celles de la Vierge, des Saints…

 

 

Le fuseau

 

 
 

   est un petit instrument en bois tourné de 8 à 10 cm de long, 

 de forme allongée. Il est constitué de 3 parties :

 
la tête ou gland :  partie qui retient la boucle d’arrêt du fil.
 
le fût ou bobine : partie centrale autour de laquelle on embobine le fil.
 
le manche : partie qui permet le maniement du fuseau.
 
 
 
 
 
 
 

 

 
Les épingles
  
 

Elles sont utilisées pour maintenir le fil en lui faisant suivre le dessin

piqué sur le carton ainsi que les croisements des fils.

 Autrefois, elles étaient en cuivre ou laiton car ces matières ne rouillant pas,

elles ne tâchaient pas la dentelle. 

De nos jours elles sont en acier inoxydable avec une tête à verre multicolore.

 

 

Le carton

 

 

 

C’est le patron.

Le modèle à exécuter est un dessin porté sur un carton de couleur brique,

 percé de petits trous destinés à recevoir l’épingle.

 

Pour réaliser un carton il faut faire appel à différents métiers :

Le dessinateur est un artiste qui conçoit un modèle selon son inspiration,
 
 la mode ou la demande d’un fabricant.
 
Ensuite vient le travail du metteur en carte qui est un technicien
 
 dont la tâche est de rendre en dentelle le travail du dessinateur.
 
Il transpose le dessin sur un calque où il détermine l’emplacement des épingles,
 
 le passage des fuseaux et leur nombre.
 
Il peut décomposer le dessin en 2 ou 3 planches.
 
Puis c’est au piqueur d’intervenir,
 
il place ce calque sur les cartons qui seront percés
 
aux emplacements des épingles.
 
Enfin, le carton arrive à la crayonneuse qui trace à l’encre les signes,
 
dessins et couleurs conventionnels suivant les instructions du metteur en carte.

  

  

 

La dentelle constituait un appoint  "pécuniaire" non négligeable,

c’était une occupation à domicile, les dentellières travaillaient à "façon",

 les fils et le modèle étaient fournis par le grossiste,

 le calque était rendu après usage.

 Chaque famille de la région possédait un, voire deux  "carreaux".

En 1776, du fait de ses exportations, la dentelle occupait 80000 personnes.

Le Puy en Velay comptait 173 marchands,

dont dix environ exportaient à l’extérieur de l’hexagone.

Actuellement cette industrie, qui s’est modernisée connaît un certain essor 

 notamment grâce aux commandes de pays étrangers.  

 

 
 
matériel ancien
 
 
Les autres objets utilisés par la dentellière
 
– une petite chaise basse à haut dossier :
 
elle est souvent l’oeuvre du mari de la dentellière
 
– un tabouret pour reposer ses pieds :
 
 petit banc en bois rustique remplacé l’hiver par une chaufferette.
 
– un guéridon à 3 pieds :
 
 sur lequel était posé la boule de verre remplie d’eau qui diffusait
 
et amplifiait la lumière de la lampe à huile sur le carreau.
 
– une boîte à fuseaux : en bois souvent sculptée au couteau
 
– une petite corbeille : ronde pour contenir fils et ciseaux
 
– une demi-aune : règle pour mesurer le travail en dentelle
 
– un plioir à dentelle en bois :  autour duquel on met la dentelle
 
pour qu’elle ne se froisse pas. 
 
 
 

 

La technique
 

 

La dentelle naît de l’entrelacement et des croisements des fuseaux.

Quatre fuseaux sont nécessaires pour effectuer l’élémentaire corde.

 Il faut une quarantaine de fuseaux et une cinquantaine d’épingles

pour effectuer les modèles les plus courants.

 Différents points ou motifs exécutés par une dentellière :

la corde ou torsion, la corde, le mat ou toilé, la grille, le point d’esprit.

 

tambour
 

 

Pour une visite virtuelle
 
 

  

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 Réponses

  1. DANY

    magique ce travailj aime beaucoupmerci a toi de nous faire découvrir ce beau métierje ne connais pas le Puy en Velaybisousdany

    20 juillet 2010 à 20:05

  2. Minou

    et bien moi ça me laisse toujours d\’une grande admiration …. ce travail de dentellière si fin… décidemment ces femmes savaient tout faire… je suis allée au Puy en Velay… petite ville charmante et je suis entrée dans des boutiques de dentellessuperbes dentelles ………… c\’est magnifique

    20 juillet 2010 à 13:42

  3. IlLyRiA L'AnGeLuS

    bonjour ma douce je te souhaite de passer une belle journee gros kissshttp://www.casimages.com/img.php?i=100717103650377884.gif

    17 juillet 2010 à 10:43

  4. Cricri

    Kikou NicoleSuperbeeeeeeeeeeeeeeeeeeeDéjà bon week-end et gros bisous mon amie

    15 juillet 2010 à 19:58

  5. Harmony

    Coucou Nicole,Je passe pour te souhaiter un super de beau weekendTon espace est toujours aussi belle..tu est une amie tres devouerCoco

    15 juillet 2010 à 14:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s