La critique est aisée mais l'Art est difficile

Foujita des années folles à la révélation religieuse avec une vidéo exceptionnelle

 

 

 

 

et 

  

 

        

 

Tsugouharu Foujita ou Tsuguharu Fujita

藤田 嗣治, Fujita Tsuguharu

qui signifient 

 "héritier de la paix"

et

"champ cultivé de glycines"

  

 

 

Tokyo 27 novembre 1886 – Zurich 29 janvier 1968

 

Le mot d’Harmony

"Foujita, avec ses lunettes rondes, sa longue frange noire et lisse,

sa petite moustache, ses boucles d’oreilles et ses vêtements extravagants,

la plupart créés par lui-même avait un vrai LOOK."

Exposition "Foujita Monumental",

un beau succès au Musée des Beaux-Arts sur le site culturebox.france3.fr

Cliquez ici pour découvrir cette vidéo

   

 

 

Peintre et graveur, Foujita est le fils d’un général de l ’armée impériale du Japon.

il arrive en France en 1913, après des études aux Beaux-Arts de Tokyo

et un brillant début de carrière, préférant rejoindre à Paris

la troupe des artistes émigrés de l’Ecole de Paris.

 Il rencontre très vite Ortiz de Zarate qui lui présente

Picasso, Apollinaire, Derain et tous les autres.

Les cinq premières années sont des années de souffrance.

 La première épreuve étant de se trouver lui même comme artiste,

 alors qu’il découvre sans préparation le Fauvisme,

le Cubisme et les premières tentatives abstraites.

 La seconde, celle de survivre à la misère de la guerre

 alors qu’il ne reçoit pas de  pension de sa famille.

 En 1917, Chéron, le marchand de Soutine et de Modigliani,

lui organise une première exposition personnelle très visitée,

notamment par Picasso qui y demeure trois heures.

 

 

En 1917 au café La Rotonde, il a un coup de foudre pour une jeune actrice,

Fernande Barrey (qui avait quitté sa Picardie  pour Paris,

où elle commença à gagner sa vie comme prostituée.)

Ils se marièrent treize jours plus tard.

 Foujita, après son exposition de 1918, connait une grande renommée

en tant que peintre de belles femmes et de chats, avec une technique très originale.

A cette époque,

il est l’un des quelques artistes de Montparnasse qui gagnent beaucoup d’argent.  

 

 

1918 "Garçon"

Foujita peint un premier paysage de la place du Tertre, sous la pluie, en 1918,

son style est alors monochrome, sévère et proche du Douanier Rousseau.

A Montmartre, il rejoint le soir dans les bistrots, bals et cabarets,

ses amis Modigliani, Utrillo, Suzanne Valadon, Max Jacob…

Foujita lors d’une soirée déguisée (il fait la fête mais ne boit pas)

 

Fêtes déguisées, vernissages, balades à Deauville ou au bois de Boulogne,

il est partout où il sait qu’il "faut être".

En quatre ans, Foujité est l’un des artistes les plus célèbres de la capitale,

 une personnalité incontournable de Montparnasse.

il connaît gloire et honneurs autant par le style de sa peinture,

que par son sens de la fête et de l’amitié. 

Foujita projette d’installer dans son premier atelier

 une baignoire avec l’eau chaude au robinet dès qu’il aura assez d’argent.

Beaucoup de modèles y viennent pour apprécier ce luxe.

 Parmi eux, Man Ray et Kiki de Montparnasse, qui pose nue dans la cour.  

Il fait sensation à Paris au salon d’automne en 1922,

se vendant pour plus de 8 000 francs.

 

 Sa femme Youki raconte dans ses mémoires comment il s’amusait à faire vendre,

 en un temps record, tous les œufs de la crémière de la rue Lepic

en dessinant son visage sur chacun et en signant chaque petit autoportrait.

Il est avec Pascin, Kisling et van Dongen au centre de la fête des Années Folles

 qui secoue Paris entre 1918 et 1930.

 Au printemps 1939, revenant à Paris après neuf années passées en Amérique latine,

en Chine et au Japon, ils s’installent à Montmartre.

 Depuis sa baie vitrée, il découvre le Sacré-Cœur qu’il peint de nombreuses fois. 

Devant la menace allemande, le 23 mai 1940,

 il doit fuir Paris et s’embarquer pour le Japon.

 

1949 " Au café"

 Ses meubles et ses tableaux sont conservés

par ses amis montmartrois jusqu’à son retour .

Il s’installe alors à Montparnasse où il reprend après dix ans sa carrière .

 

Autoportrait 1952

 

  Léonard (François René)

 

Naturalisé français en 1955, il se convertit au catholicisme le 14 octobre 1959

 après une illumination mystique qu’il a ressentie dans la basilique Saint-Remi à Reims. 

Son choix de prénom aurait été une marque de respect vis-à-vis de Léonard de Vinci  

 Avec cette conversion, s’ouvre une nouvelle période dans la vie de Léonard Foujita :

il délaisse ses thèmes favoris (portraits de femmes, de fillettes, autoportraits, chats)

 pour des thèmes religieux et consacre les dernières années de sa vie

à la création d’une chapelle à Reims : Notre Dame de la Paix.

 C’est dans l’atelier, au dernier étage de la petite maison de Villiers-le-Bâcle,

que Foujita conçoit cette dernière grande œuvre.

 En 1964, il décide avec René Lalou

 (son parrain, qui dirigeait la maison de champagne Mumm)

de construire une chapelle romane à Reims :

 

la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix ou chapelle Foujita

(commencée en 1965, terminée en 1966).

Son dernier travail majeur est la décoration de cette chapelle.

Léonard Foujita meurt d’un cancer, en Suisse.

Après avoir été inhumé à Reims, puis exhumé pour Villiers-le-Bâcle (Essonne),

 ses cendres reposent à nouveau dans la chapelle Foujita à Reims,

auprès du corps de sa dernière épouse.

 

Sources texte : Sylvie Buisson, auteur de l’ouvrage “Vie et œuvre de Foujita”

 

et le Conseil général de l’Essonne :

en 1991, Kimyo Foujita lui a fait don du dernier atelier de son époux.

Le Département a exaucé le voeu de l’artiste en permettant la conservation

et l’ouverture au public de ce lieu de mémoire unique en Ile-de-France.

 

 

  et si elle vous a satisfait, laissez une trace de votre passage sur mon livre d’or 

  

 

   

Je n’attends pas que des compliments, bien qu’ils soient notre récompense,

les critiques justifiées sont toujours constructives.

 

 

 

 

 

 
 
Publicités

7 Réponses

  1. Cricri

    Kikou ma tite NicoleJe viens te souhaiter un très bon dimanche et te mettre un +5Pas de tes nouvelles dans mon space, sniffGros bisous mon amie

    14 novembre 2010 à 13:07

  2. £éa ♣

    hihii mille excuses pour "Fougita" au passage j\’aime le tableau " au café"Smouikkkkkkkkk @

    7 novembre 2010 à 21:21

  3. £éa ♣

    moi toujours des examens,des rdv avec spécialistes et sûrement que j\’irais à BDX (tripode) voir un médecin car ici il y en a pas dans cette spécialité(maxilo-faciale)mon séjour en hospi m\’a fait du bien mais pas de guérison en vue pour l\’instant..pffff..sinon ton billet super et j\’ai adoré regarder la vidéo ,Fougité a fait de belles oeuvres..encore une fois ma culture s\’agrandit grâce à toi ;-)Gros gros BibiZzzzzz (k)

    7 novembre 2010 à 21:18

  4. £éa ♣

    KiKOo ma Nicky,je suis désolée je ne voulais pas t\’inquiéter je t\’ai envoyé des mails je sais avec des créas mais j\’ai du oubliersurtout en ce moment mauvaise période de te rép..je viens de créer un blog sur Eklablog je t\’envoie l\’adresseet je ne parlais pas de toi pour les caspers qui se sont volatisés 🙂 je sais que tu es toujours là même si des fois on ne peut pas se donner de news ou ça va pas..j\’espère que pour toi ça va..?..

    7 novembre 2010 à 21:18

  5. Cricri

    Bonsoir ma tite NicoleSuperbe encore une fois ton billet et encore +5 car tu alimentes aussi avec de très belle imagesOui, moi je suis sur WP mais je le regrette énormément, tu as bien raison d\’attendre encore car c\’est vraiment compliqué tu sais….Je te souhaite déjà une très bonne semaine et te fais de gros bisous mon amie

    7 novembre 2010 à 17:51

  6. Harmony

    Kikou et merci, oui affronter est bien le terme,plusieurs amis ont changé de serveur. J\’espère pouvoir faire une dernière fois de belles fêtes de fin d\’année sur un space que je connais bien, après on verra. BisouxxxPS: tu as du lire mes coms à différents endroits car même là sur word je suis paumée et parfois j\’abandonne car si tout n\’a pas été bien rempli, oupssssssssss ton com n\’est pas enregistré. Bon dimanche

    7 novembre 2010 à 07:57

  7. Minou

    coucoutoujours aussi beaux tes billets… tu n\’as pas encore décidé.. mais il tes reste encore du temps ma belle… du temps pour te remettreet affronter ce wp.. qui n\’est pas simple il faut le diregros bisous

    6 novembre 2010 à 20:35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s