La critique est aisée mais l'Art est difficile

70e anniversaire de la « libération » d’Auschwitz

ATTENTION LES VIDEOS SONT…

(personnellement j’ai stoppé à la première image)

J’ai fait le choix de ne pas montrer sur cet article de cadavres,

ni même de corps squelettiques

1389.4 Holocaust A

Cheveux de détenues prêts à partir pour l’Allemagne

TRAIN DE LA MORT

http://player.ina.fr/player/embed/AFE86003106/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1/148db8

 Valises ayant appartenu à des gens déportés au camp d’Auschwitz

Valises ayant appartenues à des déportés

http://education.francetv.fr/videos/27-janvier-1945-nbsp-liberation-d-auschwitz-par-l-armee-rouge-v114214

http://www.itele.fr/monde/video/auschwitz-un-soldat-polonais-raconte-109063

auschwitz_entree

La libération des camps a pris 4 mois (janvier 1945 – mai 1945).

Mais pour beaucoup de détenus,

cette période fut la plus difficile de leur déportation.

En effet, devant l’avancée des armées alliés,

les nazis ordonnèrent l’évacuation des camps,

lançant sur les routes des milliers d’hommes et femmes affamés et affaiblis.

Ce sont les fameuses « marches de la mort »

pendant lesquelles de nombreux déportés périrent d’épuisement

ou exécutés par les S.S car ils ne pouvaient plus avancer.

Peu nombreux sont les survivants à pouvoir témoigner de cet épisode.

Il y a dix ans, environ 1500 d’entre eux, venus du monde entier,

avaient pu assister aux cérémonies de commémoration,

dans le sud de la Pologne.

Cette année, ils ne seront plus que 300.

Le quotidien américain Washington Post

a rencontré quatre de ces personnes

âgées d’entre dix et dix-neuf ans au moment de leur libération.

Marta Wise, 80 ans, vit aujourd’hui à Jérusalem.

german-nazi-doctor-and-war-criminal-josef-mengele-pic-getty-images-922303106

Elle se souvient des traits du «médecin» nazi Josef Mengele,

auteur d’atroces expérimentations sur les prisonniers du camp :

« Quand il souriait vous saviez qu’il y avait un danger,

parce que c’est quand il souriait qu’il était le plus sadique ».

« Les trois jours des marches de la mort étaient les pires ».

Quant à l’Allemand Hermann Höllenreiner,

81 ans, il reste marqué par événement intervenu

quelques heures seulement après son arrivée dans le camp.

L’un des prisonniers se voit séparé du chien

qu’il avait réussi à emmener dans le train.

« Le garde a simplement pointé son revolver

sur ce petit chien innocent et l’a tué »,

raconte-t-il. « C’est là que j’ai su que nous avions affaire à des animaux ».

Pour l’Américaine d’origine hongroise Anna Ornstein, 87 ans,

l’Holocauste n’était

« que le début d’un siècle de génocides : Arméniens, Cambodge, …

Durant leur avancée sur le territoire ennemi,

les soldats alliés découvrent en délivrant les camps

au fur et à mesure l’ampleur du génocide.

Une arrivée

auschwitz_arrivee

birkenau

photo prise lors de la libération

La libération de Buchenwald

Le premier camp de concentration libéré fut celui de Lublin-Majdanek

par l’armée soviétiquele 24 juillet 1944.

Ils y trouvèrent des installations pratiquement intactes

(chambres à gaz et fours crématoires).

Les soviétiques ne se sont pas tout de suite rendu compte

de ce qui s’était passé parce que les SS

avaient vidé le campe parce que les camps

semblaient être des camps de prisonniers de guerre.

Le 26 novembre 1944, le Reichsführer Himmler,

sentant la libération proche,

décide la destruction des chambres à gaz et des crématoires,

espérant cacher les exterminations massives aux vainqueurs.

Ainsi, le 20 janvier 1945,

les Allemands dynamitent le dernier four crématoire.

Avant de quitter le camp, les nazis brûlent les archives du camp,

espérant dissimuler l’ampleur du massacre.

L’évacuation du camp commence le 17 janvier 1945.

Seuls les malades restent sur place.

Les valides, quant à eux, sont évacués vers d’autres camps comme

Buchenwald ou Mauthausen.

Découverts par les Alliés, les camps furent libérés

au fur et à mesure de leur avancée.

01-95-023-02-27

Le premier grand camp « libéré » fut Auschwitz,

découvert par l’Armée Rouge le 27 janvier 1945.

auschwitzsous neige

En fait le terme »libération » est impropre,

des avant-gardes de l’Armée rouge

le découvrir par hasard, alors qu’ils ne le cherchaient pas.

auschwitz

Elle retrouve 7650 personnes sur 200000 avant l’évacuation.

En arrivant à Auschwitz-Birkenau,

les soldats soviétiques découvrent avec stupéfaction l’état des survivants.

Ils ne s’attendaient pas a cela.

Ils organisent dans l’improvisation

le ramassage des corps et les ensevelissent.

A partir de 1945,

les troupes alliées s’enfoncent de plus en plus profondément

dans le cœur du Reich.

Les prisonniers devaient être soit déplacés

pour éviter qu’ils tombent dans les mains des alliés,

soit avoir tout un tas d’otages négociables.

Les SS n’arrivaient plus à éliminer les corps et ceux-ci s’entassaient :

c’est pour cela que les soldats alliés ont découvert

des empilements de corps dans les camps.

LIBERATI JANVIER 45

Photo prise à la libération

LE DEVOIR DE MEMOIRE EST PROFONDEMENT ANCRE EN MOI.

4 Réponses

  1. peggylaurenceblogpeggy

    Ma mère qui bien que petite m’a raconté un épisode de cette période atroce qui pourtant l’a marqué comme un fer dans son ame. En Alsace, mon grand-père rentré dans la résistance et un « juste » ayant sauvé beaucoup de gens dans la nuit comme beaucoup de gens « humains » contrairement à la barbarie, a emmené ma mère vers une gare de train pour lui montrer qu’il ne faut jamais oublier lorsqu’elle grandira (ma grand-mère n’était pas d’accord car elle estimé que ma mère était trop petite), ma mère a vu des centaines de gens entassés dans des trains bondés comme dans des cages qui essayant de sortir leurs mains suppliait aux gardes allemands de leur donné un peu d’eau car il faisait une chaleur d’été, mon grand-père courageux et sous la barbe des allemands a juste eu quelques minutes pour donné de l’eau de l’arrosoir qui était sur le sol, prêt à laver les wagons…Dans toute cet horreur il a eu la chance de tomber sur un soldat allemand qui a fait comme s’il ne voyait pas, ce qui n’a pas était la meme chose quelques minutes plus tard…Ce petit geste était le seul a ce moment qu’il a pu faire pour « soulager » de l’horreur et de l’inhumanité d’une guerre dont des millions d’innocents comme malheureusement toutes les guerres font en « victimes »…A ce jour cet épisode voulu par mon grand-père qui prenait des risques en tant que résistant et qui est mort lui aussi victime d’une bombe dans un train lors d’un voyage…

    27 janvier 2015 à 17:55

  2. Quelle horrible période, tant de familles détruites, je n’arrive pas à imaginer la tête de ceux qui ont découverts ces camps. Beaucoup de monde n’était pas complétement convaincu de leur existance, là il était difficile de le nier.
    Ces visages derrière les barbelés sont impressionnants.
    Bises

    26 janvier 2015 à 16:56

    • Mon com n’a pas pris. OUI ma Claudie dire qu’il existe des négationnistes…..Nous avons le devoir de mémoire. Bisouxx

      26 janvier 2015 à 17:51

    • Si je reviens ici, alors que je regarde la commémoration c’est pour exprimer une certaine colère : hier, la mort de Demis Roussos que j’ai également partagée sur F.B faisait la une sur tous les murs et aujourd’hui la mort de ces millions d’êtres humains = silence. Ou sont les passeurs de mémoire ????

      27 janvier 2015 à 14:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s