La critique est aisée mais l'Art est difficile

Danse et musique

Le monde est sourd comme Beethoven

 

  

 

Ludwig van Beethoven

est un compositeur allemand né à Bonn le 16 ou le 17 décembre 1770

 et mort à Vienne le 26 mars 1827. 

 

À 28 ans, 

il commence à ressentir les premiers symptômes de la surdité

 qui allait le frapper dans les dix dernières années de sa vie.

 

 

Image hosting by TinyPic

Au delà du monde,
Que quelqu’un réponde,
Martyre et guerrière,
Violence ordinaire,
Palais d’allégeance,
Marché d’indulgence,
Parmi tant de voix,
Le silence est roi,
Silence de la mer,
Des nuits, d’un désert,
Nos cris, nos combats,
Qui les entendra ?

 

Image hosting by TinyPic 

 Le monde est sourd
Comme Beethoven,
Sourd à l’amour,
Hurlant sa haine,
Hymne à la joie
Et requiem,
Chacun pour soi
Et Dieu quand même. 

Image hosting by TinyPic

Chef-d’oeuvre en poussière,
Splendeur et misère,
Fragile et immense,
Orgueil, impuissance,
Mensonge et mystère,
Vengeance et colère,
Dans la nuit des temps,
Personne ne s’entend.

Image hosting by TinyPic

Le monde est sourd
Comme Beethoven,
Sourd à l’amour,
Hurlant sa haine,
De Walkyrie
En wagnérienne,
Tant de génie
Et Dieu quand même.

Image hosting by TinyPic

Et la vie passe en chantant,
Harmonie, contretemps,
Le monde est un infini poème.

Le monde est sourd
Comme Beethoven,
Sourd à l’amour,
Hurlant sa haine,
Hymne à la joie
Et requiem,
Chacun pour soi
Et Dieu quand même.
Le monde est sourd
Comme Beethoven.

 

 

Image hosting by TinyPic



 

Publicités

Kamel Ouali et « sa » Cléopâtre ou comme quoi j’ai vraiment des billets qui datent…

 

 
 

 

 

et chez Harmony 

      

 

  

 

 

Le mot d’Harmony  

"J’avais cherché à faire un billet alors que le spectacle était en prépartion, pas assez d’infos,

puis, lorsque la comédie a démarrée, photos, interviews, etc….

le billet était même beaucoup trop long, et oupsss!!! mauvaise manipulation et j’ai tout effaçé…

Il ne me reste que des photos et vidéos, mais je tiens à faire un billet pour Kamel, que j’admire,

étant une fan de danse sous toutes ses formes." 

 

 

talentueux et beau gosse…

Kamel Ouali est un chorégraphe d’origine algérienne né le 15 décembre 1971.

Il grandit dans une famille kabyle de douze enfants et se passionna très tôt pour la danse,

 dont il fera son métier quelques années plus tard.

Professeur à l’Académie de danse de Paris ainsi que dans deux conservatoires,

Kamel Ouali collabore régulièrement avec de nombreux artistes,

 pour lesquels il conçoit des clips vidéo et des prestations scéniques.

 Il a notamment été inspiré par Michael Jackson période Bad et Thriller.

Kamel a chorégraphié les comédies musicales Les Dix Commandements et Autant en Emporte le Vent.

Le 22 septembre 2005, en collaboration avec les producteurs Dove Attia et Albert Cohen,

il a sorti sa propre comédie musicale, Le Roi Soleil, qui révélera 2 jeunes talents :

Emmanuel Moire et Christophe Maé, qui depuis ont fait un "sacré bout de chemin".

 La même année, il participe également à la création de Danse avec les Robots,

 attraction du Futuroscope inaugurée le 5 avril 2006.

  

 

   

 

 

                                      

 

 Sofia Essaïdi est la Reine d’Egypte

 

 

 

et le fils de Véronique Sanson :

 

 Christopher Stills, incarne Jules César

 

 

 

 

 des costumes somptueux

 

 

 

 

 

 

 

 

pour les amants terribles

 

 

 

 

 

ACTE I
 

51 avant Jésus Christ. A la mort de leur père, Cléopâtre et son jeune frère Ptolémée héritent d’un immense empire : la terre fabuleuse des pharaons d’Égypte. Ecartée du pouvoir par son frère qui va jusqu’à tenter de l’assassiner pour régner seul, Cléopâtre est déterminée à recouvrer ce trône qui lui revient de droit.

Cette histoire commence par la révolte de cette jeune femme de 17 ans qui s’enfuit avec Charmion, sa plus fidèle prêtresse. Usant de son charme, Cléopâtre parvient à convaincre César qui s’apprêtait à envahir son royaume de lui laisser le trône d’Egypte.

César succombe aux raffinements de la jeune reine et l’installe à Rome, ce qui ne manque pas de déclencher la fureur des sénateurs qui ne voient qu’une menace en cette Egyptienne fière, indépendante et ambitieuse.

César est assassiné quelques années plus tard, et la reine repart d’urgence pour l’Egypte.


 

 

 

ACTE II

César mort, Octave et Marc Antoine décident de se partager le monde : l’un aura l’Occident l’autre l’Orient, et pour que cet accord soit effectif Marc Antoine prend pour épouse la belle et douce Octavie, soeur d’Octave.

Cléopâtre est alors au sommet de sa gloire. Son peuple, auquel elle a rendu indépendance et fierté, lui porte affection et vénération. Brillante politicienne toujours désireuse de faire revenir l’Egypte des pharaons au premier plan, elle demande une alliance avec Antoine.

Mais l’alliance amoureuse l’emporte sur le calcul politique : Cléopâtre et Marc Antoine entament une relation passionnelle et se lancent dans une « vie inimitable » : douceurs, fêtes, festins… les excès côtoient les fantaisies les plus folles.

Mais pour les Romains, cette vie de débauche est inadmissible. Octave demande à Marc Antoine de choisir entre Octavie et Cléopâtre, et le menace d’en faire le pire ennemi de Rome. Marc Antoine choisit Cléopâtre : la guerre est déclarée.

Les deux amants regroupent leurs forces pour lutter contre les armées d’Octave avant de connaître une fin tragique…

 

 

dans des décors à faire rêver 

 

 

le final  

 

le soir de la première, the big bisou

mais cela ne nous regarde pas…surtout que la presse people dit

Sofia et Christopher très proches…ici point de ragots, juste du spectacle,

ton spectacle, alors comme tu ne peux entendre nos applaudissements

UN TRES GRAND MERCI.

     

 

AVANT CELA

Avec Kamel Ouali dans les coulisses de «Cléopâtre»

 

un clic sur la mini photo

 

 

 

 

l’envers du décor

 

 

 

 durant les répétitions 

 

 

 

le trio de charme à la soirée des NRJ

 

Voici ce que Kamel écrivait sur son blog le 22 mai 2008, 2009,

 je ne sais plus tellement mon billet date…. :

 

 Je n’ai pas pu vous faire la surprise !!!

Et oui mon prochain spectacle sera

"DRACULA"

 Je vous donnerai des news très vite. Gros bisous. kamel

 http://kamel-ouali.spaces.live.com/

 

 

pris sur le site……………………Oh…………………la vilaine…

 

pardon Kamel, mais c’est pour la bonne cause….

 

Le Site Officiel de Kamel OUALI est en construction.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé de l’actualité de Kamel OUALI

et soyez les premiers à visiter son 1er site officiel dès l’ouverture ! 

Moi je n’y suis pas arrivée, mais j’ai laissé un message sur son blog.

 

 

 

 
 
 

  et si elle vous a satisfait, laissez une trace de votre passage sur mon VRAI livre d’or 

  

 

   

Je n’attends pas que des compliments, bien qu’ils soient notre récompense,

les critiques justifiées sont toujours constructives.

Un merci tout particulier à : Lina, Ghis, Anne, François, Betty…..

et  

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

      


Oum Kalsoum : la Callas orientale

   أم كلثوم – Om Kalsoum    

 

 
  
           
        
 
 
     

  

Son année de naissance reste incertaine : 1898, 1902 ou 1908

cependant les registres de la province d’Ad Daqahliyah

indiquent la date du 4 mai1904, pour sa naissance,

 décédée le 3 février 1975 au Caire.  

Plus de 30 après sa mort elle est toujours surnommée :

  l’« Astre d’Orient »

    Sa voix puissante et claire aurait fait dire à  Maria Callas,

qu’Oum Kalsoum avait une voix incomparable

 Le général de Gaulle l’appelait « La Dame ».

En Egypte et au Moyen-Orient, elle est considérée comme

 la plus grande chanteuse et musicienne, comme « la quatrième pyramide »

Aujourd’hui encore, elle jouit d’un statut presque mythique  parmi les jeunes.

Elle est également très populaire en Israël parmi les juifs et les arabes

et ses disques se vendent encore à environ un million d’exemplaires par an. »  

Jeunesse

Si l’on ne connait pas avec précision sa date de naissance,

cela vient du fait qu’ il n’était pas rare, à cette époque ,

et surtout dans les régions rurales,

d’enregistrer les enfants plusieurs mois ou années après leur naissance.

Oum Kalsoun est issue d’une famille pauvre de trois enfants.

Sa soeur est de dix ans plus agée et son frère de un an.

 Sa mère est femme au foyer et son père, est imam.

 Afin d’augmenter les revenus de la famille,

il chante régulièrement des chants religieux lors de mariages

 ou de divers cérémonies dans son village et aux alentours.

La famille vit dans une petite ville  dans le delta du Nil.

C’est en écoutant son père enseigner le chant à son frère aîné

qu’Oum Kalson appris à chanter.

 Elle apprenait certaines chansons par cœur

et lorsque son père se rendit compte

 de ce qu’elle savait ainsi que de la puissance de sa voix,

 il lui demanda de se joindre aux leçons.

Très jeune, la petite fille montre des talents de chanteuse exceptionnels,

au point qu’à 10 ans son père la fait entrer

 (déguisée en garçon) dans la petite troupe qu’il dirige.

 A 16 ans, elle est remarquée par un chanteur alors très célèbre,

et par un joueur de luth, tous deux l’invitant à les accompagner au Caire.

Elle attendra d’avoir atteint l’âge de 16 ans pour répondre à l’invitation,

et pour se produire (toujours habillée en garçon) dans de petits théâtres,

fuyant soigneusement toute mondanit.  

Succès, films et patriotisme

Très vite, deux rencontres déterminent sa vie.

Celle de Ahmed Rami tout d’abord, un poète qui lui écrira 137 chansons

 et l’initiera à la littérature française,

 Mohamed El Qasabji, ensuite ( virtuose du luth), 

 lui ouvre le Palais du théâtre arabe,

l’occasion pour Oum Kalthoum de premiers grands succès.

En 1932, sa notoriété est telle qu’elle entame sa première tournée orientale :

Damas, Bagdad, Beyrouth, Tripoli, etc.

 Cette célébrité lui permet également, en 1948,

de rencontrer Gamal Abdel Nasser,

qui ne cache rien de son admiration et qui officialise

en quelque sorte l’amour de l’Egypte pour la chanteuse,

amour réciproque puisque Oum Kalsoum donnera

 de nombreuses preuves de son patriotisme.

Parallèlement à sa carrière de chanteuse, elle s’essaie au cinéma,

 mais délaisse assez vite le septième art,

 le face-à-face avec le public lui faisant cruellement dé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie privée

En 1953, elle épouse un homme qu’elle respecte et admire,

son médecin depuis de nombreuses années. 

Ses concerts et sa voix

 

L’artiste n’a chanté qu’une seule fois en dehors du monde arabe :

 c’était à Paris, à l’Olympia, en 1967.  

en 1967 dans les jardins du Luxembourg à Paris 

et le président Charles de Gaulle lui envoie un télégramme de félicitations.

Oum Kalsoum chante la religion, l’amour et la nation égyptienne.

Amie du président Nasser, elle constitue avec lui,

 l’un des symboles les plus forts de l’unité nationale égyptienne.

Peu après la guerre de 1967 avec Israël,

 elle donne une série de concerts nationaux et internationaux,

dont elle reverse les bénéfices au gouvernement égyptien.

 

 

La diva reste également dans les cœurs comme la  « Cantatrice du peuple »,

 s’investissant dans des œuvres de charité et distribuant son argent aux pauvres.

L’une de ses biographies note qu’elle aurait aidé

plus de deux cents familles de paysans au cours de sa vie.

Revendiquant ses origines paysannes, 

 la chanteuse a toujours vécu sans ostentation,

souhaitant rester proche de la vie de ses compatriotes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est difficile de mesurer correctement l’étendue de sa voix

car nombre de ses chansons ont été enregistrées en direct

 et elle prenait soin de ne pas forcer sa voix

à cause de la durée de ses performances.

Oum Kalsoum a acquis sa technique de chants durant son enfance  

lorsqu’elle récitait des versets du Coran,

 ce qui lui a permis de développer sa voix car ces récitations

 requièrent une sensibilité musicale de l’oreille

 et des techniques proches des méthodes utilisées

 pour entraîner les chanteurs d’opéra ou de chœurs.  

Difficile pour un occidental d’imaginer la ferveur

 que provoquait chaque apparition publique d’Oum Kalsoum

et decomprendre de quelle manière elle pouvait provoquer

 chez son auditoire le tarab, ce plaisir se rapprochant de l’extase. 

Chanteuse avant tout, rien ne la comblait plus

que d’être au contact de son public. 

 

douée d’un timbre très riche et d’une diction parfaite,

elle chantait aussi bien en arabe classique qu’en dialectal. 

En 1967, le Figaro avait écrit d’elle :

«La Callas, plus Edith Piaf, plus Mahalia Jackson

et l’on aurait à peine une petite idée de ce que représente Oum Kalsoum.»   

Décès 

 

Depuis 1967, Oum Kalsoum souffre de néphrite aiguë.

En Janvier 1973, elle donne son dernier concert

et les examens qu’elle pratiqua montrèrent qu’elle est inopérable.

 Aux États-Unis, où son mari la conduit,

 elle bénéficie un temps des avancées pharmaceutiques mais en 1975,

 rentrée au pays, une crise très importante la contraint à l’hospitalisation.

La population de son petit village natal  psalmodie toute la journée le Coran.

Oum Kalsoum meurt d’une crise cardiaque à l’hôpital.

Ses funérailles  

Le corps devait initialement être porté jusqu’à un véhicule

 qui l’aurait amené à sa dernière demeure

 mais face à l’afflux de personnes venues pleurer la chanteuse,

et contrairement à la tradition musulmane,

 les autorités ont repoussé les obsèques de deux jours.

 Ses funérailles ont déclenché des scènes de détresses collectives

 et la foule venue saluer le corps a dépassé le nombre attendu.

 Des stars du cinéma, des poètes, des hommes d’affaires, des ambassadeurs,

des ministres ainsi que de nombreux anonymes

 ont formé un cortège de plus d’1,5 km

 (pour environ trois millions de personnes).

 Les Caïrotes se sont emparés du cercueil et l’ont promené pendant trois heures

dans les rues avant de l’amener à la mosquée al-Sayyid Husayn,

une des favorites d’Oum Kalsoum.

  Elle a été enterrée auprès de ses parents et de son frère.

En 2001, le gouvernement égyptien a inauguré

le musée Kawkab al-Sharq en mémoire de la chanteuse.

Le musée abrite une série d’effets personnels ayant appartenu à Oum Kalsoum,

 

 

dont ses célèbres lunettes de soleil et écharpes mais également des photos.

 


 Un collier adjugé prés d’un million d’euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 lors d’une vente aux enchères à Dubaï..

Le précieux bijou lui avait été offert par feu

 le président des Emirats arabes unis.  

Une vraie force de la nature, ce petit bout de femme !

Oum Kalsoum, quasi immobile sur scène des heures durant,

 bras ouvert et mouchoir blanc dans la main droite,

 tout entière d’énergie contenue,

 le visage transfiguré et la voix puissante qui déclame le chant ,

c’est l’image qui reste en mémoire. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hommage à « Monsieur » Brassens, avec la vidéo de « Le temps ne fait rien à l’affaire »

 

 

 

 

SUIVEZ
LE GUIDE

 

BIENVENUE A TOUS LES AMIS DE BRASSENS

 

Hommage à Brassens

et   

coup de projecteur sur les cons 

 

 

   

      

Le mot d’Harmony 

  Réponse que je fais souvent à certaines personnes

 qui pensent que tous les jeunes sont des cons : 

 

"il n’y a pas d’âge, de sexe, ni de race, de religion

 pour être un con, quand on est con on est con."

 

Brassens le dit tellement mieux :

(paroles et musique de Georges Brassens, 1961)

   

LE TEMPS NE FAIT RIEN A L’ AFFAIRE

Quand ils sont tout neufs
Qu’ils sortent de l’œuf
Du cocon
Tous les jeunes blancs-becs
Prennent les vieux mecs
Pour des cons
Quand ils sont d’venus
Des têtes chenues
Des grisons
Tous les vieux fourneaux
Prennent les jeunots
Pour des cons
Moi, qui balance entre deux âges
J’leur adresse à tous un message

Le temps ne fait rien à l’affaire
Quand on est con, on est con
Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père
Quand on est con, on est con
Entre vous, plus de controverses
Cons caducs ou cons débutants
Petits cons d’la dernière averse
Vieux cons des neiges d’antan

Vous, les cons naissants
Les cons innocents
Les jeun’s cons
Qui n’le niez pas
Prenez les papas
Pour des cons
Vous, les cons âgés
Les cons usagés
Les vieux cons
Qui, confessez-le
Prenez les p’tits bleus
Pour des cons
Méditez l’impartial message
D’un type qui balance entre deux âges

Le temps ne fait rien à l’affaire
Quand on est con, on est con
Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père
Quand on est con, on est con
Entre vous, plus de controverses
Cons caducs ou cons débutants
Petits cons d’la dernière averse
Vieux cons des neiges d’antan

 

QUANT ON EST CON ON EST CON.

 

 

 
 
Renaud parle de Brassens …

"Il avait l’air gentil…"

"Papa, t’as l’air triste",

 me dit parfois ma fille lorqu’elle me voit en photo.

 Je ne vais quand même pas lui avouer que c’est parce que

Georges Brassens est toujours mort.

 Quoique… Elle, au moins, me croirait et aurait bien raison.

Elle me dirait alors, avec le bon sens énervant des enfants de son âge,

que seuls les dieux sont immortels et que, de toutes façon, elle ne croit pas en Dieu.

Je lui répondrais qu’il n’y a pas de mal à croire,

 qu’il faut simplement éviter d’être sûr N’empêche que Brassens,

 c’est sûr, c’est un peu comme Dieu, à part les grosses moustaches.

 Un Dieu de la chanson qui aurait vraiment existé,

 puique je l’ai vraiment rencontré deux fois.

La première fois que, de mes yeux gris-vert émerveillés,

 je l’ai vu comme je vous vois, c’était dans un ascenseur.

Il allait au septième étage, j’allais chez moi, au cinquième,

 dans cet immeuble rose de la porte d’Orléans où vivait également Marie Dormoy,

 l’extravagante secrétaire et maîtresse de Léautaud.

 C’est à Mademoiselle Dormoy, précisément,

que Monsieur Brassens rendait visite, en voisin,

puisque nous habitions "à quatre pas de sa maison".

Ce jour-là, dans cette cage en bois et de verre

( notre bel ascenseur n’avait pas encore été remplacé

par l’actuel caisson de métal aux boutons lumineux),

du haut de mes dix ans, j’eus le sentiment de me frotter à un monument,

à un géant de la poésie et de la chanson.

 Géant, cet homme l’était aussi par la taille et par les épaules,

 ces épaules qu’il avait encore puissantes, en ce début des années 60.

 Moi, j’étais un gringalet navrant, plus vraiment enfant,

pas encore jeune homme, et surtout ne soupçonnant pas

qu’un jour je serais comme lui : chanteur.

 Pour l’heure j’étais fan, groupie, admirateur, amoureux.

Je me précipitai chez moi, empruntai à mon père le 25cm de cire noire

 du "Georges Brassens n°1" au titre désuet de

  "Georges Brassens chante les chansons poétiques (et souvent gaillardes ) de Georges Brassens",

montai quatre à quatre les deux étages qui me séparaient de mon idole

et obtins mon premier autographe. Mon père ne revit jamais son disque.

 Lorsque je le regarde aujourd’hui,

 trônant au-dessus de mon bureau près de trente ans plus tard,

je crois parfois sentir encore la douce odeur du tabac

qu’il fumait dans sa pipe en bois ce jour-là.

 C’est lorsque je devins chanteur, un peu par provocation,

 que je rencontrai Georges Brassens pour la seconde et dernière fois de ma vie.

Ce fut, cette fois, sur un plateau de télévision.

 Après m’avoir timidement approché  et chaleureusement encouragé à écrire

et à chanter encore et toujours,

il me fit le plus extraordinaire des compliments,

puisqu’il me déclara qu’il trouvait mes chansons,

 je le cite :

"merveilleusement bien construites".

 Bien construites… C’était l’homme qui avait écrit La mauvaise réputation,

 Le Gorille, Saturne, La Supplique… plus de cent chefs-d’oeuvre -,

 c’était cet homme-là qui me disait que mes chansons étaient "bien construites".

Aprés cela, tous les hommages me paraîtraient bien fades.

Aujourd’hui, dix ans après sa mort, Brassens ne m’a jamais autant manqué.

Je l’écoute et le fais écouter plus que jamais, comme si, avec le temps,

son écrasante supériorité sur nous tous, petits chanteurs,

devenait plus évidente, plus éclatante.

Aujourd’hui ma fille a dix ans,

elle connaît par coeur Brave Margot et Hécatombe et Marinette et tant d’autres,

et quand elle voit Tonton Georges en photo, elle dit juste :

"Il avait l’air gentil."

 Pas seulement l’air, Lolita, les paroles aussi…

 

 

Un petit clic et la vidéo apparait.
 
 
 
MERCI MONSIEUR BRASSENS
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  


Les 20 ans des Enfoirés qui feront leur « cinéma » le 6 mars.

 

 

 

 

 

   

  

 
 
 
 

C’est l’histoire d’un mec qui, le 26 septembre 1985, lance l’idée des Restos du Cœur sur Europe 1, en déclarant :

« J’ai une petite idée comme ça, si des fois y a des marques qui m’entendent, je ferai un peu de pub tous les jours.

. Si y a des gens qui sont intéressés pour sponsorer une cantine gratuite qu’on pourrait commencer par faire à Paris. ».

Ce mec a pour nom Michel Colucci plus connu sous le nom de coluche. 

 

 

 

 

 

 

  

"Aujourd’hui, on n’a plus le droit
n’y d’avoir faim n’y d’avoir froid.
Dépassé le chacun pour soi,
quand je pense à moi, je pense à toi.
Je te promets pas le grand soir,
mais juste à manger et à boire
un peu de joie et de chaleur
dans les Restos, les Restos du coeur.
 
 

 

Merci à Jean-Jacques Goldman et à tous les artistes qui répondent présents, chaque année,
 ainsi qu’aux bénévoles et vous tous qui achetez CD ou DVD
 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Cette année,

 «Les Enfoirés font leur cinéma »

le Vendredi 6 Mars à 20h50 sur TF1.

L’émission sera retransmise simultanément sur RTL.
 

Ce sont 40 Artistes qui se sont investi pour faire leur cinéma au Palais Omnisport de Bercy à Paris.

 Décors, costumes, chansons et personnages, tous sont là pour là pour revisiter le 7ème Art :
 

Alizée, Tina Arena, Jean-Louis Aubert, Benabar, Amel Bent, Patrick Bruel, Sébastien Chabal,

Gérard Darmon, Thomas Dutronc, Patrick Fiori, Liane Foly, Garou, Jean-Jacques Goldman,

David Hallyday, Jenifer, Michael Jones, Claire Keim, Lââm, Catherine Lara, Michèle Laroque,

Maxime Leforestier, Nolwenn Leroy, Lorie, Renan Luce, Christophe Maé, Mimie Mathy, Maurane,

 Kad Merad, Pascal Obispo, Pierre Palmade, Gérald de Palmas, Natasha St-Pier, Raphaël,

 Franck Ribéry, Hélène Segara, MC Solaar, Christophe Willem, Zazie et Julie Zenatti 

 

 

 

 

 

 

 

Dès le lendemain de la diffusion sur TF1, le double CD et le DVD

 « Les Enfoirés font leur cinéma »,

 avec l’intégralité du concert et de nombreux bonus, seront mis en vente au profit des Restos du Coeur.

 Chaque vente permettra à l’association de distribuer 18 repas. 

 
Le single

"Ici les Enfoirés"

ne sera pas vendu en CD 2 titres mais il est présent sur l’album.

Une deuxième partie de soirée est proposée après la diffusion du concert sur TF1 à 23h35.

LES RESTOS DU COEUR :

UNE CHANCE D’ETRE RESPONSABLE…
 

L’émission sera présentée par Claire Chazal, Laurence Ferrari et Harry Roselmack

avec pour invité Olivier Berthe, président des Restos du Cœur, ainsi que des responsables de l’Association. 
 

A travers 4 reportages, ils évoqueront ensemble différentes facettes de l’action quotidienne de l’association

créée en 1985 par Coluche et de ses 51 500 bénévoles.
 

– L’emploi
– Le logement.
– Découverte de " La Petite Ruche ", un organisme Restos bien particulier
– Des ateliers d’insertions
 
 
source le site des Restos et mon premier billet hommage à "Monsieur" Coluche 

 

 

 

 

 

 

 

  

 ACHETEZ le C.D et,
 
 
 ou le D.V.D des ENFOIRES,
 
 il ne faut jamais les télécharger.
 
 

 

 

 

 

 

 

 
 
 

 
MERCI 
 
Hélas, 20 ans plus tard c’est toujours d’actualité et d’une grande aide pour les oubliés de la vie.